Bank Al-Maghrib lance le service de centralisation des chèques irréguliers    La Bourse de Casablanca clôture en bonne mine    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Ramadan au Maroc: cette catégorie n'est pas concernée par le couvre-feu    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La migration irrégulière a un coût
Publié dans Libération le 16 - 02 - 2021


La migration irrégulière coûte de plus en plus cher. Elle est également la cause de l'endettement de plusieurs candidats à l'immigration qui contractent des emprunts et s'endettent auprès de leurs parents et amis pour financer leur voyage. Selon une récente étude de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'endettement touche 68% des migrants de retour dans six pays d'Afrique de l'Ouest (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Sénégal et Gambie) avec une moyenne de près de 511 euros de dettes par migrant. Au total, le montant estimé de l'endettement de l'ensemble des rapatriés des six pays étudiés peut atteindre 15 millions d'euros, soit l'équivalent de près de 10% de l'ensemble des transferts de fonds envoyés au Mali par les migrants installés en France. La famille reste le principal pourvoyeur des fonds destinés à financer le projet migratoire avec plus de la moitié des prêts réalisés auprès de la famille, suivie par les amis et les proches, qui représentent 41% des prêts. Ladite étude souligne, en outre, que quelques disparités existent entre les pays en termes de profil des migrants de retour endettés. C'est notamment le cas de la Guinée, où les migrants endettés sont plus jeunes, ou de la Côte d'Ivoire qui compte plus de femmes. Toutefois, la majorité des migrants de retour qui sont endettés sont âgés de moins de 35 ans et sont chefs de ménage. Plus d'un tiers d'entre eux sont sans emploi. Enfin, bien que principalement célibataires, 70% des migrants de retour endettés déclarent des personnes à charge, précise l'étude. Sur un autre registre, l'étude de l'OIM a indiqué que près de 60% des prêts n'ont pas été remboursés et que seulement un quart d'entre eux l'a été tout en relevant que la fréquence de remboursement des emprunts reste irrégulière. De plus, ajoute l'étude, le fait d'emprunter de l'argent pour émigrer et d'être ensuite incapable de le rembourser peut représenter un danger physique palpable pour les migrants et leurs familles. Selon l'OIM, un migrant de retour endetté sur cinq a déclaré avoir été menacé, maltraité ou soumis à des actes de violence pour le forcer à rembourser ses dettes. Près de 8% d'entre eux ont même admis avoir été physiquement agressés par leurs créanciers. «Un rapatrié au Mali a déclaré avoir perdu l'usage de sa jambe gauche après avoir subi une blessure par une balle tirée par un prêteur», note l'OIM. Un tel retour au pays dans un état encore «plus précaire qu'avant le départ», peut finalement constituer un échec pour les familles. «Cela a des conséquences durables sur la réintégration socioéconomique des rapatriés», a déclaré Sokhna Sy, responsable de recherche au Bureau régional de l'OIM en Afrique de l'Ouest et du Centre. A noter que plus des deux tiers des migrants endettés considèrent que cette situation impacte négativement leur quotidien. Sur le plan personnel, beaucoup de personnes interrogées ont fait état de sentiments d'anxiété, d'échec, d'isolement social et de peur de ne pas pouvoir honorer leurs engagements. 12% des migrants de retour endettés envisagent même d'émigrer à nouveau pour rembourser leurs dettes. Pour Omar Naji, militant des droits de l'Homme et spécialiste des questions migratoires, les résultats de cette étude suscitent des doutes concernant ses vrais motifs. Pour lui, il s'agit bien d'une étude orientée dont l'objectif est de dissuader les jeunes Africains à migrer. «Le Maroc est le point de passage des Subsahariens vers l'Europe et ce passage a été gratuit. En fait, les candidats à la migration irrégulière arrivent souvent à pied au Maroc jusqu'à Nador et de là, ils passent la barrière séparant le Royaume des présides occupés. Mais dès 2015, ce passage gratuit est devenu payant vu le renforcement des contrôles. En effet, le Maroc et l'Espagne ont procédé à la construction d'une 4ème barrière et au creusement de fossés ainsi qu'à l'installation des caméras, ce qui a rendu toute tentative de franchissement des barrières difficile, voire dangereuse», nous a-t-il indiqué. Et de poursuivre : «En conséquence, si le nombre des tentatives a chuté, le durcissement des contrôles a amplifié les tentatives de passage payants par la mer en ayant recours à des trafiquants ou des réseaux de trafic humain. Autrement dit, le passage d'une migration gratuite à celle qui ne l'est pas est la conséquence directe de politiques migratoires européennes qui ont rendu ces tentatives plus meurtrières». Notre interlocuteur estime que cette transformation a également modifié le profil des candidats à la migration et elle a encouragé l'émergence des réseaux de trafiquants. «Auparavant, nous avions eu affaire à des candidats pauvres qui tentaient leur chance grâce à leur force physique. Mais, depuis 2015, ce sont des individus qui font partie des classes moyennes et qui disposent des moyens financiers nécessaires qui font le déplacement vers le Maroc. Certains arrivent en avion ou passent par la Mauritanie en payant des trafiquants appartenant à des réseaux transnationaux. En fait, la migration vers l'Europe coûte cher. Il faut payer entre 2.000 à 4.000 euros et seuls ceux qui en ont les moyens peuvent partir vers l'Europe», a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.