De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mhamid El Ghizlane Un programme riche et varié au Festival International «Taragalte»
Publié dans Libération le 26 - 10 - 2017

Des concerts, des ateliers sur le développement, des résidences artistiques, des expositions d'arts plastiques et de produits d'associations féminines, des conférences et des hommages aux femmes africaines... le programme que prévoit la 8ème édition du Festival Taragalte « Afrik Elles » qui aura lieu du 27 au 29 octobre courant à Mhamid El Ghizlane, est prometteur.
Un vrai bouquet musical sur les dunes et sous les étoiles scintillantes... quoi de plus beau pour fêter la culture des nomades et des populations oasiennes ?
En effet, la 8ème édition consacre une place de marque aux femmes du continent noir, le thème «Afrik Elles» met à l'honneur les femmes africaines, et en particulier la femme issue du milieu saharien au travers de ses traditions, sa vie de tous les jours, ainsi que son combat, ses chants et sa musique douce et expressive.
C'est dans ce cadre que le festival compte rendre hommage à la doyenne des artistes touareg, l'artiste algérienne Lalla Badi qui a passé des décennies à collecter le patrimoine oral tindi et à préserver cette richesse grâce notamment à son album sorti en été dernier.
«Afrik Elles», ce sont aussi les femmes de l'Association locale «Red Carpet» qui entendent profiter de l'occasion pour des échanges et un dialogue avec les festivaliers, notamment les représentants d'ONG lors de cette édition. Des visites aux ateliers et des éclairages sur le mode de production et de commercialisation sont également au programme.
Pour ce qui est des concerts, des artistes se proposent de célébrer l'héritage nomade de la région nord-africaine, en l'occurrence le Maroc, le Mali, la Mauritanie, l'Algérie et le Niger... Seront présents Lalla Badi, les filles de Illighadad, Ali Farka Touré Band, Gabacho Maroc et Sahel Blues...en plus des troupes locales qui commencent à gagner en expérience, comme « Générations Taragalte » et « Drâa Tribes ».
La chanteuse Oum et le désormais représentant de la tradition gnaouie à l'international Aziz Sahmaoui seront bien évidemment de la fête, puisqu'ils sont respectivement la marraine et le parrain de cette manifestation artistique et culturelle.
Une place importante sera accordée aux groupes populaires de la région (Gnaoua, Ahidous, Aqalal, Rokba et Chamra etc.) dans le cadre du projet initié par le festival et soutenu par le fonds des ambassadeurs pour la préservation culturelle de l'ambassade des Etats-Unis au Maroc, ainsi qu'aux jeunes talents (Jeunes de M'hamid, Ajial Mhamid, Draâ Tribes, groupe Chigaga, Tarwa Teneré) pour mettre en lumière et faire vivre les traditions ancestrales.
Et comme il s'agit de fêter également la 4ème édition de la Caravane, "pour la promotion de la paix et de la tolérance au Sahara et au Sahel", une conférence aura lieu autour du thème de «La diversité culturelle, facteur de paix et de tolérance», avec l'intervention de plusieurs intellectuels du Maroc, de France, du Mali et du Niger.
« Il faut multiplier rencontres et débats autour de questions similaires, l'art et la culture doivent impérativement jouer leur rôle de fédérateur de potentialités régionales pour la paix et la tolérance et pour un avenir aux aspirations communes, l'objectif étant de promouvoir le dialogue, la paix, la diversité culturelle, et la cohésion sociale, dans le Sahel et au Sahara », déclare Brahim Sbai, co-fondateur du Taragalte.
Il y a aussi lieu, selon Sbai, de développer et de valoriser les expressions culturelles et artistiques de l'Afrique, tout en encourageant les échanges culturels et la sensibilisation à la protection de l'environnement. Ce projet est soutenu par la Fondation Doen des Pays-Bas.
Le Taragalte 2017 promet aussi de nombreux ateliers et expositions qui traiteront de la protection de l'environnement, des tables rondes sur le tourisme durable dans la région, de la désertification et du palmier (feuilles, bois, fruits, etc.) arbre symbolique et vital de la région. Voilà donc un festival bien ancré dans son environnement local et régional.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.