Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    ONSSA: Aïd Al-Adha s'est déroulé dans de bonnes conditions    Explosions à Beyrouth: le roi Mohammed VI a écrit au président Aoun    Retraite: près de 49 MMDH de cotisations collectées en 2019    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    Relance économique : Le montage financier dévoilé    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    Twitter. #SoisUneFemme, le hashtag contre le sexisme au quotidien    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Expérience client multicanale : Eqdom lance son service de crédit en ligne    Iker Casillas annonce sa retraite    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    US Round Up du mardi 4 août – Microsoft/TikTok, Recensement 2020, NYC Restaurants, Sean Penn & Leila George    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif
Publié dans Libération le 04 - 07 - 2020

Le Maroc a appelé, jeudi à Paris, lors de la plénière de la 209ème session du Conseil exécutif de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif qui place l'humain au cœur de son action.
Comment se préparer à l'après Covid-19 et avec quels outils ? Alors que le monde se doit de relever plusieurs défis, en raison de l'impact et des conséquences d'une pandémie dont les effets sont aujourd'hui incalculables, le Maroc souhaite que la réflexion collective soit engagée dès maintenant pour « un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif qui place l'humain au cœur de son action », a indiqué l'ambassadeur, délégué permanent du Maroc auprès de l'UNESCO, Samir Addahre, devant ses pairs.
En cette période de grands bouleversements, celle-ci doit répondre aux attentes des Etats membres et aux aspirations de leurs peuples au développement durable, à une coopération et des partenariats internationaux solides, basés sur la solidarité, le respect et la dignité, a indiqué le diplomate marocain, lors de cette réunion, en présence de la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay.
«Redéfinir principalement le rôle de l'UNESCO en tant que chef de file de l'éducation à travers l'établissement des fondements de l'avenir, repenser les politiques éducatives, climatiques et sociales post-Covid-19 et renforcer la priorité Afrique, telle est notre mission », a dit l'ambassadeur-délégué permanent du Maroc.
Après avoir salué « sincèrement » l'engagement de la directrice générale pour la transformation « stratégique » de l'organisation, il a estimé que « cette transformation devra dorénavant prendre en compte les leçons et les conséquences de cette crise inédite et globale ».
« Je souhaite que la directrice générale en prenne le « lead » et elle en a la légitimité, avec notre soutien à tous, pour une réflexion innovante sur le multilatéralisme. Un multilatéralisme innovant, pragmatique, efficace et inclusif, plaçant au cœur de son action l'humain », a-t-il poursuivi.
Selon le diplomate marocain, l'UNESCO entame une session particulière et inédite durant laquelle plusieurs défis devront être relevés, en raison de l'impact et des conséquences du Covid-19 dont les effets sont aujourd'hui incalculables. « La détresse sanitaire, sociale et humaine qui en découlera reste malheureusement encore à découvrir. Par conséquent nous sommes tous amenés ensemble à affronter une situation d'incertitude sur les développements futurs de cette crise », a-t-il estimé.
Dès lors, la question est posée avec acuité : « Comment se préparer à l'après (Covid-19) et avec quels outils, alors même que dans l'ébranlement du monde, il faut continuer en même temps à gérer l'urgence ? », a poursuivi Samir Addahre pour qui «il est clair que l'ampleur exogène du choc nous amène non pas à penser «redémarrage», mais plutôt «reconstruction»».
«Il est évident que l'UNESCO, dépositaire de la caution morale et éthique du système des Nations unies, devra nous amener ensemble à engager des transformations durables dans la dynamique de la société mondiale. Cela impliquera également pour nous de nous départir de nos références antérieures, nos tropismes nationaux parfois, et combattre avec conviction certaines tendances délétères du monde d'avant, marquées par les inégalités, les dégradations environnementales, des gouvernances parfois inadéquates, afin d'opérer une rupture féconde », a-t-il souligné en souhaitant que "la réflexion collective soit engagée dès maintenant au regard de la gravité des périls qui nous menacent".
Tout en saluant l'engagement et l'effort constant pour la réalisation, malgré les difficultés, des différents programmes de l'UNESCO et leur adaptation aux réalités de la pandémie, Samir Addahre a estimé que « cet élan devra se poursuivre et être accéléré dans une logique ambitieuse et efficace de l'action de l'UNESCO ».
« Si nous voulons être à la hauteur des engagements pris et relever les multiples défis posés par le Covid-19, nous devons être mobilisés ensemble, Etats membres et Secrétariat, main dans la main, afin de tirer les enseignements de la crise sanitaire et prendre les décisions que nous impose cette nouvelle réalité », a-t-il préconisé.
Dans cette perspective, a ajouté le diplomate marocain, l'initiative « L'avenir de l'éducation» est l'action la plus ambitieuse de notre Organisation durant ce biennium. Elle vise à réinventer les politiques de l'enseignement, du savoir et de l'apprentissage à travers le monde, mettant à profit l'intelligence collective pour un avenir meilleur.
« Au-delà de l'universalité du projet, sa conception plurielle du futur prend en considération la richesse de la diversité du savoir et conforte les multiples lendemains souhaités pour l'humanité et pour notre planète. Il nous incombe de faire réussir ce projet, le mener à bien et le présenter à nos gouvernements à travers un engagement indéfectible, multidimensionnel et pérenne », a-t-il plaidé, saluant le rôle clé de la DG de l'UNESCO pour le lancement de cette initiative.
« La réussite de ce projet renforcera indéniablement le leadership de l'UNESCO sur le chantier stratégique de l'éducation mondiale ainsi que son autorité intellectuelle qui devra toujours être défendue et préservée », a souligné le diplomate marocain.
Selon le délégué permanent du Maroc, « les besoins de résilience et de protection passeront nécessairement par un multilatéralisme rénové et renforcé.
«Ne tombons surtout pas dans le piège de penser que le monde fragmenté qu'a révélé la crise, générant pendant un temps une certaine impuissance à agir ensemble, soit le modèle inéluctable de demain. Notre avenir, nous le construirons ensemble, l'interdépendance est une réalité et la coopération multilatérale en est la clé », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.