Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d'Inwi    Le roi Mohammed VI félicite le nouvel émir du Koweït    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Après Latifa Raafat, le rappeur Droos s'indigne contre la subvention du ministère    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    100 millions de doses de vaccins supplémentaires pour les pays démunis    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Roland, Strasbourg et Hambourg    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le surf à l'ère du coronavirus
Publié dans Libération le 04 - 08 - 2020

L'immensité de l'océan est effrayante tout comme le déchaînement de ses éléments. Mais l'océan c'est aussi un terrain de jeu à sensation. Et ça, les surfeurs l'ont bien compris. Mais nul besoin d'aller jusqu'à Nazaré, le dantesque sport portugais pour en profiter. Avec sa côte atlantique, longue de plusieurs centaines de kilomètres, le Maroc est un lieu de rêve pour surfer. Enfin avant que la crise sanitaire due au nouveau coronavirus ne prive les amoureux du tube de leur sport favori.
Pendant près de quatre mois, les surfeurs marocains, amateurs ou professionnels, n'ont eu d'autre choix que de regarder les vagues se fracasser au loin sans pouvoir s'y approcher. Maintenant, tout cela c'est du passé. Les nombreux clubs de surf du pays ont pu rouvrir leurs portes pour inculquer aux surfeurs en herbe comment chevaucher une mer aussi sublime que dangereuse. Sérieusement impliquée, la Fédération Royale marocaine de surf (FRMS) a mis tous les atouts de son côté pour que cette reprise se fasse dans des conditions sanitaires idoines.
Dans la région d'Agadir, où sont concentrées la majorité des écoles de surf du Royaume, les clubs ont reçu des consignes strictes et non négociables en termes de mesures préventives. Elles ne sont clairement pas de trop d'autant que le surf n'est pas uniquement un sport mais aussi un vecteur de dynamique sociale. Ce n'est donc pas une surprise si les acteurs ont eu du mal au début avec la distanciation sociale. Logique. Comment peut-on apprendre à une personne à se tenir sur une planche de surf sans l'approcher pour rectifier sa posture par exemple ? Néanmoins, les écoles de surf et leurs moniteurs se sont pliés aux consignes de la FRMS. Pour une reprise sans risque, la Fédération a normalement imposé, outre la distanciation sociale, de se changer chez soi ou dans un parking afin d'éviter les regroupements dans les clubs ou sur les plages. Autre consigne importante, ne surtout pas s'échanger le matériel.
Contrairement aux risques sur terre, dans l'eau, le risque de contamination est moindre. Mais les surfeurs devraient tout de même éviter de s'approcher des baigneurs. De toute manière, cela n'a jamais été leur intention. Car, généralement, ces mêmes baigneurs évitent de prendre le large, à la différence des surfeurs dont c'est le terrain de prédilection. Là où la mer leur offre leur joujou préféré, à savoir des tubes créateurs d'adrénaline et de bonheur. Un bonheur dont ils ont longtemps été privés. Aujourd'hui, il est certain qu'ils savourent plus que jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.