Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Le PPS dans l'opposition    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Températures, océans, canicules: les indices du changement climatique
Publié dans Libération le 24 - 11 - 2011

Hausse moyenne de près d'1 C de la température mondiale depuis un siècle, montée du niveau de la mer, vagues de chaleur et inondations plus nombreuses: le changement climatique est en cours, nous rappelle la science, avec des effets qui vont s'accroître au fil des décennies.
- La température mondiale a augmenté de 0,74 C depuis un siècle, et devrait augmenter de +1,1 à 6,4 C par rapport à 1980-1999 d'ici 2100, avec une valeur moyenne plus sûrement comprise entre +1,8 et +4 C, selon le dernier rapport en date du Giec, l'organe scientifique de référence sur le climat, publié en 2007.
Les données recueillies depuis la sortie de ce rapport, dont la prochaine version sera publiée en 2014, montrent qu'”il n'y a pas vraiment d'indices que le réchauffement se soit arrêté ou marque une pause”, constate le climatologue Jean Jouzel, soulignant que la “dernière décennie a été la plus chaude que l'on ait connue”.
Le changement climatique est imputable —avec 90% de certitude selon le Giec— à la hausse des émissions de gaz à effet de serre (+3% en moyenne par an sur la dernière décennie) qui ont atteint de nouveaux sommets en 2010.
- La fonte des glaciers d'altitude, notamment ceux de l'Himalaya, menace l'approvisionnement en eau de nombreuses régions (Inde du nord, Chine).
Les glaciers dans les Andes tropicales ont perdu entre 30% et 100% de leur surface en 30 ans, ceux des Pyrénées pourraient tous avoir disparu en 2050.
- La fonte de la banquise arctique, qui couvre 15 millions de km2, se poursuit. Moins les rayons du soleil sont réfléchis par la glace et plus leur chaleur est absorbée par l'eau, ce qui accélère la fonte.
La hausse de température a été deux fois plus importante au pôle Nord que la moyenne mondiale ces 100 dernières années, selon le Giec.
En septembre 2011, la superficie des glaces arctiques, mesurée par le Centre national américain de mesures de la neige et de glace (NSIDC), a tutoyé le minimum record atteint en 2007. Pour l'Institut de physique environnementale de l'Université de Brême (Allemagne), ce minimum a même été battu.
L'océan Arctique devrait devenir libre de glace d'ici 2050.
- La fonte des calottes glaciaires, principalement au Groenland et sur le continent antarctique, contribue à l'élévation du niveau des océans.
La fonte des calottes a même contribué pour au moins 30% à la hausse du niveau de la mer sur les années récentes même si de grandes incertitudes subsistent sur ce sujet mal connu, estime Jean Jouzel.
- L'élévation du niveau des Océans est plus rapide que prévue, en raison de la fonte des calottes polaires. Dans leur rapport de 2007, les experts du Giec avaient estimé que la hausse atteindrait de 18 à 59 cm d'ici à la fin du siècle, en raison notamment de la dilatation de l'eau.
L'élévation pourrait atteindre, voire dépasser, un mètre, affirment désormais nombre d'études scientifiques.
- Les événements météorologiques extrêmes tels que les pluies torrentielles ou les vagues de forte chaleur vont devenir plus fréquents et plus intenses, a souligné vendredi le Giec dans un rapport spécial, appelant à s'y préparer en développant les mesures dites d'adaptation.
- La désertification s'intensifie, notamment au Sahel ou dans le nord de la Chine. Déjà, le lac Tchad a perdu 90% de sa superficie en 40 ans, passant de 25.000 km2 à 2.500 km2.
- La biodiversite devrait souffrir du réchauffement, avec 20 à 30% des espèces animales et végétales menacées d'extinction en cas de hausse des températures de 1,5 à 2,4 C par rapport aux 20 dernières années du 20e siècle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.