Le PPS fait entendre la voix des catégories impactées par les mesures de confinement    Des experts soulignent la pertinence de la Proclamation américaine    Artisans: des services de santé de qualité    Les TPE lourdement impactées    Principaux points de l'enquête de conjoncture    Les autorités consulaires de Séville se rendent auprès des saisonnières marocaines    38 jours en mode survie dans la jungle d'Amazonie    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Paris et Chelsea perdent mais passent    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    La Bourse de Casablanca débute en hausse    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Partenariat et contractualisation. Réponse du ministre de la Santé au déficit en personnel médical
Publié dans Libération le 13 - 11 - 2020

«Recruter 5.500 cadres médicaux, infirmiers et administratifs, encourager le partenariat avec les collectivités territoriales afin qu'elles participent à l'offre sanitaire notamment dans les zones rurales, encourager la contractualisation avec les médecins du secteur privé afin de combler le vide au niveau des ressources humaines et poursuivre le renforcement des capacités du système sanitaire en matière de formation », telle est la recette proposée par le ministre de la Santé lors de la présentation du budget de son département devant la Chambre des représentants pour répondre au manque de personnel soignant.
Pourtant, le document présenté devant la commission des secteurs sociaux ne précise ni la nature ni la conception ni les conditions de ce partenariat avec les collectivités territoriales ni celles de la contractualisation avec les médecins du secteur privé.
En effet, les deux sujets n'ont rien de nouveau et le document du département de la Santé ne révèle rien d'original. Ainsi, concernant le partenariat avec les collectivités territoriales, il existe bel et bien et consiste à offrir les infrastructures par les collectivités et les médecins par le ministère de la Santé. Ces collectivités recrutent elles-mêmes du personnel médical.
Pourtant, nombreux sont ceux qui se demandent comment ce partenariat peut-il fonctionner aujourd'hui avec le gel des recrutements. « Il y a des postes budgétaires au niveau des collectivités territoriales, mais ils restent vacants vu la décision du gouvernement Benkirane de geler l'embauche dans le secteur public.
Le recrutement se fait aujourd'hui dans le cadre des mutations alors qu'il y a une demande qui dépasse l'offre », nous a indiqué Hassan Benoichon, directeur du bureau communal d'hygiène à Tafraout qui estime qu'il y a un vide juridique qui doit être comblé. « Nous sommes aujourd'hui près de 260 médecins recrutés par des communes et ce nombre n'est pas précis puisqu'il y a ceux qui sont partis à la retraite et ceux qui sont décédés. Aujourd'hui, on commence à parler de contractualisation, mais personne ne sait quelle forme elle revêtira», nous a-t-il indiqué. Concernant ce sujet, le site d'information Hespress a révélé que la majorité parlementaire a appelé l'Exécutif à créer de nouveaux postes budgétaires en proposant la création à partir du 1er janvier 2021, de 2000 postes contractuels au sein du ministère de la Santé.
La même source a indiqué qu'un projet de loi est en cours d'élaboration par le ministère de tutelle afin de permettre à ce département de conclure des contrats avec des cadres du secteur privé. Une mesure qui risque de prendre encore du temps puisqu'elle exige la promulgation d'autres textes de lois permettant la contractualisation.
De son côté, Khaled Ait Taleb, ministre de la Santé, a souligné dernièrement la nécessité de mettre en place un nouveau système de contractualisation basé sur des incitations exceptionnelles. Un système qui doit être discuté hors du régime de la fonction publique et qui exige la création d'un nouveau cadre. A ce propos, il a appelé à un consensus sur le prochain projet de loi loin des querelles de chapelle puisque la situation est alarmante. En effet, le déficit en médecins avoisine les 23.000 praticiens. Aujourd'hui, notre pays en compte 12.000 et ce nombre risque de passer à 7.000 à l'horizon 2030. Ceci d'autant plus que la fonction publique attire peu ou pas les jeunes lauréats des Facultés de médecine. D'après le Syndicat des médecins du secteur libéral, 300 médecins quittent notre pays chaque année. La plupart d'entre eux choisissent la France ou l'Allemagne puisque ces deux pays ont complètement modifié leur politique de recrutement des médecins étrangers.
Cette migration des médecins marocains n'est pas seulement motivée par des raisons financières. En effet, si un médecin touche au début de sa carrière en France de 1.200 à 1.400 euros et 5.000 euros après quelques années d'exercice, il a également droit à un bon climat de travail et à de bonnes conditions pour exercer son métier. Dans les pays à revenus élevés, ces médecins se sentent plus sécurisés en ce qui concerne leur famille et leur avenir professionnel et personnel. Khaled Ait Taleb sera-t-il capable d'offrir ce climat de travail et ces conditions au Maroc ? Affaire à suivre.
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.