La Zambie réitère son soutien « indéfectible » à l'intégrité territoriale du Maroc    Affaire du dénommé Brahim Ghali : Une ONG espagnole dénonce « le silence et l'ambiguïté » de l'exécutif ibérique    Sahara marocain : un maire italien invite l'UE à emboîter le pas aux Etats-Unis    Malgré la maladresse des autorités espagnoles, les relations entre le Maroc et l'Espagne ne se détérioreront pas, selon le directeur de Atalayar    Maroc/La Chambre des représentants tiendra lundi une séance mensuelle des questions de politique générale    Anniversaire : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan fête ses 18 ans    Après ceux brulés vifs en octobre dernier : L'armée algérienne liquide deux jeunes orpailleurs de Tindouf de sang-froid    Légalisation des signatures : Les précisions de la direction des collectivités territoriales    Attijariwafa bank augmente son RNPG de 21,6% au T1-2021    IER : Nouvelle alliance entre le CNDH et la CDG    Nigeria : fin de calvaire pour des étudiants enlevés    Meknès : interpellation de deux individus pour vol à l'intérieur d'agences de transfert de fonds et de change    Nador : Une opération d'immigration clandestine avortée et un individu interpellé    Aéroport Mohammed V: les vols internationaux transférés du Terminal 2 au Terminal 1 (ONDA)    En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Votre e-magazine « ATTAHADI » du vendredi 7 mai 2021    Evolution du coronavirus au Maroc : 360 nouveaux cas, 513.016 au total, jeudi 6 mai 2021 à 16 heures    Ligue des Champions : La date du match WAC-MCA désormais connue    Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Qualifs Mondial 2022/Afrique: les 1ère et 2e journées reportées à septembre    La France a profité du cannabis marocain    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohammed Benabbou, climatologue: Il faut s'habituer à de tels scénarios climatiques
Publié dans Libération le 22 - 04 - 2021

Albert Arnold Gore Jr. dit Al Gore, ex-vice-président des Etats-Unis, avait parfaitement résumé la situation actuelle. Dans son célèbre documentaire "Une vérité qui dérange", il avait comparé l'humanité à une grenouille en 3D. En la plongeant dans de l'eau bouillante, la grenouille s'est échappée sans plus tarder. En revanche, quand elle a été plongée dans de l'eau tiède sur un feu doux, elle y est restée. Quand l'eau fut à ébullition, la grenouille a sauté là aussi, mais il était trop tard. Elle s'était déjà brûlée.
Cette métaphore peut bien évidemment faire sourire. Mais elle dit tout de la situation actuelle. Sur le modèle de la crise sanitaire, les scientifiques ont beau alerter l'humanité sur la menace et les dangers, on semble malgré tout réagir trop tard. Si 2020 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc, on ne s'en est pas vraiment rendu compte. Peut-être a-t-on pris l'habitude comme la grenouille d'une vérité qui dérange. Une hypothèse crédible, d'autant que les précédents records annuels de chaleurs ont été enregistrés en 2010 et 2017.
Trois records en moins de 10 ans, ce n'est clairement pas le fruit du hasard. Le dernier en date, soit en 2020, prend pour indicateur la ville de Fès, qui a connu deux nouveaux records de température maximale mensuelle de 23,78°C en février et de 40,4°C en juillet, dépassant les anciens records respectivement de 2,24°C et de 2,15°C. A Mohammedia également, un nouveau record de la température minimale mensuelle de 22,28°C, a été relevé en février. Un scénario "prévu" et qui risque encore de se répéter, comme nous l'explique dans l'interview ci-après, l'ingénieur Mohammed Benabbou, expert en climat et développement durable.
C.C
Libé : Après 2010 et 2017, 2020 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc. Etes-vous surpris ou cela était prévisible ?
Mohammed Benabbou : Ce scénario était prévu. Ce sont des situations climatiques qui se répètent à chaque fois. Ces années ont été très chaudes à cause des températures enregistrées dans plusieurs villes surtout à Fès, Marrakech et Ouarzazate. Il faut aussi signaler que depuis le début du 20ème siècle, le Maroc a enregistré une augmentation de sa température moyenne annuelle de l'ordre de +1,4°C par rapport à la normale climatologique sur la période 1981-2010, par contre la planète bleue a gagné une température de +1,2°C depuis 1850. Ce réchauffement, observé sur l'ensemble du territoire marocain, est particulièrement marqué sur les 30 dernières années, avec une hausse de +0,42°C/décennie en moyenne depuis 1990. Cela signifie que le changement climatique se manifeste déjà au Maroc, avec un climat plus chaud et sec et une extension vers le Nord du pays des zones arides à semi-arides, au détriment des zones semi-humides.
Va-t-on devoir s'habituer à des épisodes de chaleur de plus en plus longs et de plus en plus fréquents ?
Bien sûr, il faut s'habituer à de tels scénarios climatiques. Mais le grand impact sera l'augmentation des niveaux de mer dont plusieurs villes marocaines seront touchées. Casablanca par exemple sera la ville la plus touchée par ce phénomène. A cause de ce scénario climatique, le Maroc est également susceptible de connaître une augmentation de la sécheresse et des inondations dans certaines régions, ainsi que d'autres risques liés au climat. Les ressources en eau seront de plus en plus sollicitées dans tout le pays et les températures plus chaudes devraient accélérer le taux d'évapotranspiration.
2020 fut classée parmi les quatre années les plus sèches depuis 1981. Le cumul pluviométrique important enregistré en 2021 peut-il atténuer les effets de la sécheresse de 2020 ?
Par ailleurs, le cumul pluviométrique annuel a enregistré un déficit sur tout le Maroc en 2020, dépassant les 50% au Nord de Marrakech et sur les régions de Souss-Massa et Anti-Atlas, alors qu'il n'a quasiment pas plu sur les provinces du Sud. Par la suite, cette année est ainsi classée parmi les quatre années les plus sèches depuis 1981 : sur la saison agricole de septembre 2019 à août 2020, le déficit pluviométrique était aux alentours des -33%, impactant la production céréalière nationale qui a connu une baisse de -39% par rapport à la campagne 2018-2019 et de -57% en comparaison avec une année moyenne depuis 2008. Par contre cette année, les précipitations généralisées que connaît le Royaume depuis fin novembre 2020 jusqu'au 20 avril 2021 ont nettement amélioré la situation des principaux barrages nationaux et les retenues actuelles ont enregistré un taux de remplissage de 51,5% en dépassant les réserves enregistrées à la même période de l'an passé, plus de 8294.74 millions de m3. Depuis les premières pluies, fin novembre 2020, les principaux barrages nationaux ont gagné 2,3 milliards de m3 d'eau, au 21 avril 2021, les retenues ont atteint environ 8,3 MMm3, soit un taux de remplissage de 51,5%, contre 36,5% (5,7 MMm3) au 23 novembre 2020, avant les premières précipitations. Ce taux dépasse ainsi celui enregistré à la même période de l'an passé, qui était de l'ordre 48.65% (7,6 MMm3). Certains barrages sont même remplis à plus de 100% et sont en débordement naturel. Après deux années successives de sécheresse, les agriculteurs et les citoyens sont enfin soulagés, et cette situation peut atténuer les situations précédentes de sécheresse.
Les multiples climats qui caractérisent le Maroc sont-ils un atout ou plutôt un inconvénient par rapport au réchauffement climatique ?
En tant que pays d'Afrique du Nord qui se situe entre deux zones climatiques, tempérée au Nord, tropicale au Sud, le Maroc se distingue par quatre types de climat: climat humide, climat subhumide, climat semi-aride et climat aride. Les climatologues confirment que les changements climatiques vont affecter directement les quatre modèles climatiques du Maroc. Des observations qui ont été réalisées sur les dernières décennies attestent de la progression du climat semi-aride vers le Nord du pays. Durant la période 1961- 2008, le réchauffement varie entre +0,1°C par décennie sur l'extrême Nord, 0,3°C par décennie sur la région atlantique, à l'exception d'Essaouira et 0,4°C par décennie en montagne, notamment dans la région du Sud de l'Atlas. Le meilleur scénario prévoit une hausse des températures moyennes annuelles, par rapport à la période 1967- 2005, de 1 à 1,5°C à l'horizon 2100, sur l'ensemble du Maroc. Aujourd'hui, nous en sommes à + 1.4 °C. Dans un scénario pessimiste, on assisterait à une hausse des températures sur l'ensemble du pays à l'horizon 2100 qui oscillerait entre 5 et 7°C dans les régions du Sud-Est de la chaîne de l'Atlas, entre 4 et 5°C dans les régions méditerranéennes, les régions atlantiques ainsi que le centre du pays et entre 3 et 4°C dans les provinces sahariennes. En bref, les changements climatiques sont devenus une réalité et il faut agir et passer à la vitesse supérieure pour atténuer ses effets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.