Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haro sur l'hydrochloroquine
Publié dans Libération le 27 - 09 - 2020

En enregistrant 2.719 nouveaux cas Covid+ et 19.000 cas actifs, samedi à 18H, on se doute bien que les autorités sanitaires tentent de trouver un moyen pour éviter l'engorgement des structures médicales dédiées au Covid-19. Dans cette optique, le ministère de la Santé envisagerait la vente de l'hydroxychloroquine dans les pharmacies. Une décision loin d'être incongrue dans le sens où 89% des patients Covid+ ont des formes asymptomatiques ou bénignes. Du coup, ils sont éligibles à un suivi à domicile.
Dès lors, pour se procurer de l'hydroxychloroquine et notamment le fameux médicament dit Plaquenil, dont la boîte de 30 comprimés coûte 51,10 DH, il suffira au patient de se rendre en pharmacie muni d'un test positif au coronavirus et d'une ordonnance. Jusqu'ici tout va bien, d'autant que les médecins libéraux pourraient avoir la possibilité de suivre leurs patients contaminés, isolés à domicile. Oui mais voilà, les choses ne sont pas aussi simples que cela. D'abord, le Plaquenil n'est pas uniquement utilisé pour combattre le Covid-19.
Par conséquent, il y a une crainte quant à sa disponibilité pour traiter d'autres maladies. Ensuite, comment faire semblant de ne pas être au courant de la nouvelle méta-analyse indiquant que l'hydroxychloroquine augmente la mortalité avec l'azithromycine ?
Depuis le début de l'épidémie, les hésitations des autorités sanitaires marocaines ne se comptent plus. Pourtant, il ne leur a pas fallu bien longtemps pour jeter leur dévolu sur l'hydrochloroquine.
En effet, le Maroc a administré aux patients Covid+ ce traitement qui a longtemps divisé le monde. Comme la prise du médicament se faisait sous surveillance médicale, il n'y avait pas de crainte concernant notamment un surdosage, comme cela a été observé aux Etats-Unis. Mais maintenant que la situation a changé du tout au tout, ce risque se fait de plus en plus pesant, tout comme celui de la disponibilité du médicament dans le cadre d'un traitement d'appoint ou de prévention des rechutes des lupus systémiques par exemple. Une maladie chronique autoimmune considérée comme l'une des premières causes de réduction de la mobilité physique et de mortalité chez les femmes jeunes au Maroc où plus de 20.000 d'entre elles en sont atteintes.
L'autre problématique liée à l'hydrochloroquine tient plus dans le fond que dans la forme. En effet, l'efficacité de ce traitement n'est toujours pas tranchée. De nouvelles recherches scientifiques prennent ses partisans à contre-pied. Comme d'habitude, deux hypothèses s'entrechoquent. Il y a, d'un côté, des chercheurs belges et italiens qui estiment que l'hydroxychloroquine permet une réduction de 30 % de la mortalité face au Covid-19. Et de l'autre, la Société de pathologie infectieuse de langue française expliquant récemment par le biais d'un communiqué que « d'une part, la prescription de l'hydroxychloroquine aux patients atteints de Covid-19 n'a pas fait la preuve de son efficacité » et, d'autre part, «les études rigoureuses réalisées par des équipes, sans a priori, au niveau international, ont toutes conclu sur l'absence de bénéfice, tandis que le risque de décès lié à un mauvais usage est, lui, parfaitement avéré».
Dans ce cas-là, qui croire ? « Futura-sciences », un portail web d'information a fait écho d'une méta-analyse, autrement dit, une méthode scientifique systématique combinant les résultats d'une série d'études indépendantes sur un problème donné, selon un protocole reproductible. Cette dernière, produite par un collectif intitulé « No Fake Science », publiée dans la revue médicale mensuelle, « Clinical Microbiology and Infection (CMI) », fait état de nouveaux arguments qui corroborent à la fois l'idée selon laquelle l'hydroxychloroquine n'apporte pas de bénéfice contre le Covid-19, et que son usage en conjonction avec l'azithromycine augmenterait la mortalité. Bref, vous l'aurez deviné, ce dont on peut être sûr, c'est que l'on est sûr de rien. Car depuis le début de l'épidémie, les scientifiques se rejoignent autant qu'ils se contredisent. Maintenant, le remède miracle ne serait plus l'hydrochloroquine mais plutôt les corticoïdes. Or, ces mêmes corticoïdes « n'ont pas montré de bénéfice lors d'infections virales, y compris à d'autres coronavirus ; ils sont à éviter, sauf s'ils sont prescrits pour une autre indication», d'après la revue médicale suisse. En somme, ces hésitations et contradictions confirment que le nouveau coronavirus n'a pas encore livré tous ses secrets.
Chady Chaabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.