Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier saut d'Abdellah Baida
Publié dans Libération le 14 - 02 - 2014

Enseignant de lettres à l'université de Rabat Agdal, Abdellah Baida a publié trois essais importants sur la littérature marocaine. Avec Le dernier salto, il fait lui-même ce saut périlleux pour venir atterrir dans l'espace des romanciers du Maroc. En écrivant et publiant son premier roman, il rejoint tous ces auteurs qui, depuis Khair-Eddine à Mohamed Leftah en passant par Edmond El Maleh ou Mostafa Bouignane, jalonnent ses critiques littéraires. Le dernier salto n'est pas une histoire littéraire dont on pourrait faire le résumé mais plutôt d'un voyage au sein d'univers multiples et entremêlés. Chaque lecteur aura son interprétation en lisant ce roman important qui, au même titre que les productions récentes de Youssef Wahboun, Boutaina Azzami, Mamoun Lahbabi, Baha Trabelsi, Lamia Berrada Berca ou Hicham Tahir, fait partie de cet envol que connait actuellement la littérature marocaine. Trois thématiques importantes nous ont semblé être présentes dans Le dernier salto : le rapport au temps, le rapport à l'innommable, le rapport au lecteur. Abdellah Baida commence par s'en prendre au temps, dont il brise la linéarité fuyante. La figure du salto immobilise l'instant. Comme chez Walter Benjamin lu par Edmond El Maleh, le temps n'est plus une ligne droite qui file entre nos doigts et nous mène vers la fin de la vie. Il devient cyclique, fragmentaire, immobile. L'écriture est un saut périlleux qui permet aux êtres mortels d'accéder à l'éternité. Comme dans la Recherche de Proust, les grands-parents, ces personnes fragiles qui marquent les enfants à travers une rencontre intense et éphémère, continuent d'exister grâce à l'imaginaire de l'écrivain, qui sait écouter les silences d'ici bas et de l'au-delà. L'écriture salto déconstruit la matérialité de la vie, qui ne peut être réduite à du temps qui passe. Elle invente une nouvelle spiritualité terrestre, en opposition avec la violence des prêches fondamentalistes et théocratiques, et aide à mieux affronter la mort, en reculant pour mieux sauter, en se plongeant dans le passé, notamment la magie de l'enfance, pour mieux affronter l'avenir incertain. L'écrivain vole le temps à la réalité et en fait une œuvre d'art, en créant un monde où la vie est toujours présente. Les phrases qui couvrent les pages sont des veines et des artères d'un organisme vivant, à travers lequel circulent éternellement les existences chères.
Ensuite, Abdellah Baida se confronte à l'innommable. Les silences des êtres qui nous entourent sont parlants et il faut savoir les écouter et les comprendre. La vie est peuplée de secrets cachés, qui sont à découvrir, et la quête de l'écrivain est de bien saisir la façon dont on peut mettre des mots sur des sensations, des émotions, des phénomènes. La lecture aide à s'évader de la réalité, à la recréer à partir de son imagination, de ses désirs, de ses fantasmes. En évoquant l'enfance du jeune Mohamed qui découvre sa fascination pour les livres et l'écriture, en racontant les errances d'un écrivain en quête d'inspiration ainsi que l'histoire du jeune Alim qui rejoint un groupe d'islamistes ou de Zineb, la prostituée au grand cœur, Abdellah Baida invente un monde entre fiction et réalité, entre rêve et vécu. Le péril de l'exercice littéraire est d'arriver à marcher sur le fil du rasoir, sans chuter dans le néant. C'est pour cela qu'après le temps et l'innommable, Abdellah Baida entreprend un exercice risqué avec les lecteurs, définis comme étant « l'ami ennemi » de l'écrivain. Le salto est un mouvement périlleux, qui nécessite de bien maîtriser la montée, la rotation et la réception. Tout est affaire de triptyque. Dans les films hindous que le jeune Mohamed va voir au cinéma, cette figure exécutée à la perfection par le héros suscite l'admiration et l'attirance des femmes. Toutefois, les saltos qui réussissent dans l'imaginaire peuvent être ratés dans la réalité. L'écriture n'existe pas dans les univers fictionnels qu'elle créée. Elle reste avant tout une pratique sociale, soumise aux contingences d'ici-bas. Contrairement aux héros des films hindous ou asiatiques, l'écrivain peut échouer et ne pas retomber sur ses pieds. Comme le dit l'auteur lui-même, il n'est guère de hauteur qui ne soit proche d'un abime. L'écrivain sait que les lectrices et les lecteurs de son livre, dont il fait d'ailleurs partie, seront sans pitié si le saut n'est pas correctement exécuté. Rédiger un roman est un sport de combat qui demande la maîtrise de la lecture, du recopiage, de la création. Mais le jeu en vaut la chandelle. Réussir cet exercice, comme l'a fait Abdellah Baida, c'est apporter une pierre supplémentaire à ce bel édifice qu'est la littérature marocaine. Et inscrire tout un univers social au cœur de l'immortalité.

* Enseignant-chercheur-CERAM/EGE-Rabat.
Le dernier salto, Abdellah Baida, Rabat, Editions Marsam, 2014


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.