Les frontlineuses à l'honneur    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Lamia Tazi : « Malgré toutes les avancées, la représentativité de la femme dans les organes de décision reste faible »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mars 2021 à 18H00    Covid-19: le Maroc s'approche des 4 millions de personnes vaccinées    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    De la «Mounassafa Daba» en poste de décision avant les élections 2021 ! : Une première pétition lui est dédiée    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Matteo Renzi, le ténor toscan devenu inaudible
Publié dans Libération le 21 - 01 - 2021

I l battait déjà des records d'impopularité : Matteo Renzi, ancien Premier ministre au tempérament bouillonnant, risque de s'aliéner ses derniers soutiens après avoir torpillé la majorité à laquelle son parti appartenait. A 46 ans, il a claqué la porte de la coalition gouvernementale en retirant les deux ministres de son parti Italia Viva, accusant le chef de l'exécutif Giuseppe Conte de faire cavalier seul et contestant les priorités du plan de relance économique italien. Mené au début de la campagne de vaccination massive contre la Covid-19, son "coup de poker", comme le qualifie le politiste Roberto D'Alimonte, a ulcéré la majorité et suscité les critiques d'une partie de la presse.
Pour La Repubblica, il n'a rien à perdre. "Le défi +obligé+ de Renzi en quête de sa popularité perdue", titrait lundi le quotidien proche du centregauche. Aujourd'hui au plus bas dans les sondages, les enquêtes d'opinion donnent son parti, Italia Viva, à 3% des intentions de vote en cas de législatives anticipées. Un étiage humiliant pour le "Tony Blair italien", qui avait fait rêver le centre-gauche européen en remportant plus de 40% des voix lors des élections européennes en 2014. Depuis, la dégringolade est rude. Ce Toscan qui parle toujours aussi fort mais n'est plus entendu paye assurément une personnalité jugée souvent hautaine et un brin autoritaire. "Vous n'avez pas besoin d'être populaire pour faire de la politique", assurait-il pourtant ces derniers jours sur la chaîne Rete 4, de cet accent florentin teinté d'un léger zozotement qui faisait son charme avant que les Italiens ne finissent par se lasser. "Je sais : beaucoup de gens ne m'aiment pas. Je vais vous dire une chose : je ne sais pas quoi en penser. Je peux raconter des blagues".
Il paye aussi ses promesses trahies de faire de l'Italie "le pays où on trouve du travail parce qu'on connaît quelque chose et non parce qu'on connaît quelqu'un", et des déboires judiciaires pour financement illégal de parti politique qu'il conteste. Arrivé à la tête du Parti démocrate (PD) fin 2013 alors qu'il était maire de Florence, sans avoir jamais siégé au Parlement ou été ministre, il promettait de "mettre à la casse" les caciques de son parti, et quelques autres. Or, il s'est surtout lui-même entouré de fidèles, souvent Toscans comme lui, qui lui ont valu des soupçons de favoritisme. En février 2014, à 39 ans, il devient le plus jeune chef de gouvernement italien depuis Benito Mussolini et son parti rafle 41% des suffrages aux européennes. Pour parvenir à ses fins, il pousse sans ménagement vers la sortie le Premier ministre Enrico Letta, ex-N.2 du PD, auquel il avait pourtant tweeté un désormais fameux "Enrico stai sereno" ("Enrico, sois tranquille") moins d'un mois plus tôt.
Mais la chance tourne rapidement pour celui qui, adolescent, avait remporté 48 millions de lires (24.800 euros) au jeu télévisé La roue de la fortune. Sous sa législature, l'Italie a modernisé l'école, légalisé le mariage gay, simplifié les procédures de divorce, baissé les impôts pour les revenus les plus faibles. Mais ses politiques centristes et une certaine arrogance ont éloigné les syndicats et l'aile gauche du PD. Et en 2016, son rêve d'une Italie "plus efficace et plus simple" s'est brisé sur le rejet sans appel de sa réforme constitutionnelle lors d'un référendum qui a tourné, à ses dépens, au plébiscite. A l'automne 2019, c'est la scission. Matteo Renzi, secrétaire général du Parti démocrate, crée Viva Italia en espérant prendre un espace au centre. Un parti du PD le suit, mais visiblement pas l'opinion. Selon un sondage de l'Institut Demos&Pi publié lundi dans la Repubblica, seul 1% des personnes interrogées fin décembre, avant même le retrait de ses ministres, jugeait son action positive en 2020. Prenant acte de ce désamour, il convoiterait le poste de secrétaire général de l'OTAN en 2022, selon les médias italiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.