Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Travailleuses et travailleurs domestiques: plus de 2.500 contrats de travail conclus (Amekraz)    4 ouvriers meurent asphyxiés dans un bassin souterrain d'une usine à Agadir    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Le Liban, nouveau protectorat français ?    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Chelsea: Hakim Ziyech toujours absent    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Le gouvernement refuse de créer un fonds pour le cancer    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    A 90 ans, Haja El Hamdaouia met fin à sa carrière    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Stephanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Pédophilie. Ramid fait trembler les assassins    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bensalem Himmich donne le coup d'envoi du Festival organisé par l'Association Taïmate : Aïn Leuh vibre au rythme de l'Ahidouss
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2010

Le stade de la localité d'Aïn Leuh dans la province d'Ifrane a été au rendez-vous, lundi 2 juillet au soir, avec la cérémonie d'ouverture de la 10ème édition du Festival national d'Ahidouss organisé par le ministère de la Culture en collaboration avec l'Association Taïmate des arts de l'Atlas et le concours des autorités provinciales d'Ifrane et de la commune rurale de Aïn Leuh.
Présidée par Bensalem Himmich ministre de la Culture, qui était accompagné de Karim Kassi Lahlou, gouverneur d'Ifrane, Hammou Ouhalli président de l'Association Taïmate et de plusieurs autres personnalités, cette cérémonie a été marquée par l'organisation d'une soirée artistique caractérisée par la présentation de plusieurs tableaux de danses d'Ahidouss et de chants de l'Atlas animés par des troupes venues de Khémisset (Izmaouen Boukachmir), Sefrou (Ass Amsassa), Tinrhir (Ass Tazouiteirhil Amegoune), Meknès Ait Wallal (Ass Khader Ait Issa Addi) et des troupes de Béni Mellal, Figuig, Ifrane, Boulmane, El Hajet ainsi que par des poètes amazigh (Inachaden) de la tribu d'Ail Liass dans la province d'Ifrane et le groupe de Driss Abid Allah.
La soirée a été marquée également par l'organisation d'un mariage amazigh symbolique bien réussi par plusieurs associations locales.
Né en 1950 à Khénifra, Mohamed Margni, chanteur amazigh a développé une passion pour la musique dès sa plus tendre enfance. Une passion qui fait que ses amis l'appelèrent " Maghni " (chanteur). Un surnom qu'il adoptera par la suite. De simple amateur, Mohamed Maghni décide en 1968 de se consacrer entièrement à la musique. 20 ans plus tard, il devient l'un des rares ambassadeurs de la chanson amazighe dans le monde. Sa musique a conquis Marocains, Maghrébins et même Européens. Ses chansons, qu'il compose lui-même, venues tout droit du Moyen Atlas chantent l'amour, la femme, la nature, la famille… des sujets qui chantent la vie. Il a pu avec son ami Rouicha revivifier et valoriser le luth berbère " loutar ". Ses chansons s'inscrivent dans les chants du Moyen Atlas qui commencent généralement par une improvisation ou Taqsim, suivie d'un chant en solo appelé le " Tamawayt ", chanté par une femme. Après, l'interprète prend la relève pour chanter une poésie berbère riche en métaphores et images évocatrices tout en fredonnant sur son " loutar ".
Ahidouss est un ensemble de chants poétiques accompagné de danses ancestrales pratiquées par les tribus berbères du Moyen-Atlas dans lesquelles hommes et femmes, coude à coude, forment des rondes souples et ondulantes, accompagnées de chants rythmés aux sons du bendir, martelant le sol en souvenir des anciens rites de fécondité.
L'Ahidouss est connu pour être le divertissement par excellence des Amazighs du Maroc central et leur moyen d'expression le plus complet et le plus vivant. On le danse à l'occasion des fêtes familiales et nationales et même, l'été, après la moisson, presque tous les soirs dans les villages où les danseurs se mettent en cercle, en demi-cercle, ou en deux rangs face à face, hommes seuls, femmes seules, ou alternés, étroitement serrés. La danse est rythmée au tambourin et des battements de mains.
Les mouvements sont collectifs. C'est un piétinement, un tremblement qui se propage, entrecoupé d'ondulations larges, coups de vent sur les blés. Par leur aisance et leur ensemble, ils témoignent d'un sens du rythme remarquable. Toutefois, tous faisant presque le même geste en même temps, c'est surtout un ensemble que présente l'Ahidouss.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.