Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Orange Maroc se prépare à la 5G    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où sont les stars ? Une Mostra sans Hollywood
Publié dans Libération le 31 - 08 - 2020

2019: Brad Pitt, Meryl Streep ou Joaquin Phoenix en vedette sur le Lido. 2020: la Mostra de Venise doit se passer de stars hollywoodiennes, la faute au coronavirus, contrecarrant l'ambition du festival de devenir une rampe de lancement pour les Oscars.
Le plus ancien festival du monde, qui en 77 éditions a vu passer des légendes américaines comme Marlon Brando, Martin Scorcese ou Robert de Niro, est le premier rendez-vous cinématographique d'ampleur internationale à se tenir depuis le début de la crise sanitaire mondiale, après l'annulation du plus prestigieux d'entre eux, son concurrent direct, Cannes, en mai.
18 films sont en lice pour succéder au "Joker" de Todd Phillips, Lion d'Or 2019 avant de remporter cinq mois plus tard deux Oscars, dont celui du meilleur acteur pour Joaquin Phoenix. Parmi eux, un film français, un indien, quatre italiens... mais très peu d'américains.
Aucun grand nom d'Hollywood et seulement deux réalisatrices pour représenter les Etats-Unis. La sino-américaine Chloé Zhao, autrice du film indépendant "The Rider" et choisie par Marvel pour l'un de ses prochains opus, présentera "Nomadland" l'histoire d'une nomade des temps modernes au Nevada, incarnée par une actrice oscarisée, Frances McDormand, tandis qu'une réalisatrice plus confidentielle, la Norvégienne Mona Fastvold, présente "The World to Come". Hors compétition, l'actrice afro-américaine Regina King passe derrière la caméra pour "One Night in Miami", qui met en scène le jeune Cassius Clay (qui deviendra Mohamed Ali) et Malcolm X, et pourrait faire parler de lui alors que la question raciale est à nouveau brûlante aux Etats-Unis. Malgré tout, le contraste est complet avec l'an dernier, où, outre "Joker", Venise avait su attirer l'odyssée spatiale de James Gray "Ad Adtra" avec Brad Pitt, ou "The Laundromat" de Steven Soderbergh. C'est dans le jury que l'on trouvera cette année une étoile d'Hollywood, l'Australienne Cate Blanchett, comme présidente.
"Quelques films spectaculaires vont manquer, bloqués par le confinement qui pèse toujours sur la programmation des sorties hollywoodiennes les plus attendues", a dû constater avant le lancement du festival son directeur artistique, Alberto Barbera, artisan de l'histoire d'amour de la Mostra avec Hollywood ces dernières années. Au prix d'une ouverture, décriée par une partie de la profession, en direction des plateformes américaines de vidéo à la demande comme Netflix.
Le pari s'était révélé payant, au point que Venise, idéalement placé comme le festival de Toronto, en septembre, dans le calendrier des festivals avant la saison des prix anglo-saxons, était vu comme une antichambre des Oscars. Cannes se déroule en amont, et Berlin trop tard, en février.
"Gravity" et "Roma" d'Alfonso Cuaron, "La la land" de Damien Chazelle, "3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance" de Martin McDonagh... autant de films présentés ou primés sur la lagune avant d'être oscarisés quelques mois plus tard. Mais cette année, entre les restrictions sanitaires de circulation, et les cinémas à l'arrêt pendant trois mois aux Etats-Unis, les studios américains ont la tête ailleurs.
Dans ce marasme, les plus grosses productions ont toutes été repoussées, à commencer par "Tenet" de Christopher Nolan, finalement sorti dans plus de 70 pays cette semaine, le James Bond "Mourir peut attendre", le neuvième épisode de "Fast and Furious" ou encore "Wonder Woman 1984". Les studios Disney ont quant à eux redirigé leur produit phare "Mulan" vers les plateformes, et les Oscars eux-mêmes ont été décalés de deux mois, au 25 avril.
Ironie du sort, le rival cannois, contraint à l'annulation physique et avec lequel un "geste partagé" avait un temps été évoqué, a tout de même pu accrocher des productions d'Hollywood à son tableau de chasse de l'année: le film d'animation "Soul" des studios Pixar et "The French Dispatch" de Wes Anderson figurent dans sa "sélection officielle".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.