Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau test rapide et bon marché en Inde
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2020


Un test rapide, fiable et bon marché pour détecter le coronavirus avec une bandelette de papier réactif va bientôt être disponible en Inde où des scientifiques l'ont développé pour aider à contrer la pandémie. Il s'appelle "Feluda", du nom d'un personnage populaire de détective créé par le grand cinéaste Satyajit Ray (1921- 1992), et acronyme scientifique (FNCAS9 Editor-Limited Uniform Detection Assay). Il utilise en effet la technique des "ciseaux moléculaires" CRISPR-Cas9, mise au point par deux généticiennes, la Française Emmanuelle Charpentier et l'Américaine Jennifer Doudna, qui viennent d'être récompensées par le prix Nobel de chimie. Ce kit, qui fonctionne à partir de prélèvements par écouvillonnage nasal, ressemble à un test domestique de grossesse avec sa bandelette où apparaissent deux traits colorés si le résultat est positif et fournit les résultats dans l'heure. "Ce test ne nécessite aucun équipement sophistiqué ou main-d'œuvre hautement qualifiée", explique son co-inventeur Souvik Maiti, du CSIRInstitute of Genomics and Integrative Biology (IGIB), l'Institut de génomique et biologie intégrative du Conseil de la recherche scientifique et industrielle de New Delhi. "De nombreux endroits reculés en Inde n'ont aucun laboratoire sophistiqué", poursuit-il. Le test "sera bien plus facile à déployer, il aura une pénétration bien supérieure". Avec plus de 7,5 millions de cas, l'Inde est le deuxième pays au monde le plus infecté par le virus derrière les Etats-Unis. La maladie s'est répandue des villes jusqu'aux zones rurales où les services de santé sont limités. Les scientifiques espèrent que ce test permettra d'aider à détecter le virus dans les régions les plus pauvres de ce pays d'1,3 milliard d'habitants. L'Inde utilise actuellement des tests virologiques RT-PCR, les tests de référence qui nécessitent un matériel de laboratoire avancé, ainsi que des tests antigéniques, beaucoup plus rapides car ils ne nécessitent pas d'analyse en laboratoire mais aussi moins précis. Les premiers tests détectent le matériel génétique du coronavirus alors que les seconds repèrent des protéines du virus. Le test Feluda, comme d'autres en développement également dans plusieurs autres pays, est perçu comme une avancée majeure en Inde car il a la fiabilité du test PCR avec l'accessibilité des tests antigéniques. Il a reçu le feu vert des autorités de régulation indiennes. Le ministre de la Santé Harsh Vardhan a assuré la semaine dernière qu'il pourrait être déployé dans le pays par le conglomérat Tata dans les semaines à venir. Son prix n'a pas été publié mais, selon des médias locaux, il pourrait coûter environ 500 roupies (5,8 euros). Un test PCR peut coûter jusqu'à 2.400 roupies dans un laboratoire privé à New Delhi. Pour le moment, le prototype nécessite l'usage d'un thermocycleur, ou machine PCR, mais les scientifiques travaillent à une version fondée sur la salive ou l'auto-écouvillonnage susceptible d'être utilisée chez soi, a précisé Debojyoti Chakraborty, co-inventeur et scientifique de l'IGIB.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.