Mauvaise gestion du patrimoine architectural de Casablanca: Le gouverneur limogé    Rabat: Laftit se réunit avec les partis non représentés au Parlement    Ouverture partielle des frontières: Les agences de voyages exclues    Coronavirus : une nouvelle tranche d'aides au profit des ménages de l'informel    Présidentielle en Pologne: Le conservateur Andrzej Duda rempile    Maroc/Covid-19: la répartition des 191 nouveaux cas par région    Rush sans précédent sur les vols de RAM    Coronavirus au Maroc: les derniers chiffres inquiètent le département d'Aït Taleb    Mahi Binebine n'ira pas à Perpignan    L'approvisionnement en eau potable pose problème à Meknès et Fquih Ben Saleh    Une première médicale à Dakhla    Reconfinement local suspendu en Espagne, nouveau couvre-feu en Afrique du Sud    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Reprise économique et préservation de l'emploi, deux priorités pressantes du PLFR    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    En-Nesyri buteur sur une passe de Bounou    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Pour Mendy, le pic de forme arrive à point nommé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Victime de ses clusters : Tanger en portes closes    Le Bureau politique regrette que la majorité n'ait pas été associée à la préparation de la loi de Finances rectificative    Mauvaises langues    Le frère de Serge Aurier tué dans une fusillade    UFC : le nigérian Kamaru Usman conserve son titre!    Vers un reconfinement de Casablanca ?    Fermeture de l'Aéroport Ibn Battouta : Aucune décision prise pour le moment    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Aïd Al-Adha: plus de 7,2 millions de têtes identifiées    Liga: Lionel Messi égale Thierry Henry !    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»    Des restaurants fermés pour non-respect des mesures de distanciation    Coronavirus: l'urgence d'une relance économique plus verte    Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»    La relance du tourisme au menu du Conseil de gouvernement    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Les Frères Naciri réalisent et produisent «Malheur Malheur» de Maître Gims    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    La RAM est-elle moins stratégique que Air France-KLM?    Un artiste charismatique s'en va    Données personnelles : Trois programmes Data-Tika lancés par la CNDP    Retour béni    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes
Publié dans Libération le 01 - 06 - 2020

« Dur sera l'avenir des jeunes durant et après la pandémie de Covid-19 ». C'est ce qui ressort de la 4ème édition de l'Observatoire de l'OIT (Organisation internationale du travail). Selon cette instance, plus d'un jeune sur six a cessé de travailler depuis le début de la pandémie et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23%. La progression forte et rapide du chômage chez les jeunes depuis février dernier touche davantage les femmes que les hommes. L'Observatoire estime qu'il existe un risque que la vie professionnelle de ces jeunes en soit marquée à jamais, conduisant à une «génération du confinement».
En effet, les derniers chiffres montrent que les jeunes sont touchés de manière disproportionnée par la crise du Covid-19, en raison de soubresauts multiples qui vont des perturbations dans le domaine éducatif et dans la formation, à des pertes d'emplois en passant par des difficultés pour trouver du travail.
On compte 178 millions jeunes travailleurs dans le monde, soit plus de quatre sur dix parmi celles et ceux qui sont employés au niveau mondial, travaillant dans des secteurs fortement touchés. Près de 77% parmi les jeunes travailleurs du monde occupent un emploi informel en comparaison avec les 60% environ de travailleurs adultes âgés de 25 ans et plus. Le taux d'informalité chez les jeunes varie de 32,9% en Europe et en Asie centrale à 93,4% en Afrique. Même avant la crise du Covid-19, plus de 267 millions de jeunes étaient non scolarisés, sans emploi ni formation (NEET) dont près de 68 millions au chômage.
Ce dernier a atteint le taux de 13,6% en 2019. Le taux de chômage des jeunes était donc déjà plus élevé que dans tout autre groupe de population. Environ 267 millions de jeunes étaient sans emploi et n'étaient ni scolarisés ni en formation.
Le Maroc ne fait pas exception à la règle. Avec une hausse de 208.000 chômeurs, résultant d'une augmentation de 165.000 en milieu urbain et de 43.000 en milieu rural, la population active en chômage est passée, entre le premier trimestre de l'année 2019 et celui de 2020, de 1.084.000 à 1.292.000 chômeurs, enregistrant une hausse du volume global du chômage au niveau national de 19,1%, selon les dernières estimations du HCP sur la situation du marché du travail au T1-2020. Il est également à préciser que les hausses les plus importantes ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (3,9 points), les personnes âgées de 25 à 34 ans (2,3 points), les personnes disposant d'un diplôme (1,9 point) et les hommes (1,6 point).
Les taux les plus élevés ont été relevés, en particulier, parmi les femmes (14,3% contre 9,3% parmi les hommes), les jeunes âgés de 15 à 24 ans (26,8% contre 8,2% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus) et les détenteurs d'un diplôme (17,8% contre 3,6% parmi les personnes n'ayant aucun diplôme).
En outre, l'Observatoire de l'OIT met aussi à jour les estimations des pertes en termes d'heures travaillées aux premier et deuxième trimestres 2020, en comparaison avec le quatrième trimestre 2019. Il estime à près de 4,8% les heures de travail perdues au premier trimestre 2020 (ce qui correspond à environ 135 millions d'équivalents plein temps, sur la base d'une semaine de travail de 48 heures). Cela représente une légère révision à la hausse d'environ 7 millions d'emplois à plein temps depuis la troisième édition de l'Observatoire. L'estimation des pertes d'emploi au deuxième trimestre 2020 reste inchangée, avec 305 millions d'équivalents temps plein.
Une nouvelle étude globale réalisée par le BIT avec des partenaires réunis dans le cadre de l'Initiative mondiale pour l'emploi décent des jeunes fait apparaître que si les jeunes ont gardé leur emploi, les heures de travail ont chuté de 23%. De plus, environ la moitié des jeunes étudiants font état d'un retard probable dans la réalisation complète de leurs études tandis que 10% d'entre eux s'attendent à ne pas être en mesure de les terminer. Si l'on utilise une échelle de bien-être psychique standardisée, on constate que plus de la moitié des jeunes faisant partie de l'étude sont désormais susceptibles de souffrir d'anxiété ou de dépression depuis le début de la pandémie.
En ce qui concerne les défis à long terme, l'Observatoire a indiqué que la crise du Covid-19 touche les jeunes du monde entier de trois façons principales: 1) les perturbations en matière d'éducation et de formation qui pourraient entraîner dans l'avenir une réduction des possibilités potentielles d'emplois et de revenus;
2) la vague actuelle de perte d'emplois et l'effondrement d'entreprises et de start-up qui réduisent leurs dépenses ainsi que l'emploi (menaçant également les droits au travail);
3) l'émergence de difficultés croissantes pour trouver du travail pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail, qui l'intègrent à nouveau ou qui tentent d'effectuer la transition vers de meilleurs emplois.
Pour se sortir de cette situation, l'Observatoire préconise l'adoption de réponses urgentes, à grande échelle et ciblées pour soutenir les jeunes, par exemple sous forme de vastes programmes de garanties d'emploi et de formation dans les pays développés, et de programmes à forte intensité d'emploi et de garanties d'emploi dans les économies à revenus faibles ou intermédiaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.