DGAPR : reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Le gouvernement espagnol érige ses relations avec le Maroc en priorité dans la région du Maghreb    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CIH : Un produit net bancaire en hausse de 10,3% en 2020    TPE : un nombre record de faillites en 2020    Employabilité : Rabat Business School signe avec T-MAN Group    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires    Algérie : le Hirak du vendredi est de retour    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    VIH : Baisse drastique des dépistages à cause de la Covid-19    L'Algérie, à la traîne, reçoit 200 000 doses de vaccin chinois, le variant anglais du coronavirus détecté    Marrakech : un projet contre les violences à l'égard des femmes dans les espaces publics voit le jour    Fès : Les étudiants de l'UPF échangent avec Kamal Oudrhiri    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Elections : Le cordon entre syndicats et partis coupé ?    Edito : Cannabis    Eau potable : Lydec annonce une perturbation du service dans certaines zones de Casablanca    OMC : le Maroc plaide pour un TSD des pays en développement    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Omar Hilale met à nu les assertions fallacieuses d'Alger et du Polisario    Entretien avec Sifeddine Dounia, le MC du nouveau talk-show de MBC5    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Le projet de loi relatif au processus électoral adopté en commission    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UA envisage des sanctions contre les acteurs de la crise au Burundi
Publié dans Libération le 31 - 12 - 2015

L'Union africaine (UA) a menacé tous les acteurs de la crise au Burundi de "sanctions" s'ils devaient empêcher la reprise formelle du dialogue, prévue pour l'instant le 6 janvier à Arusha, en Tanzanie.
"Tous ceux dont l'action pourrait compromettre le dialogue inter-burundais, y compris les attaques menées par des groupes armés contre des installations gouvernementales et d'autres cibles, ainsi que le refus de répondre à l'invitation du médiateur, feront l'objet de sanctions", a indiqué la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, dans un communiqué reçu mercredi.
Elle n'a pas précisé quel était l'éventail des sanctions, déjà évoquées par le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA le 17 décembre, mais a appelé à "une coopération sans réserve à la médiation, pour mettre un terme à la violence".
Le gouvernement burundais et l'opposition ont péniblement renoué le contact lundi à Entebbe, en Ouganda, sous l'égide du président ougandais Yoweri Museveni, médiateur désigné par la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est (EAC).
Cette réunion n'était qu'un préalable à une reprise formelle des négociations, que la médiation ougandaise a fixée au 6 janvier à Arusha. Mais Bujumbura a immédiatement affirmé qu'il n'y avait "pas eu de consensus" sur cette date.
Le dialogue inter-burundais est interrompu depuis juillet, quand la partie gouvernementale s'en était retirée deux jours avant la présidentielle, qui avait débouché sur la réélection du président Pierre Nkurunziza.
Mme Dlamini-Zuma a également affirmé que l'UA était prête "à engager sans délai des discussions avec le gouvernement du Burundi afin de convenir des modalités de déploiement" de la mission de paix qu'elle souhaite envoyer dans le pays.
"Le déploiement rapide de la Maprobu contribuera grandement à créer des conditions favorables à l'aboutissement du dialogue inter-burundais", fait-elle valoir.
L'UA avait annoncé mi-décembre qu'elle allait déployer une Mission africaine de prévention et de protection au Burundi (Maprobu), forte de 5.000 hommes, pour tenter d'enrayer le cycle des violences.
Mais le gouvernement burundais en a rejeté le principe et prévenu que si l'UA devait mener à bien ce déploiement sans son aval, cette mission serait considérée comme une "force d'invasion et d'occupation".
Le président burundais Pierre Nkurunziza a menacé mercredi de combattre la force de maintien de la paix que l'Union africaine entend déployer dans le pays d'Afrique centrale.
"Chacun doit respecter les frontières du Burundi", a déclaré le chef de l'Etat sur les ondes de la radio publique. "S'ils violent ces principes, ils auront attaqué le pays et chaque Burundais se lèvera et combattra contre eux (...). Le pays sera attaqué et il ripostera", a-t-il dit, réagissant pour la première fois au projet de l'Union africaine.
Le Burundi est plongé dans une profonde crise politique depuis la candidature fin avril de M. Nkurunziza à un troisième mandat, que l'opposition, la société civile et une partie de son camp jugent contraire à la Constitution et à l'Accord d'Arusha qui a mis fin à la guerre civile (1993-2006).
Les violences ont déjà fait plusieurs centaines de morts et poussé plus de 200.000 personnes à quitter le pays, selon l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.