La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bensalem Himmich donne le coup d'envoi du Festival organisé par l'Association Taïmate : Aïn Leuh vibre au rythme de l'Ahidouss
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2010

Le stade de la localité d'Aïn Leuh dans la province d'Ifrane a été au rendez-vous, lundi 2 juillet au soir, avec la cérémonie d'ouverture de la 10ème édition du Festival national d'Ahidouss organisé par le ministère de la Culture en collaboration avec l'Association Taïmate des arts de l'Atlas et le concours des autorités provinciales d'Ifrane et de la commune rurale de Aïn Leuh.
Présidée par Bensalem Himmich ministre de la Culture, qui était accompagné de Karim Kassi Lahlou, gouverneur d'Ifrane, Hammou Ouhalli président de l'Association Taïmate et de plusieurs autres personnalités, cette cérémonie a été marquée par l'organisation d'une soirée artistique caractérisée par la présentation de plusieurs tableaux de danses d'Ahidouss et de chants de l'Atlas animés par des troupes venues de Khémisset (Izmaouen Boukachmir), Sefrou (Ass Amsassa), Tinrhir (Ass Tazouiteirhil Amegoune), Meknès Ait Wallal (Ass Khader Ait Issa Addi) et des troupes de Béni Mellal, Figuig, Ifrane, Boulmane, El Hajet ainsi que par des poètes amazigh (Inachaden) de la tribu d'Ail Liass dans la province d'Ifrane et le groupe de Driss Abid Allah.
La soirée a été marquée également par l'organisation d'un mariage amazigh symbolique bien réussi par plusieurs associations locales.
Né en 1950 à Khénifra, Mohamed Margni, chanteur amazigh a développé une passion pour la musique dès sa plus tendre enfance. Une passion qui fait que ses amis l'appelèrent " Maghni " (chanteur). Un surnom qu'il adoptera par la suite. De simple amateur, Mohamed Maghni décide en 1968 de se consacrer entièrement à la musique. 20 ans plus tard, il devient l'un des rares ambassadeurs de la chanson amazighe dans le monde. Sa musique a conquis Marocains, Maghrébins et même Européens. Ses chansons, qu'il compose lui-même, venues tout droit du Moyen Atlas chantent l'amour, la femme, la nature, la famille… des sujets qui chantent la vie. Il a pu avec son ami Rouicha revivifier et valoriser le luth berbère " loutar ". Ses chansons s'inscrivent dans les chants du Moyen Atlas qui commencent généralement par une improvisation ou Taqsim, suivie d'un chant en solo appelé le " Tamawayt ", chanté par une femme. Après, l'interprète prend la relève pour chanter une poésie berbère riche en métaphores et images évocatrices tout en fredonnant sur son " loutar ".
Ahidouss est un ensemble de chants poétiques accompagné de danses ancestrales pratiquées par les tribus berbères du Moyen-Atlas dans lesquelles hommes et femmes, coude à coude, forment des rondes souples et ondulantes, accompagnées de chants rythmés aux sons du bendir, martelant le sol en souvenir des anciens rites de fécondité.
L'Ahidouss est connu pour être le divertissement par excellence des Amazighs du Maroc central et leur moyen d'expression le plus complet et le plus vivant. On le danse à l'occasion des fêtes familiales et nationales et même, l'été, après la moisson, presque tous les soirs dans les villages où les danseurs se mettent en cercle, en demi-cercle, ou en deux rangs face à face, hommes seuls, femmes seules, ou alternés, étroitement serrés. La danse est rythmée au tambourin et des battements de mains.
Les mouvements sont collectifs. C'est un piétinement, un tremblement qui se propage, entrecoupé d'ondulations larges, coups de vent sur les blés. Par leur aisance et leur ensemble, ils témoignent d'un sens du rythme remarquable. Toutefois, tous faisant presque le même geste en même temps, c'est surtout un ensemble que présente l'Ahidouss.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.