Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    OMS : Le Covid-19 ne se transmet pas par la nourriture    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opération nettoyage du Mont Everest
Publié dans Libération le 04 - 06 - 2013

Le Mont Everest a beau être le plus haut sommet du monde, ceci n'a pas suffi à le protéger du désastre écologique. Dès le début du XXe siècle, plusieurs alpinistes ont tenté de grimper sur ses flancs mais il a fallu attendre 1953 avant que Edmund Hillary et Tensing Norgay n'y parviennent.
Un évènement qui fête cette année ses 60 ans et qui a amené de très nombreuses personnes à suivre les traces de ces premiers aventuriers. Depuis 1922, plus de 14.000 alpinistes auraient tenté l'ascension du toit du monde et 4.000 y seraient parvenus. Mais ce succès n'a pas été sans conséquence pour la majestueuse montagne qui n'a pas toujours été respectée par ses visiteurs.
Ainsi, en plus de 50 ans, ce sont des dizaines de tonnes de déchets qui ont été abandonnées sur les flancs de l'Everest, s'accumulant peu à peu et faisant au fil des années, de ce lieu, l'une des plus importantes décharges du monde. Depuis une quinzaine d'années, le gouvernement népalais oblige les alpinistes à ramener tout ce qu'ils emmènent, sous peine de perdre une caution, mais ceci n'a pas permis d'enrayer le phénomène.
Plus inquiétant encore, parmi ces détritus, gisaient également les cadavres de quelques alpinistes qui ne sont jamais parvenus jusqu'au sommet. Largement de quoi enlever un peu de magie aux lieux... Aussi, en 2010, un groupe de volontaires révoltés par la situation s'est mis dans l'idée de nettoyer l'Everest. Une mission qui, on peut l'imaginer, s'annonçait délicate et même périlleuse dans une zone située à plus de 7.000 mètres où le terrain est escarpé et où l'oxygène se fait rare.
Des conditions qui lui ont valu le surnom de “zone de la mort", mais les volontaires étaient bien décidés à y parvenir."L'Everest perd sa beauté. Le sommet est maintenant jonché de bouteilles d'oxygène, de vieux drapeaux de prière, de cordes et de vieilles tentes. Et au moins deux cadavres sont là-haut depuis des années", avait estimé à l'époque Namgyal Sherpa, alpiniste faisant partie du projet nommé “Saving Mount Everest".
Pour mener à bien la mission, le groupe de volontaires avait prévu de réaliser plusieurs expéditions qui devaient permettre de ramener plusieurs kilos de déchets à chaque fois. Finalement, il aura fallu trois ans de combat contre la pollution pour que cette équipe de nettoyeurs touche à son but et qu'elle estime être sur le point de résoudre le problème de pollution de l'Everest.
Au cours de ces trois années, ils ont collecté 10 tonnes de déchets allant de gaspillages de nourriture à du matériel d'ascension en passant par des tentes jetées et des cadavres de bouteilles gelées. Martin Edstrom, écrivain et photographe qui a participé au projet raconte : “L'augmentation incroyable de visiteurs a entraîné une production d'une montagne déchets qui allait du camp de base jusqu'aux zones les plus élevées".
Or, comme il le souligne, les conséquences étaient non seulement visuelles mais également environnementales puisque le fragile écosystème du lieu était menacé. Mais le projet ne s'est pas arrêté à ramasser les déchets.
Pour éviter que ce désastre ne se reproduise, les volontaires ont mis en place un système de gestion des détritus pour les habitants et les touristes. Ainsi, 15 installations de traitements des déchets ont été mises à disposition afin de conserver et de protéger à long terme la biodiversité du parc national Sagarmatha, au Népal qui comprend la partie sud du mont Everest. Les choses devraient donc maintenant commencer à s'améliorer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.