Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le secteur du livre affaibli par la pandémie
Publié dans Libération le 18 - 09 - 2020


Après un confinement qui a tout chamboulé, puis une relance en dents de scie, le secteur du livre a beaucoup souffert de la récession économique mondiale, consécutive aux multiples mesures restrictives adoptées pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), la pandémie des temps modernes. Déjà fragiles, les ventes de livres au Maroc ont été fortement impactées en cette période exceptionnelle, les librairies ayant été brusquement contraintes de fermer, alors qu'un passage vers l'e-commerce, opéré à la hâte, n'a rien arrangé, ou presque. "Catastrophique !", ainsi est qualifiée cette période par le président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc (UPEM),Abdelkader Retnani, également vice-président de la Fédération des industries culturelles et créatives(FICC) qui regroupe libraires, éditeurs, imprimeurs et lecteurs. La reprise timide de juillet et août, après la levée du confinement, a fait qu'en moyenne, et à ce jour, leslibraires et les éditeurs ont perdu jusqu'à 70% de leurs chiffres d'affaires par rapport à 2019, a-t-il confié à la MAP. "C'est énorme pour un secteur déjà assez fragile" avant même la pandémie, déplore le président de l'UPEM, qui prévoit une série de licenciements ou de faillites à cause de la situation agonisante. En février 2020, les éditeurs ont produit des livres à l'occasion du Salon international de l'édition et du livre (SIEL), mais la crise du Covid-19 s'est installée, suivie par la fermeture des points de vente. Les éditeurs se sont donc retrouvés avec "une production importante non distribuée sur les bras", même si certains libraires ont maintenu des services de livraison lors du confinement, a rappelé M. Retnani. Avec la réouverture deslibrairies en juin et au vu de la propagation actuelle du virus et des nouvelles restrictions, le rebond n'est pas au rendez-vous, a-t-il fait observer. M. Retnani a cité à titre d'exemple sa maison d'édition, "La Croisée des Chemins", qui a reporté la publication d'une cinquantaine de livres déjà mis en page. "Pour l'instant c'est difficile car nous n'avons aucune visibilité.Imaginez un peu, 52 titres à 1.000 exemplaires chacun, ça fait 52.000 exemplaires sur le marché. Les librairies marocaines sont aujourd'hui incapables d'absorber autant de livres. Mais les auteurs comprennent cela, bien entendu", explique-t-il. Cependant,renchérit M. Retnani, malgré la crise, "nous publions depuis le mois de mai 3 titres par mois en moyenne. Cela nous permet de résister comme acteur culturel mais aussi de garder l'ensemble de notre équipe active". Pour remédier à cette situation, appréhenderle secteur du livre dansson entièreté et tenir compte de cette succession d'intérêtsimbriquésles unssur les autres, le président de l'UPEM estime nécessaire "une réaction très forte et courageuse des responsables politiques". Selon lui, la culture devrait être pensée "de manière transversale et pas uniquement comme étant liée à un seul ministère", appenant à une création d'une "chaîne de solidarité qui comprendrait les éditeurs, lesinstitutionnels et la société civile". La situation est difficile et la crise a chamboulé tous les paradigmes, et ce ne sont pas les bouquinistes qui diront le contraire. La période est à "la survie", estimeAbdallah El Ghouari, bouquiniste reconnu dans la capitale. Le livre n'est pas une activité rentable, c'est un "réel plus", surtout en ces temps empreints "d'anxiété", dépourvus de "vision claire", a-t-il dit à la MAP. La situation du secteur est plutôt "morose, tout le monde se plaint", a expliqué le bouquiniste, qui dit recevoir plus de propositions d'achats que de ventes de livres. Selon M. El Ghouari, qui revendique plus de 30 ans d'expérience dans le domaine, le secteur reste "non organisé et non structuré". La "stagnation" des ventes et "l'hésitation" des commandes a affecté de plein fouet les librairies, qui ont essayé d'élargir leurs offres en incluant les petites fournitures pour ainsi résister à cette à la crise. Souad Halim,responsable de communication pour une librairie àRabat, explique que la période du confinement a été "une phase de promotion et d'incitation à l'achat des livres en ligne, surtout via leur les réseaux sociaux". Faisant part de son espoir pour une éventuelle amélioration de la situation, Mme Halim a confié que les ventes ne sont toujours pas au rendez-vous, malgré que la période coïncide avec la rentrée littéraire. "Du coup nous essayons de compter un peu plus sur la vente des articles de bureau et des produits de papeterie", a-t-elle dit.Et d'ajouter qu'en respect des mesures sanitaires, l'organisation d'évènements culturels a été suspendue, "y compris les séances de signature qui nous aidaient normalement à promouvoir le livre et sa vente", se désole-t-elle. En effet, malgré la levée du confinement, un rebond des ventes se fait toujours attendre. D'autant plus que la reprise de l'année scolaire dans un contexte marqué par l'incertitude entre le présentiel et le distanciel ne fait qu'intensifier une crise multidimensionnelle dansle secteur

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.