Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mardi 20 avril    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Hilale: « L'Algérie et le polisario continuent de bloquer le processus politique onusien »    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    SM le Roi félicite M. Patrice Talon à l'occasion de sa réélection Président de la République du Bénin    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    Cette semaine en Liga...    La BAD soutient la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc    Parc éolien de Melloussa : un gouffre financier ou un rêve qui tarde à voir le jour pour le groupe Taqa ?    Enseignants contractuels: Le ministère de l'Education "n'a imposé le mode d'embauche régional à personne" (Amzazi)    La généralisation de la protection sociale est une consécration de l'article 31 de la constitution (Pr. AFIF)    "Jazirat Al Kanz": La saison 6 démarre ce mardi à 22h45 sur 2M    Open d'Espagne de Taekwondo:Achraf Mahboubi médaillé d'or    Création de la Super League: La colère d'Alexandre Ceferin, président de l'UEFA    Le message du roi Mohammed VI au roi d'Eswatini    L'Atlético enfonce Eibar, le Real cale à Getafe, En-Nesyri donne la victoire à Séville    La Botola envahie par des coachs de la Tunisie    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Washington lance un ferme avertissement à Moscou    Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Le MASI reprend le chemin vert    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    FRMF: Ammouta nouveau coach des U23, Fathi Jamal intègre la DTN    Voici les dates des examens de l'année scolaire 2020-2021    Covid-19 Maroc : 138 nouvelles contaminations et quelque 19 000 doses de vaccins administrées en 24 heures    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Maroc : La Marine Royale porte secours à 165 candidats à la migration irrégulière    ONDA: Chute de plus de 70% du trafic aérien en ce début 2021    CMR : la réorganisation continue    Déficit budgétaire de 6,7 milliards de dirhams à fin mars 2021    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Verra-t-on enfin le bout de la piquouze ?
Publié dans Libération le 07 - 01 - 2021

Le calme plat et les inquiétudes qui ont épousé ces dernières semaines ont laissé place à une lueur d'espoir. Depuis mercredi, on en sait enfin un peu plus sur l'avenir de la campagne de vaccination au Maroc, puisque suite à l'avis favorable de la commission consultative, accordé il y a quelques jours, le ministère de la Santé a validé l'autorisation d'utilisation temporaire d'urgence du vaccin d'AstraZeneca. Le terme temporaire correspondant à une durée d'utilisation de 12 mois.
istoire, ce n'est clairement pas le scoop du siècle. Cet accord n'était plus qu'une simple formalité, au vu de l'utilisation du vaccin anglo-suédois dans trois continents différents et notamment au Royaume-Unis, en Inde et en Argentine. Cela dit, il convient de souligner que cet accord prend le sens de l'histoire à contre-pied. En effet, depuis que 600 volontaires marocains ont participé aux essais cliniques du vaccin développé par l'entreprise d'Etat chinoise, CNBG Sinopharm, tous les projecteurs étaient braqués sur l'Empire du milieu et son remède miracle. Mais petit à petit, le vaccin d'AstraZeneca a rattrapé son retard jusqu'à doubler Sinopharm dans l'esprit des autorités sanitaires marocaines, à tel point que le «COVISHIELD», du nom commercial de l'antidote anglo-suédois, a de fortes chances d'être l'heureux élu du moins pour le début de la campagne de vaccination, dont l'objectif affiché est de vacciner 80% de la population marocaine de plus de 18 ans, suivant un processus dispatché en 3 phases et qui devrait durer 12 semaines.
Mais ce n'est pas pour autant que le vaccin de Sinopharm va disparaître du paysage. Loin de là. Rappelons que 40 millions de doses du vaccin chinois ont été commandés par le Royaume, dont les autorités ont démenti en avoir reçu une partie, en plus des 25 millions auprès d'AstraZeneca, dans un souci de «diversifications des sources» comme l'avait déclaré, il y a quelques semaines, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Mais pour le moment, le tapis rouge est déroulé au vaccin d'AstraZeneca qui devrait également être importé par voie aérienne. Dans le document signé par le ministre de tutelle que «Libé» a pu consulter, on peut notamment lire, sans grande surprise, que le vaccin d'AstraZeneca est composé de deux doses dont la seconde doit être administrée plusieurs semaines après la première (4 et 12 semaines). En revanche, ce qui est plus étonnant, c'est l'absence du nom du laboratoire anglo-suédois dans ledit document. En lieu et place, on retrouve celui du laboratoire indien, Serum Institute of India, semble-t-il considéré dans le deal comme fabricant du vaccin sous licence d'AstraZeneca. En tout cas, les autorités sanitaires du pays n'ont pas manqué d'opportunisme, en accordant l'autorisation à AstraZeneca. Comme nous l'avons expliqué à plusieurs reprises sur ces colonnes, le groupe pharmaceutique anglo-suédois a assuré que son vaccin protège à 100% contre les formes sévères de Covid-19. Après de multiples recherches supplémentaires, le directeur général du groupe, Pascal Soriot, s'est, quant à lui, félicité sur les colonnes du tabloïd britannique «Sunday Times» d'avoir trouvé «la formule gagnante et comment arriver à une efficacité, qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres vaccins candidats».
Ces recherches et études complémentaires avaient été diligentées après que le développement du vaccin fut marqué par des résultats intermédiaires intrigants. Car si le laboratoire britannique avait avancé en novembre que son vaccin était en moyenne efficace à 70% contre plus de 90% pour ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, c'était notamment dû à un grand écart entre les protocoles mis en place. D'une part, l'efficacité à 90% s'est déclarée auprès des volontaires qui ont d'abord reçu une demi-dose, puis une dose complète un mois plus tard. Et d'autre part, une efficacité à 62% concernant un autre groupe vacciné avec deux doses complètes. Sévèrement critiquées, ces dissensions en terme d'efficacité avaient donc débouché sur la nécessité d'entreprendre des études supplémentaires, d'autant que l'injection d'une demi-dose était principalement due à une erreur et avait concerné un groupe réduit. Aujourd'hui, cet épisode n'est plus qu'un mauvais souvenir. Le vaccin d'AstraZeneca est plus que jamais la star des vaccins anti-Covid-19, de par son efficacité, bien évidemment, mais aussi son bas prix (entre 2 et 3 euros), soit six à dix fois moins cher que certains de ses deux concurrents. Par ailleurs, il n'exige pas une conservation à basse (-20 c) ou très basse (-70 c) température.
Chady Chaabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.