Célébration de la bicentenaire de la légation américaine de Tanger    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus dangereux    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    L'ONMT part à la conquête du Moyen-Orient    Abdelhamid Addou, PDG de la RAM, élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits légitimes du peuple palestinien    Le Groupe arabe à l'ONU salue le rôle important du Comité Al Qods dans la défense de la ville sainte    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Jacek Oalczak nommé PDG    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Recherche scientifique: premier congrès au Maroc sur l'utilisation des dérivés du cannabis    RAIDS ISRAELIENS SUR LA BANDE DE GAZA: ACHARNEMENT CONTRE LE MAROC    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Un candidat au poste de gouverneur de la Californie fait campagne avec un ours    Cause palestinienne : Gare à l'effet de compensation !    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    Algérie : un parti d'opposition dénonce une répression d'une « extrême violence » à l'égard des manifestants    Hervé Renard : "On m'a promis l'enfer avec les Lions de l'Atlas"    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Israël devrait-il se méfier de la scène que le Qatar donne à Haniyeh, alors que la confrontation avec le Hamas entre dans son huitième jour?    Industrie automobile, l'embellie se concrétise !    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    Barça : « Koeman aurait un pied et demi en dehors du Barça ! »    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Centre national de l'arganier : Les travaux seront lancés cette année    Covid-19 : l'Algérie annonce une réouverture partielle de ses frontières malgré le contexte sanitaire difficile    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Algérie : garde à vue prolongée pour une journaliste, arrêtée lors de la manifestation du vendredi    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Edito : Piqures de rappel    Espagne: Le Salon international du tourisme de Madrid, du 19 au 23 mai en présentiel    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier saut d'Abdellah Baida
Publié dans Libération le 14 - 02 - 2014

Enseignant de lettres à l'université de Rabat Agdal, Abdellah Baida a publié trois essais importants sur la littérature marocaine. Avec Le dernier salto, il fait lui-même ce saut périlleux pour venir atterrir dans l'espace des romanciers du Maroc. En écrivant et publiant son premier roman, il rejoint tous ces auteurs qui, depuis Khair-Eddine à Mohamed Leftah en passant par Edmond El Maleh ou Mostafa Bouignane, jalonnent ses critiques littéraires. Le dernier salto n'est pas une histoire littéraire dont on pourrait faire le résumé mais plutôt d'un voyage au sein d'univers multiples et entremêlés. Chaque lecteur aura son interprétation en lisant ce roman important qui, au même titre que les productions récentes de Youssef Wahboun, Boutaina Azzami, Mamoun Lahbabi, Baha Trabelsi, Lamia Berrada Berca ou Hicham Tahir, fait partie de cet envol que connait actuellement la littérature marocaine. Trois thématiques importantes nous ont semblé être présentes dans Le dernier salto : le rapport au temps, le rapport à l'innommable, le rapport au lecteur. Abdellah Baida commence par s'en prendre au temps, dont il brise la linéarité fuyante. La figure du salto immobilise l'instant. Comme chez Walter Benjamin lu par Edmond El Maleh, le temps n'est plus une ligne droite qui file entre nos doigts et nous mène vers la fin de la vie. Il devient cyclique, fragmentaire, immobile. L'écriture est un saut périlleux qui permet aux êtres mortels d'accéder à l'éternité. Comme dans la Recherche de Proust, les grands-parents, ces personnes fragiles qui marquent les enfants à travers une rencontre intense et éphémère, continuent d'exister grâce à l'imaginaire de l'écrivain, qui sait écouter les silences d'ici bas et de l'au-delà. L'écriture salto déconstruit la matérialité de la vie, qui ne peut être réduite à du temps qui passe. Elle invente une nouvelle spiritualité terrestre, en opposition avec la violence des prêches fondamentalistes et théocratiques, et aide à mieux affronter la mort, en reculant pour mieux sauter, en se plongeant dans le passé, notamment la magie de l'enfance, pour mieux affronter l'avenir incertain. L'écrivain vole le temps à la réalité et en fait une œuvre d'art, en créant un monde où la vie est toujours présente. Les phrases qui couvrent les pages sont des veines et des artères d'un organisme vivant, à travers lequel circulent éternellement les existences chères.
Ensuite, Abdellah Baida se confronte à l'innommable. Les silences des êtres qui nous entourent sont parlants et il faut savoir les écouter et les comprendre. La vie est peuplée de secrets cachés, qui sont à découvrir, et la quête de l'écrivain est de bien saisir la façon dont on peut mettre des mots sur des sensations, des émotions, des phénomènes. La lecture aide à s'évader de la réalité, à la recréer à partir de son imagination, de ses désirs, de ses fantasmes. En évoquant l'enfance du jeune Mohamed qui découvre sa fascination pour les livres et l'écriture, en racontant les errances d'un écrivain en quête d'inspiration ainsi que l'histoire du jeune Alim qui rejoint un groupe d'islamistes ou de Zineb, la prostituée au grand cœur, Abdellah Baida invente un monde entre fiction et réalité, entre rêve et vécu. Le péril de l'exercice littéraire est d'arriver à marcher sur le fil du rasoir, sans chuter dans le néant. C'est pour cela qu'après le temps et l'innommable, Abdellah Baida entreprend un exercice risqué avec les lecteurs, définis comme étant « l'ami ennemi » de l'écrivain. Le salto est un mouvement périlleux, qui nécessite de bien maîtriser la montée, la rotation et la réception. Tout est affaire de triptyque. Dans les films hindous que le jeune Mohamed va voir au cinéma, cette figure exécutée à la perfection par le héros suscite l'admiration et l'attirance des femmes. Toutefois, les saltos qui réussissent dans l'imaginaire peuvent être ratés dans la réalité. L'écriture n'existe pas dans les univers fictionnels qu'elle créée. Elle reste avant tout une pratique sociale, soumise aux contingences d'ici-bas. Contrairement aux héros des films hindous ou asiatiques, l'écrivain peut échouer et ne pas retomber sur ses pieds. Comme le dit l'auteur lui-même, il n'est guère de hauteur qui ne soit proche d'un abime. L'écrivain sait que les lectrices et les lecteurs de son livre, dont il fait d'ailleurs partie, seront sans pitié si le saut n'est pas correctement exécuté. Rédiger un roman est un sport de combat qui demande la maîtrise de la lecture, du recopiage, de la création. Mais le jeu en vaut la chandelle. Réussir cet exercice, comme l'a fait Abdellah Baida, c'est apporter une pierre supplémentaire à ce bel édifice qu'est la littérature marocaine. Et inscrire tout un univers social au cœur de l'immortalité.

* Enseignant-chercheur-CERAM/EGE-Rabat.
Le dernier salto, Abdellah Baida, Rabat, Editions Marsam, 2014


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.