Bank Al-Maghrib lance le service de centralisation des chèques irréguliers    La Bourse de Casablanca clôture en bonne mine    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Ramadan au Maroc: cette catégorie n'est pas concernée par le couvre-feu    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rêve d'émigrer attire de plus en plus de diplômés marocains
Publié dans Libération le 21 - 12 - 2020


Les secteurs classiques de l'économie continuent à attirer la main-d'œuvre marocaine migrante. En effet, l'agriculture, la sylviculture et la pêche demeurent les premiers pourvoyeurs d'emplois pour les migrants marocains avec 20,2%, suivies par les secteurs du bâtiment et travaux publics et celui du commerce, réparations automobiles et motocycles, employant respectivement 10,7% et 10,4% des actifs occupés. Viennent ensuite l'hôtellerierestauration (8,7%) et autres services (8,5%), a indiqué la dernière enquête nationale sur la migration internationale menée par le HCP. Le même document a révélé que les secteurs d'activité varient beaucoup selon le sexe. Les hommes travaillent plus que les femmes dans l'agriculture (24,5% contre 2,9%), le BTP (12,9% contre 1,8%), le commerce (11,4% contre 6,3%) et les industries extractives (6 % contre 2,3%) ; et les femmes plus que les hommes dans la santé (13,1% contre 1,3%), l'éducation et l'administration publique (7,4% contre 2,4%), les services domestiques (8,1% contre 0,6%), les services financiers (7,5% contre 2,3%) et les autres services (16,1% contre 6,7%). Les secteurs d'activité des migrants varient aussi selon le pays de résidence. Il y a une certaine concentration sectorielle dans deux catégories de pays. Dans l'agriculture (37,1%) dans les nouveaux pays européens d'immigration ; si on ajoute le BTP (12,3%) et le commerce (11,6%), on arrive à 61%. Dans le BTP (17,2%) et les autres services (16,7%) dans les pays arabes ; si on ajoute l'hôtellerie et la restauration (13,9%), on arrive à 47,8%. Il y a moins de concentration sectorielle dans les anciens pays européens d'immigration et l'Amérique du Nord. Pourtant, cette main-d'œuvre marocaine jouit d'un niveau d'éducation nettement plus élevé que celui de la population du Maroc. Un migrant actuel sur trois (33,5%) a atteint le niveau d'enseignement supérieur, 44,7% des femmes contre 28,4% des hommes. Un autre tiers (33,7%) a le niveau secondaire, (32,6% des femmes et 34,3% des hommes). Ceux qui ont le niveau du primaire sont de 16,9% (9,8% des femmes et 20,2% des hommes) et ceux sans niveau 10,2% (8,2% des femmes et 11,1% des hommes). Comment peut-on expliquer ce décalage entre le niveau d'éduction élevé et l'emploi dans des secteurs classiques qui ne demandent pas de grandes compétences intellectuelles ? «Ça rien de contradictoire», nous a répondu Mohamed Khachani, enseignantchercheur à l'Université Mohammed V Agdal et secrétaire général de l'Association marocaine d'études et de recherches sur les migrations (AMERM). Selon lui, cette question nous renvoie à la problématique de déclassement des diplômes qui désigne un dysfonctionnement entre le niveau d'éducation des individus et le niveau d'éducation requis des emplois. «Plusieurs jeunes Marocains diplômés sont prêts à tout pour décrocher un job à l'étranger, peu importe les conditions de travail et les compétences requises. Deux facteurs expliquent cet état de lieu. Il y a d'un côté le chômage, et de l'autre le rêve d'émigrer». Mais ce déclassement n'empêche pas, selon notre interlocuteur, que nombreux sont les compétences marocaines qui ont réussi à percer dans les pays d'accueil et à réaliser des success story. «Aujourd'hui, un grand nombre d'étudiants marocains préfèrent rester dans ces pays d'accueil qui recrutent de plus en plus parmi ces étudiants. Selon des chiffres de l'OCDE, le nombre de nos étudiants s'élève à 243.000 personnes». Selon l'enquête du HCP, le quart (25,8%) des migrants marocains ont obtenu leur diplôme dans des pays à l'étranger. Parmi ces derniers, la France se place en premier (14,9%), suivie de très loin par le Canada (2,4%), les Etats-Unis (2,2%), l'Allemagne (1,8%), l'Espagne (1,2%), la Belgique (0,6%) et l'Italie (0,5%). La répartition des migrants actuels ayant obtenu un diplôme supérieur ou de formation professionnelle de niveau de technicien ou technicien spécialisé, selon le domaine de spécialisation, montre que trois spécialisations émergent du lot, le commerce et la gestion (administration des entreprises) prédominent avec 23,7%, suivis des technologies de l'information et de la communication (TIC) (10,9%) et l'ingénierie et techniques apparentées (10,2%) ; viennent ensuite le droit (6,7%), les langues (6,3%), la santé (5,3%) et les mathématiques et statistiques (5%). Le domaine de spécialisation semble varier selon le sexe des migrants actuels. On relève que le domaine relatif au commerce et à la gestion est relativement plus le fait des femmes (28% contre 20,4% pour les hommes). Il en est de même pour les domaines des langues (8,2% contre 4,8%) et de la santé (7,5% contre 3,6%). En revanche, les hommes sont plus versés dans les TIC (12,9% contre 8,1 pour les femmes), l'ingénierie (12,2% contre 7,7%), les mathématiques et statistiques (respectivement 5,7% et 4,2%) et les sciences physiques (4,9% contre 3%). L'enquête en question a révélé, en outre, que le niveau d'éducation varie selon les pays d'accueil. Les migrants actuels vivant en Amérique du Nord ont le niveau d'éducation le plus élevé et ceux des nouveaux pays européens d'immigration, le plus bas. Ainsi, au moment où les migrants sans aucun niveau d'éducation enregistrent une proportion presque nulle (0,2%) en Amérique du Nord, ils sont proportionnellement importants dans les nouveaux pays européens d'immigration (16,2%). A l'autre extrémité, le niveau supérieur est beaucoup mieux représenté parmi les migrants d'Amérique du Nord, 76% contre 48,9% pour les anciens pays européens d'immigration, 28,4% pour les pays arabes et 10,9% pour les nouveaux pays européens d'immigration. Ainsi, les compétences marocaines sont drainées relativement plus par le Canada et les Etats-Unis d'Amérique et en second lieu par les anciens pays européens d'immigration (la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne). Enfin, il y a lieu de noter que les pays arabes attirent plus les lauréats de la formation professionnelle et ceux qui ont le niveau du secondaire. «L'attrait de l'Amérique du Nord sur nos compétences nationales trouve son explication dans l'environnement professionnel aux Etats-Unis et au Canada. Ceci d'autant plus que les politiques migratoires de ces pays cherchent des profils très pointus et filtrent les candidats à l'immigration dans ces pays», nous a expliqué Mohamed Khachani. Et de conclure : «Tant que l'immigration vers les nouveaux pays d'immigration est orientée par d'autres facteurs (réseaux familiaux, secteur d'activité...)».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.