LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fatima Sadiqi : L'éducation et la santé sont au cœur de la stabilité sociale
Publié dans Libération le 13 - 06 - 2020

Spécialiste en études de genre et professeure à la Faculté des lettres et des sciences humaines Dhar El Mehraz-Fès, Fatima Sadiqi, aborde, dans
cette interview accordée
à la MAP, l'impact
de la crise sanitaire
du Covid-19 sur
la société marocaine,
tout particulièrement
sur la femme.

La crise du Covid-19 a apporté son lot de chamboulements dans différents aspects de la vie de société. Quel regard portez-vous sur ces transformations ?
Le Covid-19 est la crise marquante de ce début du 21ème siècle. Elle a paralysé le monde entier et a eu un profond impact sur les hommes et les femmes, à tous les niveaux. Les témoignages, les rapports, les discours, les articles, les livres, et même les musées ont documenté ce phénomène.
Le Covid-19 n'a épargné personne et il y a un réel sentiment que beaucoup de choses ont changé.
D'abord, la nature du phénomène : une pandémie mondiale qui touche tout le monde et impose les mêmes restrictions sur tout le monde.
Puis, le confinement, la peur de perdre les libertés citoyennes, le sentiment d'impuissance et les limites de l'être humain. Il faut beaucoup de temps pour revenir sur tout cela sans excès d'émotion. Je crois qu'on est encore loin de mesurer l'ampleur et les retombées de la pandémie, mais une chose est certaine : le changement est là et il est profond.

Les changements constatés sont-ils de nature à s'inscrire dans la durée ?
Ce changement va s'inscrire au moins dans le court terme. Il a déjà bouleversé des habitudes et des comportements comme le démontrent les quelques études semi-sociologiques que les chercheurs tentent d'appréhender.
Comme dans toutes les grandes crises, il faut s'attendre à des changements de taille.

En tant que spécialiste en études de genre, quels impacts a eu cette crise sur la femme, tout particulièrement ?
Les rapports et études récemment recensés s'accordent à souligner un plus grand impact du Covid-19 sur les femmes. Il est certain que les hommes et les femmes souffrent du fléau à tous les niveaux, mais il est vrai aussi qu'ils sont exposés différemment aux contraintes produites par le Covid-19 en ce sens que les conséquences ne sont pas les mêmes pour les deux sexes.
Plusieurs raisons soutiennent ce constat. D'abord, comme on le sait, le genre est un déterminant structurant de tous les aspects des sociétés humaines, ce qui veut dire que les inégalités entre les hommes et les femmes sont une réalité à tous les niveaux. Ces inégalités s'aggravent dans les moments de crise, et la pandémie Covid-19 en est une.
Ensuite, avec l'isolation et le confinement, ce sont les femmes et les filles qui sont plus exposées aux violences domestiques. L'augmentation des fardeaux domestiques, les soins portés aux enfants et aux personnes âgées étant généralement conçus comme un ‘'devoir de femmes'' ont un impact direct sur la santé physique et morale des femmes.
D'autre part, le chômage et l'insécurité financière, la violence liée au manque de drogue ou d'alcool chez certains maris, pères, fils. Il y a aussi la fermeture des centres d'écoute et services aux femmes victimes de violence, ce qui aggrave la situation.
La violence domestique est aussi liée à la pauvreté. La plupart des femmes travaillent dans les secteurs informels où elles gagnent beaucoup moins que les hommes. Dans ces cas, les conséquences économiques plus graves pour les femmes les rendent encore plus exposées à l'extrême pauvreté que les hommes.
Ce sont donc les conséquences socioéconomiques qui sont plus accentuées pour les femmes que pour les hommes, un fait qu'il importerait de souligner dans toutes les stratégies de reprise économique.
Les femmes sont aussi plus présentes dans les emplois précaires. Le secteur informel est très touché par le Covid-19, ce qui les expose plus aux facteurs de risque.

Quels leçons peut-on tirer de cette crise ? Le monde post-Covid-19 sera-t-il différent ?
La première leçon à tirer de cette crise est l'importance primordiale d'une réflexion approfondie en amont et pas en aval. Il faut se pencher sérieusement sur les politiques et les programmes visant la protection sociale et le respect de tout le monde. Toute crise ne peut être surmontée sans des visions globales et non-idéologiques. Ensuite, il faut dépolitiser les systèmes de l'éducation et de la santé : ils sont au cœur de la stabilité sociale. Enfin, je pense qu'il faut inclure l'approche genre dans toutes les mesures de stimulation économique et de protection sociale. Tous les secteurs publics ainsi que la société civile et les ONG doivent prendre en considération la dimension du genre dans toutes les stratégies à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.