Maroc/Etats-Unis : David Fischer rend hommage au Maroc et à son Roi (vidéo)    Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    L'ONEE et la FRDISI s'allient pour la réalisation d' un Centre de technologie digitale intelligente    Prix Franz Edelman 2021, l'OCP parmi les finalistes    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    Maxim Behar: La reconnaissance US de la marocanité du Sahara, un tournant pour la région    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    L'Opinion : Crédibilité vs abstentionnisme    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    Le ministre de l'intérieur s'entretient avec son homologue israélien    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira    Vaccins: le monde fait face à un échec moral «catastrophique»    Narsa : les délais de rendez-vous largement réduits    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    Coupe du Monde des clubs: Annulation du match d'ouverture    Championnat d'Allemagne: Le Bayern Munich champion d'hiver    Mondial de Handball : Maroc-Islande pour préparer la Coupe du Président    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Lancement d'un projet de mise à niveau urbaine de quartiers sous-équipés    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Edito : Loupé    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE cherche à larguer ses migrants irréguliers vers le Maroc Ce n 'est pas gagné d'avance
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2020


«Une visite de plus», c'est ainsi que certains observateurs ont qualifié la visite officielle de deux jours entamée par Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures, destinée à négocier les réadmissions et la facilitation des visas avec le Maroc. «Il s'agit d'un nouveau round de négociation et pas plus. En effet, ce sujet concernant la négociation d'un accord de réadmission avec le Maroc ne date pas d'aujourd'hui et la position du Maroc est immuable. S'il est pour la réadmission de ses ressortissants, il est contre tout accueil de citoyens de pays tiers notamment de l'Afrique subsaharienne. A ce propos, il ne faut pas s'attendre à un changement de position de la part des autorités marocaines», nous a expliqué Said Machk, professeur de droit international à la Faculté de droit à Fès. Selon lui, les officiels marocains sont intransigeants sur ce point puisqu'ils réalisent que tout accord dans ce sens place le Royaume dans le rôle du gendarme chargé de protéger les frontières européennes en empêchant, en premier lieu, les migrants non désirés d'y accéder et, en second lieu, en expulsant ceux qui malgré toutes les précautions y seraient parvenus. De son côté, Hassan Ammari de AlarmePhone nous a précisé que cette visite intervient à quelques semaines seulement de celle du ministre de Affaires étrangères espagnol et à quelques mois des pourparlers bilatéraux entre la France, l'Allemagne et notre pays concernant le retour des mineurs marocains non-accompagnés. A ce propos, il a rappelé qu'il y a eu une grande pression sur le Maroc pour accepter, à la fois, le retour de ces mineurs et l'idée de construire des centres pour l'intégration et la réintégration de ces derniers. «Ylva Johansson cherche peut-être elle aussi à maintenir la pression pour parvenir à un accord », nous a-t-il affirmé. Et d'ajouter : « Il y a aujourd'hui des rumeurs qui circulent sur une éventuelle implication directe des ONG dans la gestion de ces retours via l'accueil, l'accompagnement, l'orientation et l'aide des migrants refoulés. GIZ Maroc (Agence de coopération internationale allemande) a déjà commencé ce travail avec des projets d'auto-entrepreneuriat». Pour d'autres observateurs, la visite de la commissaire européenne aux affaires intérieures était attendue après la présentation du "nouveau Pacte sur la migration et l'asile" en septembre dernier par la Commission européenne et qui avait pour objectif de remplacer le controversé règlement de Dublin, et de rendre obligatoire la "solidarité" de tous les membres de l'Union européenne avec les pays de première arrivée de migrants, lorsque ces derniers sont "sous pression". En effet, et afin d'accélérer les retours vers les pays d'origine, la Commission avait décidé de nommer un coordinateur épaulé par un réseau d'«experts » dans les Etats membres afin d' « intensifier les négociations» avec les Etats d'origine. Sachant que l'UE a actuellement 24 accords de réadmission avec des pays tiers, mais «tous ne marchent pas», selon la Commission. Un rapport annuel évaluera la capacité des Etats tiers à reprendre leurs ressortissants ou non, et la délivrance des visas pour un pays européen y sera liée. Pourtant, Said Machk soutient que l'actuelle visite effectuée par Ylva Johansson a d'autres buts et ne se résume pas au seul objectif d'améliorer la coopération avec le Maroc pour le retour de ses migrants en situation administrative irrégulière. «Il y a la question du terrorisme, celle de la migration dans sa globalité et la situation au niveau régional. Le contexte de la pandémie du Covid-19 marqué par l'augmentation des flux des migrants exige la coordination entre les pays de départ, et ceux de transit et d'accueil », nous a-t-il expliqué. Selon Hassan Ammari, le durcissement du contrôle des frontières au niveau du Nord du Maroc s'est soldé par l'augmentation des flux des candidats à la migration irrégulière en direction des Iles Canaries à partir du Sud du Maroc. Selon le HCR, 1.460 candidats y sont arrivés entre juin et août 2020 (en plus des 2.555 arrivées de janvier à mai). Le mois de septembre a connu une nouvelle hausse importante des arrivées avec plus de 2.000 personnes, ce qui porte le nombre total d'arrivées aux Iles Canaries en 2020 à 6.116 personnes (au 27 septembre). Ce chiffre est six fois supérieur à celui de la même période en 2019. Un cinquième de ces personnes est constitué de femmes. Parfois, il y a eu des centaines d'arrivées dans une même journée, comme le 6 septembre qui a enregistré 140 arrivées en six bateaux, le 8 septembre avec 160 arrivées en sept bateaux et le 15 septembre avec 130 arrivées en dix bateaux. «Mais, les grands flux sont observés au niveau de la route méditerranéenne orientale via la Turquie. Les côtes algériennes se sont également transformées en plateforme importante de départ pour les jeunes Maghrébins notamment les Marocains et les Algériens et dans une moindre mesure les Tunisiens. La ville de Jérada est aujourd'hui le point d'entrée vers l'Algérie pour les jeunes Marocains issus en grande majorité de Béni Mellal et de Kasbat Tadla», a précisé Hassan Ammari. Et de conclure : «A noter que plus de 50 candidats marocains à la migration ont été incarcérés dans les prisons algériennes au cours du mois de novembre dernier».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.