Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle
Publié dans Libération le 14 - 07 - 2020


Rien ne prédestinait pourtant Jim
Ratcliffe à devenir milliardaire et à être anobli par la reine, lui qui a grandi dans un logement social de la banlieue
de Manchester
Fondateur du géant industriel Ineos, attaquant de pointe dans les acquisitions du domaine sportif, Jim Ratcliffe veut prendre le contrôle de l'usine de Daimler dans l'est de la France, une potentielle étoile de plus dans la galaxie de ce milliardaire britannique partisan du Brexit.
L'homme d'affaires de 66 ans a été propulsé sur le devant de la scène en 2018 devenant la première fortune britannique avec un patrimoine estimé à 21 milliards de livres (24,5 milliards d'euros), titre qu'il a depuis perdu pour glisser à la cinquième place, selon la Rich List 2020 du Times.
Entre-temps, il a défrayé la chronique en transférant selon la presse son patrimoine à Monaco. Muet sur le sujet, Jim Ratcliffe ne ménage pas ses efforts pour renforcer son groupe fondé en 1998 et dans lequel il investit massivement bien au-delà de la chimie, son coeur de métier.
Dernière cible en date, l'usine de Hambach dans laquelle est fabriquée l'emblématique Smart et où M. Ratcliffe pourrait construire son futur 4x4, plutôt qu'au Pays de Galles. Cette volte-face spectaculaire lui a valu des accusations de "trahison" de la part du syndicat britannique Unite.
Après avoir mis la main sur le spécialiste des vêtements de motos Belstaff, l'homme s'est donné l'objectif d'offrir un successeur au célèbre 4x4 Land Rover Defender - avec BMW comme motoriste.
Avant d'arriver tambour battant dans le dossier Daimler, c'est principalement dans le sport qu'il s'est fait remarquer, un canal qui tranche avec la culture de son groupe non coté en Bourse et dont la discrétion a longtemps été la marque de fabrique.
De l'athlétisme au cyclisme en passant par le football et la voile, le richissime Britannique ne s'interdit rien. Et s'offre des victoires prestigieuses.
En cyclisme, la reprise de l'équipe Sky (rebaptisée Ineos) l'an dernier lui a permis de décrocher les deux premières places à l'arrivée du dernier Tour de France.
En athlétisme, son poulain kényan Eliud Kipchoge, maillot floqué Ineos, a décroché en fin d'année dernière le record du monde (non homologué) du marathon à Vienne, en 1 heure 59 minutes et 40 secondes. Il s'est également offert le club de football de l'OGC Nice, le FC Lausanne, et a investi 110 millions de livres (123 M EUR au cours actuel) dans Ineos Team UK, une équipe britannique de voile qui a pour objectif de remporter la Coupe de l'America en 2021.
La presse britannique avait rapporté l'an dernier que ce supporter de Manchester United envisageait de racheter le club londonien de Chelsea.
Plus récemment, il a racheté fin juin pour 5 milliards de dollars les activités pétrochimiques de BP.
Rien ne prédestinait pourtant Jim Ratcliffe à devenir milliardaire et à être anobli par la reine, lui qui a grandi dans un logement social dans la banlieue de Manchester (nord de l'Angleterre).
L'ancien étudiant en chimie de l'Université de Birmingham et titulaire d'un MBA de la London Business School a créé Ineos à l'âge de 40 ans. Son groupe, qu'il possède encore à 60% et dont il est PDG, est devenu dans l'ombre un mastodonte industriel, dans un pays dominé par le secteur des services.
Ineos réalise désormais des ventes annuelles de 60 milliards de dollars (53 milliards d'euros) et emploie 18.000 personnes dans 24 pays. Ses produits servent à fabriquer aussi bien du gel douche que des médicaments.
Son groupe a grandi à coup d'acquisitions, dont celle en 2005 de l'entreprise de pétrochimie Innovene, filiale de BP, pour 9 milliards de dollars. Le milliardaire avait à cette occasion racheté la raffinerie géante de Grangemouth, en Ecosse, où ses rapports avec les syndicats ont été houleux.
Malgré sa réussite, l'homme est longtemps resté mystérieux, certains l'affublant de surnoms comme "JR", le personnage de la série "Dallas", ou "Dr No", le méchant du premier James Bond, selon un portrait publié par le Financial Times en 2014.
L'homme d'affaires s'est toutefois positionné sur le sujet épineux du Brexit, s'affichant comme l'un des rares patrons à soutenir la sortie de l'UE.
"Les Britanniques sont parfaitement capables de s'occuper des Britanniques et n'ont pas besoin que Bruxelles leur dise comment s'y prendre", avait-il assuré au Sunday Times un an avant le référendum de juin 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.