Article 1067789    SCR: Deux nouveaux administrateurs désignés    L'EMSI primée à Istanbul    Lutte contre le cancer: Les engagements d'El Othmani    Marocains bloqués à Mellilia: reprise de l'opération de rapatriement    Province de Jerada/Covid-19 : Les mesures restrictives prolongées d'une semaine    Khalid Ait Taleb : «Nous sommes encore dans la première vague»    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    Pédocriminalité : Après le drame de Adnane à Tanger, le supplice de Naïma à Zagoura    OCP : La solidité financière au rendez-vous    TPME, ces chiffres qui font peur !    Mali: Le président de transition Bah N'daw remercie le Roi Mohammed VI en recevant Nasser Bourita    Bilan bimensuel de la Covid-19 : Une hausse de 10% des cas d'infection depuis début septembre    De l'enseignement supérieur dans le monde arabe    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Laâyoune : enquête judiciaire suite aux divagations de certains séparatistes    Automobile: la DGI lance un nouveau téléservice    La FIFA et la CAF entament leurs auditions    USA : séparation des pouvoirs, dites-vous ?    Boujemâa Achefri médite en couleurs    Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille de Chama Zaz    Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    L'art de l'écriture et le monde de la beauté universelle    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    Pétition pour la vie: son initiateur réagit au rejet d'El Othmani    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Tanger-Tétouan-Al Hoceïma : Parachèvement en matériel informatique de 34 établissements scolaires    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    France. Les généraux se révoltent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"
Publié dans Libération le 08 - 08 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/48816477-38175839.jpg?v=1596810940" alt=" Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"" title=" Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/48816477-38175839.jpg?v=1596810943" alt=" Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"" title=" Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"" /
L'Américain Casey Affleck revient mercredi avec une oeuvre personnelle, "Light of my Life", où l'acteur et réalisateur se heurte aux affres de l'éducation d'une fillette dans un monde apocalyptique où les femmes ont disparu. "Light of My Life" est la première réalisation de Casey Affleck, 44 ans, depuis son Oscar en 2017 pour sa performance d'acteur dans "Manchester By The Sea". L'année suivante, il avait renoncé à remettre l'Oscar de la meilleure actrice en raison d'accusations de harcèlement sexuel qui le visaient, et qui ont fait l'objet d'un règlement à l'amiable. Son long-métrage d'une durée de 01H59 est l'un des rares films américains à sortir cet été, mais a déjà été diffusé aux Etats-Unis, avant la crise sanitaire.
Le frère de Ben Affleck, qui a longtemps fait carrière dans son ombre, y livre un récit angoissant: l'errance d'un père dont la fillette est l'une des rares survivantes d'une mystérieuse pandémie qui a décimé les femmes, peu avant sa naissance. Le danger est partout, toute solidarité a disparu.
Le père tente de protéger sa fille, à laquelle il raconte des histoires le soir dans leur tente, au cours de leur longue errance dans une forêt hostile, froide et humide, à la recherche d'un refuge. Jusqu'à ce que celle-ci, interprétée par la débutante Anna Pniowsky, s'oppose à lui et veuille sortir du cocon.
Avant tout, "Light of My Life" est "l'histoire d'un parent et de son enfant" plutôt qu'un film "avec un message politique", a expliqué lors de la présentation de son film à la Berlinale 2019 Casey Affleck, qui a construit le film petit à petit, en racontant des histoires le soir à ses deux enfants.
Face à un père qui la protège mais parfois l'étouffe, la fillette "veut raconter sa propre histoire, et à la fin, elle y arrive", a complété l'actrice Anna Pniowsky. Comme un écho à ce message, l'actrice Elisabeth Moss, qui a marqué les esprits avec son personnage dans la série "La Servante Ecarlate", métaphore de l'exploitation des femmes dans la société, fait quelques apparitions dans le film.
Tourné dans des paysages lugubres et des maisons abandonnées de l'Ouest canadien, "Light of My Life" joue aussi avec les codes de la science-fiction et des films d'horreur, des genres dont Casey Affleck était fan dans sa jeunesse, et auquel il assume faire des clins d'oeil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.