OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Lance par l'UPEM : Une initiative pour soutenir les éditeurs, auteurs et libraires    Fonds pour le cancer. La bataille n'est pas terminée    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    «Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Une situation invivable mais l'espoir demeure    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Artisaanat : Une Start-up court-circuite les intermédiaires (vidéo)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 29 septembre    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    France. Les généraux se révoltent    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution
Publié dans Libération le 08 - 08 - 2020

Trois ans après l'octroi de l'agrément aux premiers acteurs de la finance participative, le Maroc a mis sur les rails un nouvel écosystème financier à la grande satisfaction d'une clientèle en quête des offres alternatives de financement et des services bancaires rénovés.
Ce nouveau-né du paysage bancaire a connu une ascension fulgurante et un fort engouement des clients pour des produits phares comme Mourabaha immobilière et Mourabaha automobile devenus des modes de financement de prédilection pour une large frange des Marocains.
Les indicateurs d'activités communiqués régulièrement par la Bank Al-Maghrib (BAM) au sujet des performances des 5 banques et 3 fenêtres participatives en activité au Maroc confirment une croissance soutenable et des réalisations commerciales en nette amélioration de ces opérateurs qui n'ont cessé, depuis, de développer leur maillage territorial pour une large couverture du marché national.
D'ailleurs, le réseau des banques participatives a atteint 143 agences, y compris les espaces dédiés des fenêtres participatives, à fin avril 2020 contre 100 fin décembre 2018, alors que les comptes à vue ont dépassé les 96.454, en hausse de 48% par rapport à fin 2019, selon les derniers indicateurs des banques et fenêtres participatives publiés par BAM.
Les encours des financements Mourabaha octroyés par ces banques suivaient également une tendance haussière, reflétant la dynamique insufflée par le financement participatif au secteur bancaire, en offrant aux agents économiques de nouveaux circuits de financement pour faire aboutir leurs projets dans les meilleures conditions.
Pour ce qui est de l'encours total des financements participatifs par Mourabaha, contrat de vente par lequel la banque participative vend un bien mobilier ou immobilier de sa propriété à un client moyennant une commission, il a frôlé la barre des 10 milliards de dirhams (MMDH) au titre des quatre premiers mois de cette année contre 9,1 MMDH à fin 2019, soit une variation annuelle de 67%.
Par catégorie, Mourabaha immobilière et Mourabaha automobile se sont établis respectivement à 9,02 MMDH (+62%) et 929,9 millions de dirhams (+103%) alors que l'encours de Mourabaha équipement s'est élevé à 116,2 MDH (+8%).
Les financements participatifs par Mourabaha hors marges constatées d'avance (marge bénéficiaire globale fixée dans le contrat de vente par Mourabaha) ont totalisé un encours de 7,25 MMDH à fin avril 2020, précise la Banque centrale. L'encours de dépôts, indicateur phare de l'activité du secteur bancaire, affiche aussi des performances en bonne mine, les dépôts à vue ayant atteint 2,66 MMDH (+50%) et les dépôts d'investissements ont grimpé à 562,82 MDH.
"La finance participative au Maroc est un secteur qui demeure juvénile mais à fort taux de croissance. En effet, les données publiées par la Banque centrale font ressortir que le secteur connaît une évolution spectaculaire à deux chiffres", fait observer Zakaria Meliani, professeur universitaire à la Faculté des sciences juridiques économiques et sociales de Mohammedia.
Face à cette situation confortable et à fort potentiel, et dans un monde où la position géographique et la règle de droit sont devenues un moyen de drainage de fonds et de compétitivité économique, le Maroc peut jouer un rôle de leader financier en la matière, estime l'universitaire.
Et de relever : "Le Maroc peut profiter de l'effervescence accrue de cette industrie financière éthique et de la manne providentielle qu'elle engendre. Avec peu d'adaptations législatives, le pays peut devenir l'acteur africain et arabe majeur dans ce secteur".
Toutefois, l'universitaire a jugé nécessaire un effort d'innovation pour mettre à niveau l'offre de la finance participative. "Les techniques de financements utilisées dans la finance participative sont empruntées, pour la plupart, au droit des ventes, cette industrie financière est tenue d'innover normativement et financièrement".
M. Meliani a également appelé à mettre à profit cette industrie naissante et à saisir les opportunités qui en découlent. "La finance participative pourrait attirer des financements pétrodollars de masse, contribuer à dynamiser l'économie locale en général et doper le secteur immobilier en particulier".
Pour Youssef Baghdadi, président du directoire de Bank Assafa, les réalisations des banques participatives qui sont au bout de leur troisième année d'activité sont satisfaisantes malgré leur démarrage dans un écosystème en cours de construction (absence de Takaful, absence d'instruments participatifs pour un refinancement compétitif, offre produit très limitée, etc).
Pour une montée en compétence rapide du secteur, le manager a jugé nécessaire la mise en place des instruments de financement compétitifs, notant qu'il faut arriver à construire un marché financier participatif avec un indice boursier participatif permettant de drainer des investisseurs à la recherche de ce modèle.
En 2019, la Banque centrale a continué d'accompagner le développement de l'industrie de la finance participative sur le plan réglementaire en délivrant, notamment, à la Caisse centrale de garantie (CCG) un agrément à l'effet d'exercer, à travers une fenêtre dédiée baptisée "Sanad Tamwil" les activités de la garantie participative.
Bank Al-Maghrib a accompagné la CCG dans le processus de soumission et d'examen au Conseil supérieur des ouléma de la documentation contractuelle des produits de garantie, de financement et de soutien.
Ainsi, quatre produits de garantie participative de la CCG, portant sur le financement de l'habitat et la très petite, petite et moyenne entreprise (TPME), ont vu le jour pour promouvoir et faciliter l'accès au mode de financement participatif pour les ménages désirant acquérir leurs logements ou les entrepreneurs pour le financement de leurs projets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.