Nomination : Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Immobilier. Une nouvelle introduction en bourse    Les flux des marchandises entre les ports de Casablanca et de La Spezia fluidifiés    Travail des enfants et droits de la femme : 14 associations bénéficient de la subvention de l'Etat    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président mauritanien    Détection des discours haineux : Facebook chiffre ses progrès    Programme Intelaka: Jouahri a présenté les derniers chiffres    Covid-19 au Maroc: le taux de reproduction a baissé, voici les villes concernées    [Vidéo] C.I.N. comme garantie : ce que dit la loi [MFM Radio]    L'hommage au Roi unificateur    Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises    Liverpool ne pourra bientôt plus aligner 11 joueurs valides    Le "butin " qui trahit l'expédition du Polisario à El Guerguarat    "Bayt Dakira " , partenaire du ministère de l'Education nationale pour promouvoir la richesse de toutes nos diversités    Parution de l'édition arabe des "Voix de Marrakech" de l'Allemand Elias Canetti    Croissance économique et rationalisation des choix budgétaires : cas du Maroc [Tribune]    HACA/ONU Femmes : «16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes»    Un nouveau bain de sang évité en Tunisie    Un chanteur marocain testé positif au covid-19    La Franco-marocaine Amina dévoile son premier clip«Je te quitte»    Réseau de lecture au Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    FICMEC 2020 : Une 9ème édition virtuelle qui met à l'honneur l'Amérique latine    Vaccin anti-covid-19: Prendre son mal en patience    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Le Parlement péruvien salue l'intervention du Maroc    Zoom : Hamilton ou Schumacher, qui est le meilleur pilote de l'Histoire ?    660 nouveaux véhicules mis à la disposition de différents services    Intégrité territoriale : L'Alliance des Médecins Istiqlaliens fière des positions de SM le Roi    Large soutien international à l'intervention du Maroc pour protéger ses territoires    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    L'épreuve de vaccination!    Conseil de gouvernement: ce qui est prévu jeudi à Rabat    Raja de Casablanca: Ziyat persiste et signe    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Colorado: le chiffre d'affaires en baisse de 10,3% à fin septembre    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abderrahim Benyazghi, directeur du Centre régional de transfusion sanguine de Fès
Publié dans Libération le 22 - 10 - 2020

Quel est l'état du stock de sang au niveau du Centre régional de transfusion sanguine de Fès ?
Le Centre régional de transfusion sanguine de Fès souffre d'un déficit en ce qui concerne le nombre de donneurs de sang, consécutif notamment à la crise liée à la pandémie du coronavirus, qui dissuade beaucoup de personnes à venir faire don de leur sang.
De même, l'unité mobile que le centre mobilise dans les différents quartiers et provinces de la région dans le cadre de ses campagnes ne parvient à réaliser, en l'état actuel, qu'une à deux sorties au lieu de sept par semaine auparavant. D'habitude, le centre devrait disposer d'un stock couvrant sept jours, mais malheureusement, le sang disponible ne couvre que deux jours.
Comment gérez-vous la situation en cette conjoncture ?
Le besoin en sang dans la région augmente de jour en jour surtout au niveau du CHU Hassan II de Fès vu l'état de la crise sanitaire. Pour y répondre, nous avons besoin de 120 donneurs de sang par jour, autrement il y aura déficit. Toutefois, si le nombre dépasse ce seuil, le surplus des plaquettes risque de périr, d'où la difficulté de réussir l'adéquation de l'offre et de la demande.
Cela dit, nous avons besoin de 120 donneurs/jour tout au long de l'année pour répondre aux besoins en la matière au niveau de la région. La pandémie du coronavirus a accentué le problème du don du sang surtout au cours de la période de confinement. Mais, nous avons réussi en collaboration avec les autorités locales à surmonter cette situation.
Au niveau du centre, nous nous débrouillons très bien. Si nous atteignons 60 à 70 donneurs, nous essayons de compléter le reste en faisant appel aux campagnes de don du sang organisées par des partenaires. Dans le centre, tout est mis en place dans le respect des mesures sanitaires (distanciation sociale, port du masque) pour rassurer les citoyens.
Pourtant, Fès est classée première en ce qui concerne le nombre de donneurs de sang?
Bien que Fès soit en tête des villes au Maroc en ce qui concerne le nombre de donneurs de sang (45%), il ne faut pas oublier que la consommation est importante au niveau local. Au niveau de la consommation, la préfecture occupe la troisième position après Casablanca qui a besoin de 500 donneurs et Rabat (300).
La demande locale dépend de la taille de la ville. Il y a de petites villes qui ont besoin de 50 donneurs seulement par semaine. Nous sommes toujours confrontés à cette logique de l'offre et de la demande.
Nous ne disposons pas encore de statistiques pour cette année, mais un total de 200 campagnes ont été organisées en 2019. Il y aura certainement une baisse du nombre de ces opérations en 2020 au vu de la pandémie du coronavirus.
Nous collaborons avec la banque de sang de Taza qui parvient à organiser 40 campagnes par an, ainsi qu'avec une association spécialisée dans la même ville. Elles mettent à notre disposition des quantités de sang et le centre garantit, en échange, les besoins de la ville en cette matière étant donné que le sang est traité par le CRTS.
Que recommandez-vous pour promouvoir davantage la culture du don du sang?
Des progrès importants ont été réalisés, surtout depuis que SM le Roi a donné l'exemple en faisant don de son sang. Je tiens à rassurer les citoyens que le sang collecté ne se vend pas. Quand un citoyen fait don d'un sac de sang, l'Etat dépense plus de 1.000 DH pour le traiter. Les patients qui ont les moyens et qui en ont besoin paient 360 DH comme contribution aux dépenses, ce que certains considèrent comme une opération d'achat de sang. Les Ramédistes, eux, ne paient rien pour bénéficier de la banque de sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.