«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suspension réduite pour Sharapova
Publié dans Libération le 06 - 10 - 2016

"L'un des jours les plus heureux" de ma carrière: Maria Sharapova n'a pas remporté un 6e Grand Chelem mardi mais a accueilli avec soulagement la réduction de 2 ans à 15 mois de sa suspension pour dopage, qui lui permettra de reprendre la compétition dès avril 2017.
La blonde russe de 29 ans avait été suspendue deux ans par la Fédération internationale de tennis (ITF) le 8 juin pour avoir pris du meldonium, un médicament inscrit depuis janvier sur la liste des produits interdits. Cela lui a valu entre autres de manquer les Jeux olympiques de Rio.
A l'issue d'une décision d'appel plusieurs fois repoussée, l'ancienne N.1 mondiale a finalement vu cette suspension réduite de neuf mois mardi par le Tribunal arbitral du sport (TAS), l'instance suprême de la justice sportive.
Comme la date du début de sa suspension a été fixée au 26 janvier 2016, jour où elle a été contrôlée positive à l'Open d'Australie, la Russe pourra donc reprendre la compétition le 26 avril 2017. Juste avant le tournoi de Roland-Garros, qu'elle a remporté deux fois.
"Je passe de l'un des jours les plus durs de ma carrière, celui où j'ai appris ma suspension, à l'un des plus heureux car j'ai appris que je pourrai reprendre le tennis en avril", a réagi la jeune femme dans un message posté sur sa page Facebook quelques minutes après l'annonce de la décision.
"J'ai le sentiment qu'on m'a pris quelque chose que j'aime et ce sera vraiment bon de le récupérer. Le tennis est ma passion et il me manque. Je compte les jours jusqu'à mon retour sur les courts", a poursuivi Sharapova, l'une des rares joueuses à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem (Wimbledon en 2004, l'US Open en 2006, l'Open d'Australie en 2008 et deux fois Roland-Garros en 2012 et 2014).
Le TAS, qui siège à Lausanne, a reconnu la Russe coupable d'une "violation du code antidopage" mais "sans faute significative". Pour cette raison, il a jugé qu'une suspension de 15 mois était "appropriée".
Le verdict était d'abord attendu le 18 juillet, mais le TAS avait déjà reporté une première fois sa décision au 19 septembre, pour laisser le temps aux parties d'"apporter des éléments répondant aux différentes interrogations".
"Je suis très heureux pour Maria, même si je pense que le TAS aurait dû entièrement lever la suspension concernant un produit comme le meldonium", a réagi le ministre russe des Sports, Vitaly Moutko, cité par l'agence TASS.
"J'espère que Masha (Maria) va retrouver la forme, revenir parmi l'élite du tennis et participera aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020", a déclaré pour sa part le président du Comité olympique russe (COR) Alexandre Joukov, également cité par TASS.
Ses sponsors ont également affiché leur satisfaction. Notamment le fabricant de raquettes Head, l'une des rares marques à ne pas avoir lâché la joueuse au moment où l'affaire éclatait, en mars. "Nous sommes très fiers d'être restés aux côtés de Maria pour les bonnes raisons, tout au long de ces moments difficiles", a souligné le président Johan Eliasch.
De son côté, Nike, qui avait suspendu son partenariat en mars, a indiqué qu'il allait poursuivre sa collaboration avec Maria Sharapova.
Principalement utilisé dans la prévention des infarctus, le meldonium est classé parmi les substances interdites (dans le groupe S4, celui des hormones et modulateurs métaboliques) depuis le 1er janvier.
Sharapova avait annoncé elle-même son contrôle positif le 7 mars à Los Angeles et reconnu qu'elle avait bien continué à consommer du meldonium en 2016. Elle avait admis ne pas avoir pris connaissance de la liste des nouveaux produits interdits.
La Russe avait expliqué qu'elle prenait ce médicament sur prescription médicale depuis dix ans pour traiter "un déficit en magnésium, une arythmie cardiaque et des cas de diabète dans (sa) famille".
"Je suis responsable de ne pas avoir su que cette substance en vente libre, que je prends depuis 10 ans, n'était plus autorisée", a-t-elle concédé mardi.
Mais elle n'a pas non plus manqué d'adresser une pique à l'ITF: "D'autres Fédérations ont beaucoup mieux informé leurs athlètes de ce changement de règlement, spécialement en Europe de l'Est où le Mildronate (le nom commercial du meldonium) est communément consommé par des millions de personnes".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.