Botola Pro D1 : La bonne opération du Raja de Casablanca    Situation épidémiologique au Maroc : Les indicateurs s'affolent !    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Nouvel accident de camion en plein Casablanca (VIDEO)    Coronavirus: l'artiste Abderrazak Baba est décédé à Marrakech    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Les victimes de l'immobilier!    Benchaâboun : 45 milliards de dirhams alloués au Fonds d'investissement stratégique    Absence de mesures de sécurité sanitaire    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    OCP : Nouveau projet pour doubler la capacité de production d'Emaphos    Que vive le Liban des lumières !    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Santé : nouvelle décision d'Ait Taleb après l'augmentation des cas    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Le Bayern part favori face au Barça    Europa League : United et l'Inter au denier carré    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Entre Brad Pitt et Angelina Jolie, c'est à nouveau la guerre    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marocanité du Sahara ou l'obsession algérienne
Publié dans Libération le 07 - 07 - 2020

La presse algérienne, sous la houlette de l'APS, a relayé ce week-end une dépêche de cette même agence, attribuant au Haut représentant de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère Josep Borrell des propos qu'il n'a jamais dits sur le Sahara marocain. Une énième fake news !
«L'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental», titrait l'agence dans cette dépêche datée du 4 juillet, dans l'euphorie stalinienne de la célébration par le peuple frère algérien de l'indépendance du pays, suspendue à celle qui marquera la véritable victoire cette fois-ci sur l'oppression et le népotisme.
Un fact checking rapide démontre l'absurdité de cette nouvelle sortie désespérée des garde-chiourmes de l'agence algérienne, quadrillée par les sbires d'un pouvoir crépusculaire.
En fait, Josep Borrell a souligné dans sa réponse à une question parlementaire que l'UE et le Maroc ont conclu un accord le 19 juillet 2019 qui confirme l'application des préférences tarifaires aux produits originaires du Maroc, y compris ceux du Sahara marocain, avec un impact positif sur le développement durable des provinces du Sud.
La réponse du Haut représentant de l'UE trouve son fondement dans la position de l'Union au sujet du Sahara qui a été adoptée en juin 2019 lors du Conseil d'Association Maroc-UE, par tous les Etats membres.
Il s'agissait de la première fois où le Maroc et l'Union européenne adoptent un langage commun sur cette question et la haute représentante de l'époque Federica Mogherini l'avait bien souligné lors de la conférence de presse conjointe sanctionnant les travaux de ce conseil.
Cette position commune, qui n'a pas été du goût des adversaires du Royaume, a réaffirmé l'appui de l'UE aux efforts du Secrétaire général de l'ONU pour poursuivre le processus visant à parvenir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara, qui repose sur le compromis en conformité avec les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, notamment la résolution 2468 du 30 avril 2019. L'UE avait également pris note positivement des efforts sérieux et crédibles menés par le Maroc, en ignorant magistralement les gesticulations des autres parties.
Cette position a été réitérée par Josep Borrell à l'occasion de sa rencontre à Bruxelles avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita en janvier 2020.
La fake news de l'APS traduit donc le désespoir des spin doctors de la manip d'Etat algérienne, notamment après les multiples échecs essuyés sur le terrain européen ces dernières années.
A travers l'instrumentalisation des réponses des hauts responsables européens aux questions de certains eurodéputés, l'Algérie cherche non seulement à gagner du temps mais aussi à se dérober de sa responsabilité quant au maintien du statu quo dans la région.
Le conflit artificiel autour du Sahara marocain constitue également un alibi classique du régime d'Alger pour entretenir sa stratégie de tension à l'égard du Maroc et justifier ses dépenses militaires hallucinantes (9,6 milliards de dollars, soit 5,3% du PIB du pays en 2018).
La doctrine de l'UE sur la question nationale s'aligne désormais sur la position onusienne exprimée dans les dernières résolutions qui privilégient le pragmatisme, le réalisme, la durabilité et l'esprit de compromis.
Quant à l'applicabilité au Sahara marocain des accords conclus entre le Maroc et l'UE, la position de l'Union européenne ne souffre aucune ambigüité : «Les autorités marocaines sont chargées de contrôler la conformité aux normes de commercialisation des fruits et légumes frais sous leur contrôle et ces autorités sont responsables des contacts avec l'Union" (réponse de Janusz Wojciechowski, Commissaire européen à l'agriculture à une question parlementaire février 2020).
Quelques jours plus tard, même question, même position de l'UE sous la plume cette fois-ci de Paolo Gentiloni, Commissaire européen aux affaires économiques : Les autorités douanières du Maroc sont responsables de la délivrance de certificats d'origine valides pour les produits issus des provinces du Sud du Royaume (réponse du commissaire à une question parlementaire le 26 mars 2020).
Voilà qui peut rassurer l'APS et ses mentors qui ne veulent toujours pas intégrer cette vérité immuable : Le Sahara fait partie intégrante du territoire du Royaume du Maroc. C'est avec le Maroc que l'UE a conclu ses accords couvrant le Sahara et ses produits. C'est le Maroc qui est le partenaire commercial de l'UE. Et c'est sur le Maroc que l'UE compte pour assurer l'application des règles.
Les produits issus des provinces du Sud incorporent les valeurs des entreprises, des travailleurs et de la population locale. La marocanité du Sahara fait donc partie intégrante du produit et du processus de sa production et de son exportation.
Ni l'Algérie, ni son pantin polisarien ne peuvent prétendre à un quelconque droit sur ces questions.
D'ailleurs, dans chaque affaire portée devant la Cour de justice de l'UE, le recours du Polisario est rejeté systématiquement comme « irrecevable ».
Au moment où l'Algérie poursuit son acharnement maladif, le Maroc et l'UE continuent à avancer en partenaires stratégiques et à consolider le droit de la population locale au développement à travers des accords bénéfiques à l'ensemble des régions du Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.