S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc green listed de plein droit
Publié dans Libération le 23 - 02 - 2021


Les bonnes nouvelles s'accumulent pour le Maroc. Après le retentissant succès de sa diplomatie sur le dossier du Sahara, le Royaume a été retiré de la liste grise des paradis fiscaux établie par l'Union européenne (UE). «Le Maroc ne figure plus sur la liste grise de l'UE des juridictions non coopératives à des fins fiscales», s'est empressé d'annoncer lundi 22 février le ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration. En effet, «le Conseil des affaires étrangères de l'UE, réunissant les ministres européens des Affaires étrangères, a adopté ses conclusions sur les juridictions non coopératives à des fins fiscales, à savoir l'acte formel qui confirme l'avis positif du Groupe Code de conduite du Conseil de l'UE (CCG) et enlevé le Maroc de l'Annexe II - la liste des juridictions en attente d'une évaluation de l'UE sur ses engagements en matière fiscale», a indiqué ce département dans un communiqué. Comme l'a souligné le ministère dirigé par Mohamed Benchaaboun dans sa note, «les conclusions du Conseil de l'UE, approuvées ce matin (22 février), sont l'étape finale et définitive de la procédure qui suit le feu vert des ambassadeurs des Etats membres de l'UE». Selon la même source, la décision du Conseil de l'UE implique que le Royaume sort définitivement de la liste grise de l'UE et devient donc «Green Listed». Pour le ministère des Finances, cette décision est la preuve que «les réformes entreprises par le Royaume en matière fiscale sont en ligne avec les conditions de l'UE et les normes internationales». Elle témoigne également de la coopération positive entre les autorités marocaines et européennes sur ce sujet, a fait savoir le communiqué rappelant que «le Maroc fait partie des pays qui se sont engagés à mettre en conformité leurs systèmes fiscaux avec les normes de bonne gouvernance, dans le cadre de l'amélioration de la transparence fiscale au niveau mondial». Le retrait du Maroc de la liste grise ne saurait donc être fortuit. Il est à coup sûr le fruit des efforts fournis par les pouvoirs publics à bien des égards pour parvenir à un résultat qui satisfasse Bruxelles. Pour y parvenir, le Maroc a dû accélérer ses réformes. Il a ainsi pris plusieurs dispositions législatives qui ont été adoptées selon la nature de chaque régime fiscal dans le cadre du processus de réformes entamées depuis la loi de Finances pour l'année 2018. Dans une déclaration à la MAP, l'Union européenne a confié qu'outre les actions visant à garantir la conformité de son système fiscal avec les principes mondiaux de transparence et d'imposition équitable, le Maroc a également initié des réformes qui ont permis de modifier le régime fiscal de Casablanca Finance City considéré comme dommageable du point de vue fiscal pour le rendre conforme aux principes de concurrence fiscale loyale. A ce propos, soulignons que le Maroc a adopté une nouvelle loi régissant les activités de la City en vue de renforcer la transparence et la nature des activités qui y sont exercées et d'améliorer son attractivité, notamment pour les entreprises éligibles à l'obtention du statut spécifique au pôle financier de Casablanca, rappelle la MAP. L'agence ajoute, par ailleurs, que le Maroc a corrigé deux régimes fiscaux préférentiels, à savoir ceux des zones franches d'exportation et des entreprises exportatrices à travers la loi de Finances 2020. Il est à noter que, «tout au long du processus d'évaluation de son système fiscal, le Maroc se félicite d'avoir réussi à convaincre l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) et ses partenaires européens du réalisme de sa vision qui consiste d'une part à prouver sa ferme détermination à se conformer aux normes de bonne gouvernance fiscale en prenant les mesures nécessaires de manière transparente et graduelle et d'autre part à veiller à la sauvegarde de ses intérêts socioéconomiques», a-ton fait savoir. Cette évaluation positive était attendue depuis la visite de Mohamed Benchaaboun à Bruxelles en février 2020, et de sa rencontre avec son homologue européen, le Commissaire Paolo Gentiloni. Ce dernier dirige la direction de la Commission européenne sur la taxation (TAXUD) chargée de proposer au CCG les considérations et évaluations techniques sur la base desquelles la liste des juridictions non coopératives à des fins fiscales est constituée. Le Maroc a naturellement salué la décision de sortir définitivement de la liste « grise », persuadé que cette décision européenne témoigne que les mesures qu'il a prises ont été accueillies « favorablement par ses partenaires et que les efforts consentis et les actions entreprises, s'inscrivent parfaitement dans la lignée de la bonne gouvernance fiscale, conformément aux normes internationales ». Dans le contexte actuel, marqué par la crise due à la Covid-19, la sortie définitive du Maroc de la liste grise de l'Union européenne est de bon augure pour le Royaume qui ne ménage aucun effort pour améliorer son attractivité et rassurer les investisseurs sur le caractère sain de sa fiscalité. Pour rappel, c'est en décembre 2017 qu'avait été créée la fameuse liste de l'Union européenne dont l'«objectif global consiste à améliorer la bonne gouvernance en matière fiscale à l'échelle mondiale et à veiller à ce que les partenaires internationaux de l'UE respectent les mêmes normes que les Etats membres», selon le site web officiel de l'UE. En effet, «cette liste s'inscrit dans le cadre des travaux de l'UE pour lutter contre la fraude et l'évasion fiscales et vise à produire un effet dissuasif plus prononcé auprès des pays qui refusent systématiquement de jouer franc jeu en matière de fiscalité», a-t-on précisé de même source. Rappelons également que c'est au cours de la même année (2017) que Mohamed Benabdelkader avait pris ses fonctions de ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Réforme de l'administration et de la Fonction publique avant d'occuper actuellement le poste de ministre de la Justice. Depuis lors, il n'a cessé d'œuvrer pour convaincre les différents corps de métier sous sa tutelle de se conformer aux normes édictées en la matière. Un travail de titan qu'il a mené régulièrement et avec constance auprès des avocats, des notaires et des autres professions judiciaires. Pour permettre à chacune de ses actions d'aboutir comme, par exemple, contre les crimes de blanchissement d'argent et le financement du terrorisme, le ministre n'a ménagé aucun effort pour le renforcement du système juridique national. Avec en toile de fond, un cadre juridique ralliant les approches de la prévention et de la lutte pour la construction de systèmes juridiques institutionnels efficients. Signalons que d'autres actions et non des moindres ont été menées depuis son arrivée aux commandes de la Justice nationale. A signaler, par ailleurs, qu'en date du 22 février 2021, neuf territoires figurent sur la liste grise des paradis fiscaux (liste de surveillance) établie par l'Union européenne. Il s'agit de l'Australie, de la Barbade, du Botswana, de l'Eswatini, de la Jamaïque (qui fait son entrée après actualisation de la liste), de la Jordanie, des Maldives, de la Thaïlande et de la Turquie. Si le Maroc, la Namibie et Sainte-Lucie ont été retirés de cette fameuse liste grise, après avoir adopté les réformes nécessaires pour améliorer leur cadre de politique fiscale, ce n'est pas le cas de la Barbade qui est passée de la liste noire à la grise. A noter que les paradis fiscaux ciblés par Bruxelles sont au nombre de 12, à savoir Anguilla (territoire du RoyaumeUni), Dominique (Caraïbes), Fidji (Océanie), Guam (Océanie, territoire des Etats-Unis), Îles Vierges américaines (Caraïbes, territoire des EtatsUnis), Palaos (Océanie), Panama (Amérique centrale), Samoa (Océanie), Samoa américaines (Océanie, territoire des Etats-Unis), Seychelles (océan Indien), Trinité-et-Tobago (Caraïbes) et Vanuatu (Océanie). Dans le même temps, la Dominique a fait son entrée sur la liste noire des paradis fiscaux au terme de la dernière évaluation, rejoignant ainsi les pays et territoires non coopératifs à des fins fiscales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.