Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Découverte: Un virus capable d'exterminer tous les types de cancers    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Costa Gavras invité de marque des Semaines du film européen    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon le rapport de Bank Al-Maghrib : L'emploi toujours à la traine
Publié dans Libération le 04 - 07 - 2009

Les politiques sociales mises en œuvre ont apporté leurs fruits. Dans son dernier rapport publié jeudi dernier, Bank Al-Maghrib, a indiqué que la pauvreté a significativement reculé durant la dernière décennie. De ce fait, le pourcentage de la population touchée est passé de 15,5% en 2000/2001 à 8,9% en 2006/2007, a-t-elle précisé. Tout en ajoutant qu'en milieu rural ce taux a baissé de 25,1% à 14,5% sur la même période, tandis que pour les zones urbaines, l'incidence de la pauvreté est passée de 7,6% à 4,8%. Dans le même contexte, elle a souligné que le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté s'est élevé à 2,8 millions de personnes en 2007, ce qui indique que le nombre de pauvres a baissé de 1,7 million depuis 2001. De même que le taux de vulnérabilité est passé de 38,1% en 2000/2001 à 17,5% en 2006/2007, soit une réduction de la population vulnérable de l'ordre de 1,2 million de personnes depuis 2001. En revanche la situation de l'emploi ne s'est guère améliorée. Par conséquent, le taux de chômage au niveau national est passé de 9,8% à 9,6% et de 15,4% à 14,7% en milieu urbain. Le taux en milieu rural, estimé à 4%, s'étant légèrement accru en dépit de la bonne campagne agricole.
Quant aux prix, ils ont connu une intensification des tensions inflationnistes. En effet, la Banque centrale a précisé que pendant les huit dernières années, le déficit budgétaire a représenté 3,7% du PIB hors privatisation, les taux de l'inflation et de l'inflation sous-jacente ont respectivement atteint 2% et 1,9% alors que le solde du compte courant de la balance des paiements a enregistré un excédent de 1,1% du PIB, et la dette du Trésor s'est établie à environ 60% du PIB. Au niveau sectoriel, Bank Al-Maghrib a indiqué que le poids du secteur tertiaire s'est en effet renforcé pour atteindre environ 60% de la valeur ajoutée globale en 2008 alors qu'il était légèrement supérieur à 50% au début de la décennie. Les indicateurs disponibles et l'évaluation de Bank Al-Maghrib révèlent également qu'en tendance, la croissance du PIB non agricole a gagné environ 1 point de pourcentage par rapport à la performance de la décennie précédente. En conséquence, le PIB par habitant, qui avait augmenté de 1% en moyenne annuelle durant la décennie 1990-1999, a enregistré une progression annuelle de 3,5% sur la période 2000-2008.
Globalement, Bank Al-Maghrib a estimé que «  le Maroc a pu surmonter en 2008 les effets de la crise au plan financier et limiter ses conséquences sur les équilibres internes et externes. En 2008, le PIB a augmenté de 5,6%, au lieu de 2,7% en 2007. Si les activités agricoles, ayant bénéficié de conditions climatiques favorables ont progressé de 10,3%, contre une baisse de 20,8% un an auparavant, par contre, la répercussion des effets de la crise sur l'économie nationale, qui a été nette à partir du quatrième trimestre, a provoqué la décélération rapide du PIB non agricole à 1,9% en glissement annuel, contre 4,5% au troisième trimestre. En effet, la dégradation de la situation économique, particulièrement dans la zone euro, principal partenaire commercial du Maroc, a affecté les activités non agricoles, notamment certaines branches industrielles, ainsi que le secteur du tourisme. En conséquence, le rythme d'accroissement du PIB non agricole est passé de 6,5% en 2007 à 4,2%».
Quant aux échanges extérieurs, il ressort du rapport de Bank Al-Maghrib que le déficit commercial s'est alourdi et a représenté 25,1% du PIB. Cela est dû à la progression des exportations hors phosphates et dérivés se limitant à environ 0,5%, en 2008. Les importations, par contre, ont enregistré une augmentation de 23%, imputable essentiellement à l'alourdissement de la facture énergétique et aux acquisitions de produits alimentaires et de demi-produits suite à l'envolée de leurs prix. Toutefois, selon le rapport de Bank Al Maghrib,  les recettes du tourisme et les transferts effectués par les Marocains résidant à l'étranger, en repli respectivement de 5,6% et de 3,4%, n'ayant pas permis de couvrir ce déficit, les transactions courantes se sont soldées par un déficit de l'ordre de 5,2% du PIB, marquant ainsi une rupture avec les résultats de ces dernières années.
En dépit des rentrées nettes de capitaux, affectées cette année par le recul des investissements directs étrangers, la balance des paiements a dégagé un déficit global de 11,5 milliards de dirhams, qui a ramené les réserves de change à un niveau permettant de couvrir 7 mois d'importations de biens et services au lieu de près de 9 mois un an auparavant ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.