CGEM : une Commission Afrique avec Abdou Souleye Diop et Ali Zerouali    Vers une alternance consensuelle ?    La jeunesse du PJD veut la tête de Mohamed Amekraz    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Voici les villes marocaines qui abritent le tiers des réfugiés (ENQUETE)    Pour une stratégie d'identité visuelle    Tebboune. Ah, ce Maroc que je ne saurais tolérer    Vidéo choc. Des morts comptés Covid qui scandalisent les familles    Covid-19. Les Chinois nous piquent bien    Settat: le covid-19 force un lycée à adopter l'enseignement à distance    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    Violence faite aux femmes. Un film choc    BLADI SUMMER TOUR. Une édition 2020 en ligne    Dubaï. Mohamed Melehi expose « New waves » à Al Circel    Un comédien marocain met fin à sa carrière (PHOTO)    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    Algérie : un journaliste libéré après plus d'un an de détention    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Fès : un brigadier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Le ministère de l'éducation nationale et le CESE signent une convention-cadre pour le partage d'expériences et de données    Saisie d'une tonne de chira près d'Errachidia    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 24 septembre    Investissements: les USA saluent les efforts du Maroc    Officiel: Luis Suarez rejoint l'Atletico Madrid    BERD-CAM : Une alliance pour booster le commerce extérieur    Test PCR: comment Fès fait face à la pandémie    Covid-19 : Gare aux séquelles neurologiques !    ENTRETIEN/ Entreprises. La transformation digitale devient obligatoire    Wafa assurance: chute du résultat net (premier semestre 2020)    Blanchiment de capitaux : 390 affaires enregistrées en 2019 et 2020    WAC-Raja, un choc déterminant dans la course au titre    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    Enrichissement illicite Détails de la proposition de l'USFP    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    France: la Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Amekraz dans la ligne de mire de la jeunesse du PJD    La terre a tremblé mardi au Nord du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"365 jours" Un film entre succès et polémique
Publié dans Libération le 13 - 08 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/48951427-38231951.jpg?v=1597245104" alt=" "365 jours" Un film entre succès et polémique" title=" "365 jours" Un film entre succès et polémique" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/48951427-38231951.jpg?v=1597245105" alt=" "365 jours" Un film entre succès et polémique" title=" "365 jours" Un film entre succès et polémique" /
Depuis sa mise en ligne sur Netflix en juin dernier, le film polonais 365 jours (ou 365 DNI en version originale) n'en finit plus de diviser les réseaux sociaux. Adapté d'un best-seller local, le long-métrage raconte comment une jeune femme se retrouve séquestrée par un chef mafieux sicilien qui lui laisse un an pour tomber amoureuse de lui. Si certains spectateurs ont été émoustillés par le caractère sexy de ce 50 nuances de Grey polonais, d'autres ont été révoltés par l'aspect immoral du récit et surtout par la façon dont le film donnerait un aspect romantique à des actes aussi abjectes que le kidnapping et les abus sexuels, rapportent nos confrères de Télé-Loisirs. Une scène de viol a particulièrement choqué les spectateurs dont la chanteuse Duffy, elle-même victime de violences sexuelles et de séquestration, qui a demandé que Netflix retire le film de sa plateforme : "365 DNI rend glamour la réalité brutale du trafic sexuel, des enlèvements et des viols. Cela ne devrait pas être une idée de divertissement de qui que ce soit, ni être décrit comme tel, ou commercialisé de cette manière."
Jusqu'à présent, les auteurs du film ont décidé de garder le silence face à la gronde des réseaux sociaux. C'est finalement l'acteur principal, Michele Morrone, qui a réagi le premier. Interviewé par le site américain E Online, le comédien italien a d'abord voulu calmer le jeu en rappelant qu'il s'agit d'une oeuvre de fiction : "Quand des spectateurs regardent un film, je pense qu'ils savent que ce qu'ils voient à l'écran n'est pas toujours réel, mais que mon travail en tant qu'acteur est de le rendre réel, de les faire se connecter à Massimo même si c'est un patron de la mafia." Le jeune homme de 29 ans compte ainsi sur les spectateurs pour ne pas prendre trop au sérieux cette histoire (certaines jeunes femmes lui auraient envoyé des demandes de kidnapping via les réseaux sociaux) : "Je fais confiance au public pour comprendre que ce film est un fantasme. Parfois, on regarde des films et on se range du côté du mauvais garçon, mais tout en sachant toujours que c'est un mauvais gars qui fait de mauvaises choses, et, bien sûr, que ce comportement est complètement inacceptable dans la vie réelle."
Michele Morrone assure qu'il comprend la controverse créée par 365 jours et que le film ne cherche pas à "minimiser la réalité de la violence sexuelle dans le monde". Toutefois, il espère que le succès du long-métrage puisse faire réfléchir le public sur le sujet : "Je ne veux pas que les gens pensent que ce comportement est correct. Il ne l'est pas. Je pense c'est une bonne chose que le film amène les gens à parler de ces questions, afin que nous puissions les sensibiliser davantage à notre société." Pour conclure, l'acteur met en garde contre la censure réclamée par certains détracteurs du film : "Je pense que nous devons toutefois faire attention à ne pas limiter la création artistique. Je ne dirais pas qu'il faudrait interdire à un film de fiction comme celui-ci d'exister, parce qu'alors, qu'en est-il des films sur la guerre, les crimes, les meurtres et sur la mafia ?"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.