Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    Pêche côtière et artisanale : Repli de 4% des débarquements à fin septembre    La Bourse de Casablanca finit dans le vert    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Ahmad Ahmad sanctionné: la CAF a fait une nouvelle annonce    Campagne de vaccination: Ait Taleb a donné plus de détails    Maroc: la tendance baissière se confirme (Covid-19)    Laâyoune: un policier retrouvé mort chez lui (DGSN)    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Covid-19 : durcissement des mesures dans plusieurs villes du Maroc    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    Météo: enfin de la pluie au Maroc, les villes concernées    Gestion des déchets : où en est le Maroc ?    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Maroc-Allemagne : le contrat d'exécution de TraCs Maroc signé    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    Selon le dernier communiqué de la FRMF : Une Botola professionnelle féminin est en vue !    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée
Publié dans Libération le 25 - 10 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/50890678-39178410.jpg?v=1603637290" alt=""Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée" title=""Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/50890678-39178410.jpg?v=1603637290" alt=""Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée" title=""Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée" /
Le Roman de l'écrivain Driss Ksikes, "Au détroit d'Averroès", est une enquête ouverte sur le devenir d'une figure qui a marqué l'histoire de la civilisation islamique et fortement influencé la philosophie occidentale, selon le professeur chercheur à l'université de Chicago Khalid Lyamlahy. Pour ce spécialiste de la littérature maghrébine, le roman de Ksikes s'ouvre sur une fracture évocatrice, une blessure inscrite dans la double désignation arabe et latine du philosophe andalou : "Ibn Rochd. Averroès". Pour interroger "l'inconsolable schisme entre Averroès et Ibn Rochd", le roman évoque le détroit de Gibraltar, lieu de passage et de séparation, point nodal entre l'Orient et l'Occident", écrit l'universitaire marocain dans un article publié dans la revue Zone critique, sous le titre "Retrouver Ibn Rochd, réécrire Averroès". Si Ibn Rochd est "un ancien savant, constitué par notre imaginaire", Averroès "a d'abord été dans l'Europe médiévale, un être en papier", objet de relectures, de réimpressions et de traductions. Entre les deux, un mouvement de vaet-vient accompagne la construction du roman, comme s'il fallait faire osciller l'écriture entre les deux rives du détroit, faire de la traversée le signe même du dialogue fictionnel avec le philosophe, a souligné M. Lyamlahy
Pour éveiller le "legs dormant" d'Ibn Rochd, Ksikes imagine un récit à plusieurs entrées où la pensée du philosophe fait l'objet d'autant de tentatives d'approche et de réinterprétation, a-t-il relevé, notant que le dialogue de Ksikes avec la vie et la pensée d'Averroès est aussi un appel subliminal à prolonger l'effort de lecture et d'interprétation dans le champ pluriel du langage. Et d'ajouter que de la philosophie à la musique, en passant par le théâtre, la question centrale demeure celle de la transmission : "Comment traduire l'ineffable, le sensible, l'imperceptible dans un langage intelligible ?". Par-delà la quête d'Averroès, le roman de Ksikes est une ode à l'éclatement des lieux et des formes d'écriture dans la mesure où il alterne les dialogues fictionnels, les discours rapportés, les échanges épistolaires, mais aussi les confessions, les emails et les extraits de journaux ou de carnets de bord. Car d'après Khalid Lyamlahy, la lecture s'apparente à une navigation entre divers genres et plusieurs niveaux de commentaires, prolongeant en filigrane l'oscillation entre la tentation du roman historique et le désir d'un témoignage au présent.
Si le roman tente ainsi, et à de nombreuses reprises, de jeter un pont entre le passé et le présent, il s'emploie également à dénoncer les dérives d'une époque contemporaine où les débats sont marqués aussi bien par "la rapidité et la virulence des réactions" que par le "simplisme des arguments", écrit le critique littéraire. Selon lui, le récit est aussi une reconstruction des malentendus et des incompréhensions qui empêchent désormais l'effort et le renouvellement de la pensée, une reconstruction menée notamment à partir de l'opposition entre la bulle déchaînée et incontrôlable des réseaux sociaux et le monde exigeant et tourmenté de la philosophie. En utilisant la forme romanesque pour réactiver au présent la pensée d'Averroès tout en éclairant son ancrage historique et sa dimension prospective, Ksikes s'inscrit dans une longue tradition qui n'a cessé d'interroger le rapport à la culture dans ses lignes de rupture et de croisement, at-il argué.
En fait, le roman éclaire de manière particulièrement efficace la fracture entre les pratiques sociales, noyées dans la superficialité et la violence, et l'effort de la pensée critique, incarné par un Ibn Rochd/Averroès qui résiste à toute récupération simpliste ou dogmatique, conclut ce spécialiste de la littérature maghrébine . Paru au Maroc en 2017 et réédité en France en 2019, "Au détroit d'Averroès" est le journal recomposé d'Adib, un enseignant de philosophie dans un lycée à Casablanca, qui tente encore désespérément de faire entendre la voix de cet humaniste musulman, père de la raison, banni par les siens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.