Sophie Villaume, une «Marocaine de cœur»    Le Maroc et le Danemark veulent élaborer un agenda post-pandémie    Le MASI reprend le chemin vert    Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Arrivée à Beyrouth du 2è lot des aides alimentaires    Washington lance un ferme avertissement à Moscou    France : Offensive sur la sécurité, sujet phare de la présidentielle de 2022    L'Atalanta plombe la Juventus, Naples accroche l'Inter    Le Marocain Achraf Mahboubi médaillé d'or    La valse des entraineurs, reflet de l'amateurisme du football national    Ramadan, les métiers saisonniers fleurissent    Le 1er dictionnaire espagnol-arabe de football, présenté en ligne mardi prochain    Un riche programme de sensibilisation et de vulgarisation autour des valeurs historiques de Rabat    Jubantouja est inspiré du Roi de la Mauritanie Juba II    Voici les dates des examens de l'année scolaire 2020-2021    Covid-19 Maroc : 138 nouvelles contaminations et quelque 19 000 doses de vaccins administrées en 24 heures    Compteur Coronavirus : 138 cas testés positifs, 4.672.326 personnes vaccinées    ONDA: Chute de plus de 70% du trafic aérien en ce début 2021    Résiliation d'un contrat avec Sunny Hill Energy: «Sonatrach» risque de verser une indemnisation de plus de 1Mrd USD    Déficit budgétaire de 6,7 milliards de dirhams à fin mars 2021    Mohammadin Boubekri, président de l'Ordre des médecins : « Nous n'avons aucune réserve pour le recrutement de médecins étrangers sauf une »    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    A Tindouf la population astreinte à payer des contributions au Polisario    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Aubergines : les Etats-Unis songent au Maroc pour l'import    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Des Associations de supporters Rajaouis aux journalistes sportifs : « Vous êtes impartiaux » !    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    Super League: la nouvelle compétition qui chamboule le foot    Transport : La BAD appuie la modernisation du rail au Maroc    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    José Mourinho viré de Tottenham    Un malade mental commet un carnage à Taounate    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Edito : Cour promotionnelle    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2021


Depuis deux ans, les militants du Hirak sont en butte à des méthodes répressives, dénonce Amnesty International, à l'occasion du deuxième anniversaire de ce mouvement de contestation politique et sociale qui secoue l'Algérie. "Les autorités algériennesse sont attaquées à des dizaines de manifestant(e)s, journalistes et militant(e)s à coups d'arrestations arbitraires et de poursuites judiciaires, au motif qu'ils ont manifesté pacifiquement et exprimé des opinions politiquessurlesréseaux sociaux", déplore l'Organisation de défense des Droits Humains dans une déclaration. Dans une investigationmenée sur 73 cas de militants du Hirak, de manifestants et de journalistes, Amnesty International affirme avoir "constaté qu'au cours des deux dernières années, les autorités ont eu recours à des arrestations arbitraires, à des poursuites et parfois à des condamnations à de lourdes peines de prison sur la base de dispositions floues du Code pénal": "atteinte" à la sécurité nationale ou à l'intérêt national, "outrage" envers des fonctionnaires et "incitation" à un attroupement non armé. Dansses conclusionssuite à cette investigation, Amnesty International épingle "les lois récemment adoptées qui criminalisent la diffusion de fausses informations ou le non-respect des mesures de confinement en cette période d'urgence sanitaire".Ces lois ont été "invoquées pour intenter des poursuites contre plusieurs militants qui avaient appelé à reprendre la contestation ou avaient critiqué la gestion de la pandémie de COVID-19 par les autorités", dénonce l'ONG. De même, souligne AI, "dans plusieurs cas, la police a fouillé les téléphones de manifestants et de militants, et d'après l'examen de documents judiciaires, les juges ont parfois retenu à charge des informations récupérées sur des applications de messagerie privée pour étayer les accusations portées contre ces personnes, en plus de les poursuivre pour des commentaires publics sur Facebook". "Certains militants et militantes ont vu leurstéléphonesfouillés de manière intrusive, d'autres ont été licenciés par leur employeur parce qu'ils avaient été inculpés. Certains ontsignalé avoirsubi des actes de torture et desmauvaistraitements durant leur détention", poursuit l'Organisation internationale. "Les conclusions d'Amnesty International pointent vers une stratégie délibérée des autorités algériennes visant à écraser la dissidence, stratégie qui vient contredire leurs promesses en matière de respect des droits humains. Ces actions sont celles d'un gouvernement désireux de censurer son peuple parce qu'il manifeste sans violence et exprime des opinions critiques sur les réseaux sociaux. Ces méthodes répressives n'ont pas leur place dans une société respectueuse des droits", a déclaré Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.