L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le HCP tire la sonnette d'alarme : Violence contre les femmes et vulnérabilité font la paire
Publié dans Libération le 11 - 01 - 2011

La violence à l'égard des femmes et des filles prend des proportions alarmantes. Selon une enquête menée par le Haut Commissariat au Plan (HCP) entre juin 2009 et janvier 2010 auprès de 8.300 personnes de sexe féminin âgées de 18 à 65 ans résidant dans les différentes régions du Royaume, 62,2% de femmes, soit près de 6 millions ont subi un acte de violence sous une forme ou une autre durant les douze mois précédant l'enquête. 3,8 millions d'entre elles résident en milieu urbain (soit 67,5%) et 2,2 millions en milieu rural (56%).
S'exprimant lors d'une conférence-débat organisée le 10 janvier à Rabat, Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au Plan, a expliqué que cette violence prend plusieurs formes, avec à leurs têtes, la violence psychologique qui représente 48% soit 4,6 millions, suivie par l'atteinte aux libertés individuelles avec 31% (3 millions), la violence liée à l'application de la loi avec 17,3% (1,2 million), la violence physique 15,2% (1,4 million), la violence sexuelle avec 8,7% (827 mille), et enfin la violence économique avec 8,2% (181 mille).
Ces actes de violence s'exercent souvent dans le contexte conjugal qui a la prévalence la plus forte avec 55% soit 3,7 millions, suivi par celui extraconjugal avec 47,4% (403 mille), les lieux publics 32,9% (3,1 millions), les établissements d'enseignement 24,2% (81 mille), le milieu professionnel 16% (280 mille), familial 13,5% (1,3 millions).
M. Lahlimi a indiqué, par ailleurs, que ces violences sont un peu les mêmes dans toutes les régions du Maroc, avec quelques nuances. Ainsi, les régions du Grand Casablanca et l'Oriental se distinguent-elles par la violence physique. Les régions de Souss-Massa-Draâ, Tanger-Tétouan, Rabat-Zaër et l'Oriental le sont par la violence sexuelle et Tadla-Azilal, Rabat-Zaër et l'Oriental par celle liée à l'application de la loi. L'enquête du HCP a révélé pourtant qu'Al Hoceima et Taza restent les deux villes les moins touchées par ce phénomène de violence à l'égard des femmes.
L'ensemble des données sur les différentes formes de violence à l'égard des femmes telles qu'elles ressortent de l'enquête, ont démontré selon le HCP, que cette violence est d'abord urbaine. Le nombre de citadines violentées est supérieur à celui des rurales de 12,7% pour ce qui est de la violence physique conjugale, de 35,4% pour la violence sexuelle et de 7,8% pour la violence psychologique.
La violence est aussi le fait de jeunes, tant en termes de victimes que d'agresseurs. L'augmentation d'une année d'âge réduit de 1,9% le risque de violence physique à l'égard d'une femme dans le cadre conjugal, de 2,2% le risque de violence sexuelle et de 0,7% le risque de violence psychologique. Par ailleurs, l'enquête a révélé que les auteurs d'agressions physiques sur les lieux publics sont constitués, dans 6 cas sur 10, par des jeunes de moins de 35 ans.
La violence augmente avec la vulnérabilité économique et sociale. L'enquête a dévoilé que dans le milieu professionnel, le taux de prévalence des violences sexuelles parmi les femmes divorcées est de 3 fois supérieur à celui des femmes célibataires. C'est cependant le chômage qui accroît le risque de pratiquement toutes les formes de violence. Le taux de prévalence de la violence physique parmi les femmes au chômage, par rapport aux femmes actives est de 140%. Il est 2 fois supérieur en termes de violence psychologique en milieu familial et 4 fois en termes de violence attentatoire à la liberté personnelle. Par ailleurs, les taux de prévalence des violences physiques, en milieu conjugal comme dans le cadre familial, parmi les ménages vivant à 4 ou 5 personnes par pièce sont 4 fois supérieurs à ceux enregistrés, parmi les ménages qui vivent à une personne par pièce. M. Lahlimi a expliqué que les résultats de cette enquête prouvent que la violence n'est plus un tabou dans notre société et qu'il y a une prise de conscience de la part des femmes marocaines de leur dignité et leurs droits.
Et de conclure que le phénomène de violence résulte d'une crise d'identité notamment chez les jeunes, dans une société en transition vers la modernité, mais qui reste incapable de s'affranchir des valeurs et des modes de pensée des sociétés traditionnelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.