Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une croissance économique ralentie, Quoique tirée par la demande extérieure
Publié dans Libération le 05 - 06 - 2015

L'arrêté de comptes nationaux de 2014 fait ressortir une croissance de l'économie nationale de 2,4 % au lieu de 4,7% en 2013. C'est ce que vient d'indiquer, jeudi dernier, le Haut-commissariat au plan, chargé de l'établissement des comptes de la nation et aussi l'un des principaux producteurs de l'information statistique économique, démographique et sociale. «Cette évolution est le résultat d'une baisse de l'activité agricole et d'un rythme d'accroissement modéré des activités non agricoles», fait savoir le département d'Ahmed Lahlimi Alami dans sa note d'information relative aux comptes nationaux provisoires de 2014 notant que la croissance économique continue d'être tirée par la demande intérieure et significativement par la demande extérieure cette année. Et de préciser que si la demande intérieure a connu un net ralentissement de son rythme d'augmentation, le besoin de financement de l'économie, de son côté, s'est allégé et le rythme du niveau général des prix s'est ralenti. Le HCP rappelle, à cet égard, que les comptes de l'année 2014 se référent à l'année de base 2007 suite au passage des comptes nationaux marocains de la base 1998.
En effet, dans un communiqué précédent, l'institution avait fait état de ce passage de la comptabilité nationale qui a un impact sur les principaux indicateurs de l'économie nationale. «Le passage à la nouvelle base 2007 a entraîné la réévaluation à la hausse des niveaux de la croissance économique en volume sur toute la période 2008-2012, à l'exception de l'année 2009 pour laquelle le taux de croissance a été revu légèrement à la baisse», a-t-on indiqué relevant dans la foulée que la croissance annuelle moyenne du PIB en volume est réévaluée de 0,2 point de pourcentage durant la période 2007-2012, passant de 4,3 % en base 1998 à 4,5 % en base 2007.
Toujours est-il, la même source tient à préciser que si le taux de la croissance de l'économie nationale s'est établi à 2,4% en 2014 (au lieu de 4,7% en 2013), c'est en raison de la baisse de 2,5% en volume de la valeur ajoutée du secteur agricole (non compris la pêche) contre une hausse de 17,9% en 2013 ainsi que de l'augmentation de 2% de la valeur ajoutée des autres secteurs d'activités non agricoles au lieu de 1,9%un an auparavant.
Et ce, souligne-t-on, dans un contexte d'accroissement de 13,4% en volume des impôts nets des subventions affectant les produits contre 14,7% l'année précédente.
Et d'ajouter, dans ce cadre, que le taux de croissance du produit intérieur brut hors agriculture en volume est passé de 3% en 2013 à 3,1% en 2014. Le PIB en valeur s'est, ainsi, accru de 2,6% en 2014 contre 6,3% une année plus tôt, soit une augmentation du niveau général des prix de 0,2% au lieu de 1,6%. Aussi, l'on souligne de même source une contribution plus faible de la demande intérieure à la croissance. Ainsi, la demande intérieure a marqué une croissance faible de 1% en 2014 contre 4,2% en 2013, est-il déclaré avant de préciser que sa contribution à la croissance du PIB a baissé de 4,8 points en 2013 à 1,2 point en 2014.
Et de poursuivre qu'en volume, les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté de 3,2% après 3,7% en 2013, avec une contribution de 1,9 point à la croissance du PIB au lieu de 2,8 points en 2013. Le HCP met également en exergue une consommation finale publique qui a connu un rythme de croissance en ralentissement, passant de 4,2% en 2013 à 1,8% en 2014, avec une contribution à la croissance de 0,3 point contre 0,8 point en 2013.
Par ailleurs, la même source communique sur la formation brute du capital fixe, deuxième composante de la demande intérieure, qui a connu une baisse de 0,4% au lieu de 1,5% en 2013, et sa contribution à la croissance est passée de – 0,5 point en 2013 à - 0,1 point en 2014.
Autre fait marquant relevé par les services d'Ahmed Lahlimi concerne la contribution de la demande extérieure qui serait pour la première fois positive depuis 2010. En effet, l'on explique cette situation par les exportations de biens et services qui ont enregistré une augmentation de 6,3% en volume en 2014 au lieu de 0,9% en 2013. Toujours selon le HCP, les importations ont affiché, pour leur part, une hausse de 1,8% au lieu 0,9% notant que la contribution des échanges extérieurs nets est ainsi passée de -0,1 point en 2013 à 1,2 point en 2014.
Poursuite de l'allègement du besoin de financement
Le revenu national brut disponible a connu une augmentation de 2,4% contre 7,3% en 2013 pour se situer à 985 milliards de dirhams (MMDH) en 2014, et ce avec une augmentation du PIB en valeur de 2,6% en 2014 ainsi qu'une diminution des revenus extérieurs nets de 0,5%.
Aussi, sous l'effet de l'amélioration de la consommation finale nationale de 3,2%, l'épargne nationale brute s'est établie, pour sa part, à 26,4% du PIB, après avoir été de 27% un an plus tôt.
De son côté, l'investissement brut (dont la formation brute de capital fixe (FBCF) et la variation de stocks) a constitué 32,2% du PIB en 2014 au lieu de 34,7% en 2013, financé à hauteur de 82% par l'épargne nationale brute contre 78% en 2013. Le besoin de financement de l'économie nationale s'est ainsi allégé, passant de 7,7% du PIB en 2013 à 5,8% en 2014.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.