Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Chaleur : Comment rafraichir vos animaux de compagnie    Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Floride, le marécage des Everglades en péril
Publié dans Libération le 04 - 03 - 2017

Montée des océans, pollution des côtes, périodes de sécheresse et tempêtes de plus en plus fréquentes... Face à ces évolutions climatiques, la préservation du fragile écosystème des Everglades en Floride, le plus grand marécage des Etats-Unis, est devenue encore plus urgente.
Depuis son lancement en 2000, le plus important projet au monde de réhabilitation d'un écosystème, avec un budget de 10,5 milliards de dollars, a peu progressé.
"Notre objectif était d'en avoir accompli la quasi-totalité en 20 ans", indique Steve Davis, spécialiste des zones humides à la Fondation Everglades, en guidant quelques journalistes à bord d'un hydroglisseur à travers marais, îlots et mangroves où la faune grouille.
Or "nous sommes presque au bout de ces 20 ans et aucun projet n'a été achevé", regrette-t-il.
Les Everglades, surnommées "la Rivière d'herbe", ne voient plus vraiment leurs eaux circuler depuis environ 70 ans car les activités humaines ont bloqué peu à peu l'eau douce qui s'écoulait depuis le gigantesque lac Okeechobee en direction du sud de la Floride.
La situation a été aggravée par la construction d'une digue pour protéger de la montée des eaux pendant les ouragans les millions d'habitants venus s'installer dans cette région baignée de soleil, mais aussi par l'assèchement des marais, effectué pour cultiver la canne à sucre.
Environ un tiers de la superficie initiale des Everglades -- qui occupaient 1,2 million d'hectares -- a été transformé en zones agricoles tandis qu'un parc national de 600.000 hectares a été créé.
"Nous avons altéré l'écosystème dans les années 1940 et 1950 lorsque nous ne connaissions pas les risques", relève Bob Johnson, hydrologue du Service des parcs nationaux (NPS). "Aujourd'hui, nous devons le réparer".
Le fait de détourner les eaux de l'Okeechobee - par ailleurs très polluées par l'exploitation agricole - a des conséquences de plus en plus graves, en particulier dans l'est et l'ouest de l'Etat.
L'an dernier, des algues nauséabondes ont recouvert une partie des côtes d'une boue visqueuse vert vif et les nageurs ont reçu pour consigne de rester hors de l'eau à cause de la présence de bactéries dangereuses.
A la pointe sud de la Floride, les flux d'eau chaude et salée ont détruit les viviers où se reproduisent des poissons, menaçant le tourisme et la pêche. Deux secteurs cruciaux de l'économie locale.
"Il n'y a tout simplement pas assez d'eau arrivant du nord pour que le réseau reste humide dans sa totalité", souligne M. Davis.
Selon lui, l'écoulement d'eau douce depuis le nord doit être rétabli pour préserver l'économie, l'alimentation en eau potable et les zones naturelles et urbanisées dans les prochaines années.
Sans eau douce, les marécages s'assèchent, la fine couche de tourbe sur le calcaire poreux disparaît et le paysage s'aplanit, ce qui facilite les entrées d'eau salée, a prévenu l'hydrologue Bob Johnson dans une conférence début février.
Préserver les marécages permettrait d"'éviter les conséquences de la montée du niveau des océans", dit-il.
La situation presse. L'eau salée est déjà parvenue à atteindre certaines réserves aquifères (souterraines) d'où provient l'eau potable de la Floride, et elle pourrait affecter à l'avenir de manière irrémédiable le fragile écosystème des Everglades.
Pour les scientifiques, la solution passe par la récupération de terres agricoles au sud du lac pour en faire des réservoirs de décantation, avant que l'eau ne s'écoule vers le sud.
"Si nous ne trouvons pas le moyen de stocker davantage d'eau, nous ne pourrons pas surmonter les problèmes qui vont surgir. Nous ne pourrons pas faire face à de longues périodes de sécheresse suivies d'abondantes pluies", a souligné M. Johnson.
Après des années de bataille politique à propos des Everglades, des parlementaires semblent désormais décidés à s'attaquer au problème.
Des projets de loi ont été déposés au Sénat et à la Chambre des représentants de Floride afin d'autoriser l'acquisition pour plus d'un milliard de dollars de 240 km2 de terres au sud du lac Okeechobee. Objectif: y construire un réservoir de 454 millions de litres d'eau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.