Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ESPN contraint de se réinventer
Publié dans Libération le 05 - 05 - 2017

Il perd des abonnés par millions et doit payer sans cesse plus cher les droits de retransmission, rien ne va plus au royaume d'ESPN, le géant américain du sport à la télévision qui doit se réinventer au plus vite.
A Bristol, la petite ville du Connecticut où ESPN a élu domicile depuis ses débuts, sur le réseau câblé américain, en 1979, l'atmosphère a changé.
Pendant trente ans, le premier acteur au monde à s'être approprié le concept de chaîne uniquement consacrée au sport n'a cessé de grossir, pour devenir un ogre, avec six chaînes différentes et cent millions d'abonnés.
Mais depuis 2011, le vent a tourné et mercredi, le groupe, filiale de Disney depuis 1996, a annoncé une nouvelle vague de licenciements, environ 100 selon plusieurs médias américains, dont quelques visages connus des téléspectateurs, après la suppression de 300 postes en 2015, et 400 en 2013.
En cause, d'abord, la baisse continue du nombre d'abonnés, qui atteint neuf millions depuis 2011, même si le groupe en revendique encore 90 millions.
A 9,17 dollars par abonné et par mois, selon les chiffres du cabinet SNL Kagan, cela représente un manque à gagner de près d'un milliard de dollars.
Durant des décennies, les Américains se sont abonnés au câble sans même y réfléchir, payant, par défaut, pour des centaines de chaînes dont ils ne regardaient qu'une petite partie. Mais les alternatives existent désormais.
"Avec l'arrivée à maturité du streaming et l'émergence d'autres chaînes sportives, ils sont dans une situation bien plus difficile que par le passé", souligne Andrew Zimbalist, professeur d'économie, spécialisé dans le sport, au Smith College.
Pour lui, ESPN va encore perdre deux à trois millions d'abonnés par an durant les cinq prochaines années, avant que le rythme ne s'accélère encore.
Parallèlement, le tarif des droits de retransmission a explosé, augmentant de 54% en Amérique du nord entre 2010 et 2014, selon une étude, publiée en octobre 2015, par le cabinet PriceWaterhouseCoopers, qui les voyait plus que doubler entre 2010 et 2017. En 2011, ESPN s'est engagé pour dix ans et 15,2 milliards de dollars pour les droits de la seule ligue professionnelle de football américain NFL.
Cette saison a démarré le nouveau contrat le liant à la ligue professionnelle de basket NBA, évalué à 12,6 milliards de dollars sur 9 ans.
Conscient que "les habitudes de consommation (de la télévision) sont en train d'évoluer", selon les termes de son président John Skipper mercredi, ESPN ne se contente pas de tailler dans ses coûts pour négocier cette passe difficile.
Il a négocié des accords avec la plupart des bouquets de télévision en ligne qui se lancent depuis quelques mois aux Etats-Unis (Sling, Hulu, YouTube TV, DirecTV Now, Playstation Vue) et dont le modèle consiste à offrir moins de chaînes pour un prix sensiblement inférieur au câble traditionnel.
En août 2016, Disney, la maison mère, a pris une participation minoritaire (33%) dans BAMTech, filiale de la ligue professionnelle de baseball MLB devenue un acteur majeur dans le flux vidéo en ligne.
Avec l'appui technologique de BAMTech, ESPN s'apprête à lancer une offre entièrement en ligne plus tard cette année, a indiqué le directeur général de Disney, Bob Iger.
Mais malgré ces initiatives, "le mieux qu'ESPN et Disney puissent espérer, à ce stade, c'est de ralentir la baisse", estime néanmoins Jan Dawson, analyste en chef au sein du cabinet Jackdaw Research, qui souligne que le revenu moyen par abonné tiré de l'ensemble des canaux de diffusion devrait, en outre, diminuer.
Parallèlement, le coût des droits de retransmission reste très élevé, et les marges vont donc continuer à fondre, ce qui explique qu'ESPN joue sur le levier des effectifs, l'un de ceux que le groupe maîtrise encore.
Pour Andrew Zimbalist, "ils vont devoir licencier plus de monde dans les mois qui viennent".
Plusieurs analystes, de même que le patron du groupe Liberty Media, John Malone, entrevoient ou militent pour une cession d'ESPN par Disney.
Reste la question de l'acquéreur, aucun nom ne paraissant évident.
"Il reste des questions fondamentales", rappelle Jan Dawson, "que devra traiter aussi un nouveau propriétaire."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.