La face cachée de la lune    Auschwitz. La Shoah et nous    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Casablanca : la trémie des Almohades livrée fin mars    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Casablanca : Un énième effondrement à l'ancienne médina (vidéo)    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Législation : Un bilan maigre se profile    Pétitions : Enième tentative de réanimation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif
Publié dans Libération le 04 - 07 - 2020

Le Maroc a appelé, jeudi à Paris, lors de la plénière de la 209ème session du Conseil exécutif de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif qui place l'humain au cœur de son action.
Comment se préparer à l'après Covid-19 et avec quels outils ? Alors que le monde se doit de relever plusieurs défis, en raison de l'impact et des conséquences d'une pandémie dont les effets sont aujourd'hui incalculables, le Maroc souhaite que la réflexion collective soit engagée dès maintenant pour « un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif qui place l'humain au cœur de son action », a indiqué l'ambassadeur, délégué permanent du Maroc auprès de l'UNESCO, Samir Addahre, devant ses pairs.
En cette période de grands bouleversements, celle-ci doit répondre aux attentes des Etats membres et aux aspirations de leurs peuples au développement durable, à une coopération et des partenariats internationaux solides, basés sur la solidarité, le respect et la dignité, a indiqué le diplomate marocain, lors de cette réunion, en présence de la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay.
«Redéfinir principalement le rôle de l'UNESCO en tant que chef de file de l'éducation à travers l'établissement des fondements de l'avenir, repenser les politiques éducatives, climatiques et sociales post-Covid-19 et renforcer la priorité Afrique, telle est notre mission », a dit l'ambassadeur-délégué permanent du Maroc.
Après avoir salué « sincèrement » l'engagement de la directrice générale pour la transformation « stratégique » de l'organisation, il a estimé que « cette transformation devra dorénavant prendre en compte les leçons et les conséquences de cette crise inédite et globale ».
« Je souhaite que la directrice générale en prenne le « lead » et elle en a la légitimité, avec notre soutien à tous, pour une réflexion innovante sur le multilatéralisme. Un multilatéralisme innovant, pragmatique, efficace et inclusif, plaçant au cœur de son action l'humain », a-t-il poursuivi.
Selon le diplomate marocain, l'UNESCO entame une session particulière et inédite durant laquelle plusieurs défis devront être relevés, en raison de l'impact et des conséquences du Covid-19 dont les effets sont aujourd'hui incalculables. « La détresse sanitaire, sociale et humaine qui en découlera reste malheureusement encore à découvrir. Par conséquent nous sommes tous amenés ensemble à affronter une situation d'incertitude sur les développements futurs de cette crise », a-t-il estimé.
Dès lors, la question est posée avec acuité : « Comment se préparer à l'après (Covid-19) et avec quels outils, alors même que dans l'ébranlement du monde, il faut continuer en même temps à gérer l'urgence ? », a poursuivi Samir Addahre pour qui «il est clair que l'ampleur exogène du choc nous amène non pas à penser «redémarrage», mais plutôt «reconstruction»».
«Il est évident que l'UNESCO, dépositaire de la caution morale et éthique du système des Nations unies, devra nous amener ensemble à engager des transformations durables dans la dynamique de la société mondiale. Cela impliquera également pour nous de nous départir de nos références antérieures, nos tropismes nationaux parfois, et combattre avec conviction certaines tendances délétères du monde d'avant, marquées par les inégalités, les dégradations environnementales, des gouvernances parfois inadéquates, afin d'opérer une rupture féconde », a-t-il souligné en souhaitant que "la réflexion collective soit engagée dès maintenant au regard de la gravité des périls qui nous menacent".
Tout en saluant l'engagement et l'effort constant pour la réalisation, malgré les difficultés, des différents programmes de l'UNESCO et leur adaptation aux réalités de la pandémie, Samir Addahre a estimé que « cet élan devra se poursuivre et être accéléré dans une logique ambitieuse et efficace de l'action de l'UNESCO ».
« Si nous voulons être à la hauteur des engagements pris et relever les multiples défis posés par le Covid-19, nous devons être mobilisés ensemble, Etats membres et Secrétariat, main dans la main, afin de tirer les enseignements de la crise sanitaire et prendre les décisions que nous impose cette nouvelle réalité », a-t-il préconisé.
Dans cette perspective, a ajouté le diplomate marocain, l'initiative « L'avenir de l'éducation» est l'action la plus ambitieuse de notre Organisation durant ce biennium. Elle vise à réinventer les politiques de l'enseignement, du savoir et de l'apprentissage à travers le monde, mettant à profit l'intelligence collective pour un avenir meilleur.
« Au-delà de l'universalité du projet, sa conception plurielle du futur prend en considération la richesse de la diversité du savoir et conforte les multiples lendemains souhaités pour l'humanité et pour notre planète. Il nous incombe de faire réussir ce projet, le mener à bien et le présenter à nos gouvernements à travers un engagement indéfectible, multidimensionnel et pérenne », a-t-il plaidé, saluant le rôle clé de la DG de l'UNESCO pour le lancement de cette initiative.
« La réussite de ce projet renforcera indéniablement le leadership de l'UNESCO sur le chantier stratégique de l'éducation mondiale ainsi que son autorité intellectuelle qui devra toujours être défendue et préservée », a souligné le diplomate marocain.
Selon le délégué permanent du Maroc, « les besoins de résilience et de protection passeront nécessairement par un multilatéralisme rénové et renforcé.
«Ne tombons surtout pas dans le piège de penser que le monde fragmenté qu'a révélé la crise, générant pendant un temps une certaine impuissance à agir ensemble, soit le modèle inéluctable de demain. Notre avenir, nous le construirons ensemble, l'interdépendance est une réalité et la coopération multilatérale en est la clé », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.