Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quelles conditions sortir du confinement?
Publié dans Libération le 13 - 04 - 2020

Dans les jours et semaines à venir, les pressions économiques et sociales pour alléger les confinements nationaux vont s'accroître à mesure que l'épidémie de Covid-19 semblera marquer le pas.
A quelles conditions sortir du confinement? Les spécialistes des épidémies anticipent déjà, souvent avec crainte, cette nouvelle phase, mettant en garde contre toute levée hâtive.
"Lever les restrictions trop rapidement pourrait entraîner une résurgence mortelle" de la pandémie, a prévenu le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Il n'est pas le seul à alerter face à tout optimisme précoce et au risque d'une seconde vague pandémique.
"Il faut être très humble et très prudent avec ce virus parce qu'on s'est déjà trompé", prévient en France l'ancien patron de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) Christian Bréchot.
"On ne voit pas bien avec une pandémie de cette ampleur comment tout pourrait miraculeusement revenir à la normale", ajoute le virologue sur la radio France Info.
Pourtant en Europe, premier continent touché par le nombre de décès (plus de 70.000 morts), plusieurs pays annoncent déjà des levées partielles du confinement.
L'Autriche va rouvrir ses petits commerces après Pâques, estimant avoir suffisamment "aplati" sa courbe des infections. Le Danemark va rouvrir crèches, écoles maternelles et primaires le 15 avril tandis que le gouvernement tchèque a déjà assoupli ses règles.
Ces pays emboitent le pas à la Chine qui a levé le 8 avril le strict cordon sanitaire entourant Wuhan, ville épicentre de la contamination, et qui semble avoir jugulé son épidémie.
Ailleurs en Europe, l'heure est au respect strict du confinement comme au Royaume-Uni où la vague épidémique déferle avec violence.
En France, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon ne voit qu'un " pâle rayon de soleil" avec la légère diminution des admissions en réanimation et l'amorce "d'un très haut plateau".
Pays où les bilans humains sont les plus lourds sur le continent, l'Espagne et l'Italie semblent également avoir abordé un "haut plateau" avec des chiffres stables ou en léger recul.
Mais aucun de ces deux pays ne se risque à baisser la garde: Rome a prolongé jusqu'au 3 mai son confinement général, Madrid jusqu'au 25 avril. Même tendance en Irlande, Portugal et Belgique.
En France, Emmanuel Macron devait réitérer, lundi soir, le mot d'ordre "Restez chez vous" lors d'une allocution télévisée. Le président français se risquera-t-il à donner un calendrier de sortie?
"Ce n'est pas lorsqu'on est arrivé à un plateau qu'il faut déconfiner alors que les mesures ont permis d'éviter l'engorgement massif des hôpitaux" estime l'épidémiologiste Antoine Flahault.
La sortie de confinement ne pourra intervenir que plus tard "quand on verra une décrue" ajoute celui qui dirige l'Institut de santé global à l'Université de Genève (Suisse) sur la chaîne France 2.
Le chercheur Christian Bréchot "espère qu'à partir de la mi-mai on va être dans une situation de décélération" qui permettrait un "relâchement progressif".
"On ne va pas passer du noir au blanc, mais du noir au gris avec une poursuite du confinement en particulier pour certaines populations", anticipe Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique qui éclaire le gouvernement français sur l'épidémie.
"On peut commencer à discuter (...) du post-confinement. Mais l'élément essentiel et capital est la poursuite d'un confinement strict sur plusieurs semaines", met-il en avant.
Cet expert pose plusieurs préalables à une levée du confinement. En premier lieu avoir une décrue avérée des cas graves de Covid-19 dans les services de réanimation.
Le but est notamment de permettre aux soignants de souffler après l'effort intense qu'ils ont fourni et aux hôpitaux de reconstituer leurs stocks de matériel et produits.
La circulation du virus devra parallèlement avoir chuté dans la population, avec un taux de transmission "R" inférieur à 1, ce qui signifie qu'en moyenne une personne contaminée transmet à moins d'une autre personne (contre 3,3 personnes au début de l'épidémie).
Troisième préalable: la disponibilité en nombre suffisant des masques pour se protéger et des tests pour pouvoir suivre au plus près la circulation du virus. En France, la capacité de dépistage devrait grimper de 30.000 tests/jours actuellement à 100.000 voire 150.000/jour d'ici fin avril, selon Pr Delfraissy.
Nouvelle variable dans cette équation à multiples inconnues: l'arrivée hypothétique de nouveaux outils électroniques pour tracer les contacts des personnes contaminées.
Paris avance avec prudence sur le sujet alors que le gouvernement allemand s'apprête à lancer une application mobile, inspirée de Singapour, pour faciliter le suivi individuel des cas et l'identification des chaînes de contamination.
Autre inconnue de taille, l'importance du "freinage estival" dans la diffusion du nouveau coronavirus. Les virus respiratoires n'aiment généralement pas l'été. Ainsi, il n'y a pas d'épidémie de grippe après avril dans l'hémisphère nord. Est-ce qu'il en sera de même pour le virus SARS-CoV-2?
L'annonce d'une forte reprise des contaminations, ces derniers jours à Singapour, permettrait d'en douter, la température dans la cité-Etat avoisinant actuellement les 30°.
"S'il n'y a pas de frein estival, alors ça sera plus compliqué" pour sortir du confinement, anticipe l'épidémiologiste Antoine Flahault.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.