Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sebastián Piñera : L'intégrité territoriale du Maroc est un principe constant au Chili
Publié dans Libération le 13 - 03 - 2018

Le nouveau Président élu de la République du Chili, Sebastián Piñera, a affirmé, samedi, que l'intégrité territoriale du Maroc est un principe constant pour son pays.
Lors de la cérémonie de son investiture, à laquelle a pris part le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, il a réitéré la constance de la position de son pays qui appuie l'intégrité territoriale du Maroc, indique un communiqué de la Chambre.
Concernant la coopération commerciale et économique, le Président élu a indiqué qu'il existe d'importants domaines qui peuvent être une passerelle vers un partenariat fructueux et efficace entre les deux pays dans le secteur agricole et touristique.
Tout en se félicitant du leadership du Maroc dans le secteur des énergies renouvelables, il a, dans ce sens, exprimé la volonté de son pays de tirer profit de l'expérience marocaine en la matière.
Le Président Sebastián Piñera, qui a déjà présidé aux destinées du pays entre 2010 et 2014, s'est aussi réjoui de l'excellence des relations qui existent entre le Chili et le Maroc, et «qui ne peuvent que se renforcer, eu égard aux valeurs et aux principes que nous avons en partage», soulignant la disposition de son pays à œuvrer pour renforcer davantage cette amitié.
Il a, par ailleurs, mis en avant le rôle important que joue le Centre culturel Mohammed VI des dialogues des civilisations, depuis qu'il a ouvert ses portes dans la ville de Coquimbo en 2007.
De son côté, Habib El Malki a souligné que le Maroc salue la position du Chili à l'égard de l'intégrité du Royaume et le soutient dans la lutte contre tous les défis politiques et socio économiques auxquels il fait face.
Il a, également, mis en exergue la pertinence des choix économiques du Chili «qui a opté pour l'ouverture, devenant ainsi l'un des pays ayant conclu le plus d'accords de libre-échange.
«Adepte de ce choix stratégique, le Maroc suit avec grand intérêt l'expérience chilienne en matière d'intégration économique dans le cadre de l'alliance du Pacifique, une orientation devenue indispensable dans le contexte de la mondialisation», a poursuivi Habib El Malki.
Il a, en outre, transmis au nouveau chef d'Etat chilien les félicitations de S.M le Roi Mohammed VI pour la confiance que le peuple chilien a de nouveau placé en lui, et ses vœux sincères de plein succès dans sa mission.
Il convient de rappeler que Sebastián Pinera a été investi, dimanche au siège du Congrès à Valparaiso, Président du Chili, succédant ainsi à la présidente sortante Michelle Bachelet.
Au cours de cette cérémonie officielle de prise de fonction, qui s'est déroulée au siège du Congrès à Valparaiso en présence de plus de 1.400 personnes, le nouveau Président chilien a prêté serment et reçu l'écharpe présidentielle avant de saluer la présidente sortante et le drapeau national au son de l'hymne chilien.
Sebastian Pinera, 68 ans, a déjà été Président du Chili de 2010 à 2014.
Le nouveau gouvernement chilien a également prêté serment. Composé de 23 ministres dont 6 femmes, le nouveau Exécutif chilien sera «à forte vocation sociale», selon Sebastián Piñera.
Ce gouvernement, compte parmi ses rangs quatre ministres qui avaient déjà fait partie du gouvernement lors du premier mandat de Sebastián Piñera (2010-2014), à savoir, les titulaires des portefeuilles de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Andrés Chadwick, du Trésor, Felipe Larraín et du Secrétariat général du gouvernement, Cecilia Pérez, en plus du Développement social, Alfredo Moreno, qui était chancelier dans l'ancien gouvernement.
Le nouveau locataire du palais présidentiel de La Moneda à Santiago n'a pas de majorité au Parlement, et aura besoin de nouer des alliances pour gouverner. Une configuration qui devrait ralentir la mise en place de son programme économique, qui prévoit notamment la réduction des impôts sur les sociétés et l'assouplissement des régulations dans le secteur minier.
Mais celui qui prend la tête de la cinquième puissance de la région aura en revanche l'économie avec lui. Après quatre années de croissance ralentie à 1,8% en moyenne, le PIB grimpera de 2,8% en 2018, selon la Cepal, Commission économique de l'ONU pour l'Amérique latine.
Economiste, homme politique et l'un des entrepreneurs les plus prospères du Chili, Sebastián Piñera a été investi dimanche à la magistrature suprême du Chili en remplacement de Michelle Bachelet.
Cet ancien Président de la République (2010-2014), âgé de 68 ans qui gouvernera le Chili de 2018 à 2022, a pris ses fonctions à compter de ce 11 mars des mains mêmes de celle qui lui avait succédé en 2014.
Le leader de Chili Vamos (Chili en Avant, droite) a consacré ses 27 dernières années à la vie politique.
Après avoir obtenu 36,64% au premier tour, il a été élu au 2ème tour avec 54,58% des suffrages face à son rival du jour, le sénateur et ancien journaliste Alejandro Guillier (45,42%).
Né à Santiago en 1949, cet ingénieur commercial titulaire d'un doctorat en économie de la prestigieuse université de Harvard, avait passé la plus grande partie de sa scolarité à l'école Verbo Divino, mais en 1964, il a étudié en Belgique depuis que son père a été nommé ambassadeur du Chili dans ce pays.
Depuis 1973 il est marié à Cecilia Morel Montes, avec qui il a eu quatre enfants, à savoir, Magdalena, Cristobal, Cecilia et Sebastián et neuf petits-enfants.
Sebastián Piñera est le troisième d'une fratrie de six enfants : José, Miguel, Pablo, Guadalupe et Magdalena Piñera.
Ancien propriétaire d'une chaîne de télévision et d'un club de football, il a bâti sa réussite en introduisant les cartes bancaires au Chili. Il est l'une des personnalités les plus riches du pays, avec une fortune estimée en 2017 à 2,7 milliards de dollars par Forbes.
Entre 1990 et 1998 il est élu sénateur. Ensuite, il préside le parti de droite Rénovation nationale (RN), dont il était le candidat à l'élection présidentielle de 2005-2006, remportée par Michelle Bachelet.
Candidat d'une coalition de droite à l'élection présidentielle de 2009-2010, il est élu Président de la République face à l'ancien Président Eduardo Frei Ruiz-Tagle, mettant ainsi un terme à vingt ans de pouvoir du centre gauche. Ne pouvant briguer un second mandat consécutif, il quitte la présidence en 2014 pour revenir, de nouveau, au Palais de la Moneda ce 11 mars 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.