Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trait d'union : « Fragments » de Marilyn Monroe
Publié dans L'observateur du Maroc le 30 - 01 - 2013


Par : Jamila Arif
Contre toute attente, la rentrée littéraire française de 2010 a été marquée par celle dont on ne soupçonnait même pas qu'elle sache tenir un stylo : Marilyn Monroe ! On s'arrache ses « Fragments » de poésie, de lettres, et carnets intimes posthumes. Et tout le monde de s'étonner : « La plus belle femme du monde était aussi intelligente ! ».
L'incompatibilité d'un quelconque talent ou d'une sensibilité intellectuelle, littéraire et de la beauté, du sex-appeal reste un préjugé toujours bien ancré dans les mentalités, même 51 ans plus tard…
Marilyn Monroe, 51 ans déjà et toujours aussi fascinante. Sa mort date d'un demi-siècle, mais aujourd'hui encore, elle reste une légende vivante. C'est dans la nuit du 4 août 1962 que la star s'empoisonne à coup de barbituriques. Elle avait alors 36 ans. L'année précédant son décès, l'actrice vivait une période perturbée de sa vie. Elle venait de divorcer de l'écrivain Arthur Miller et sa carrière cinématographique était en berne .
Sa vie secrète, ses amours interdites fascinent encore. Dernièrement, c'est l'actrice américaine Michelle Williams qui s'est glissée dans la peau de Marilyn pour le biopic My week with
Marilyn. Il y a eu des centaines de romans, de recueils, de biographies, d'enquêtes, d'images et de bandes-dessinées. Tant d'ouvrages «sur» Marilyn Monroe, mais pas «de» Marilyn Monroe. Pour la première fois, un livre intitulé
« Fragments » a vu le jour avec pour signature ce nom qui déchaîne bien souvent les passions. L'ouvrage présente un recueil de poèmes, de carnets intimes de journaux, et de lettres ainsi que 33 photos personnelles couvrant une période allant de 1943 à la veille de la mort de la star. Les fans de l'icône glamour des années 50 vont découvrir une femme amatrice de grande littérature, et toucher la sensibilité intellectuelle de Marilyn, qui passait souvent pour plus superficielle qu'elle ne l'était. Bernard Comment, le coresponsable de l'editing chez Le Seuil, a livré quelques grandes lignes de l'ouvrage.
« Il y a une certaine mélancolie dans le ton du livre, et ce qui est très beau dans certaines notes est la façon avec laquelle s'associent les idées, même si elles sont disséminées sur la page », explique-t-il. Des références culturelles sont semées tout au long de l'œuvre, du dramaturge Arthur Miller, un de ses trois maris, au grand Samuel Beckett, en passant par James Joyce, écrivain du XIXe siècle. « On retrouve, dans ses textes très personnels, James Joyce, qu'elle avait découvert à vingt-six ans, en interprétant des extraits du mythique monologue de Molly. Elle admirait également Samuel Beckett, aux succès naissants, alors qu'elle fréquentait l'Actor's Studio, à son arrivée à New York. Plus surprenante encore, sa fascination pour le barde Walt Whitman, le fondateur de la poésie américaine moderne », raconte Bernard Comment. Et d'ajouter : « Il n'y a pas de révélation fracassante mais pour la première fois peut-être on entre dans l'univers mental de Marilyn qui cherche à comprendre le monde qui l'entoure, ses relations aux autres, avec elle-même ».
Selon lui, la majeure partie du livre concerne les années 50, « au moment où elle quitte Hollywood, où elle vient d'enchaîner les succès, pour New York et l'Actor's Studio ».
Dans « Fragments», la littérature est très présente, tout comme les textes des auteurs qu'elle a lus, même si elle y fait rarement directement référence.
Marilyn l'écrivain disposait également d'une importante bibliothèque regroupant tous les grands auteurs. Elle a été présentée lors d'une grande vente aux enchères de la maison Christie's en 1999 au profit d'une association caritative pour les écrivains dans le besoin, selon Bernard Comment.
« Ce qui est bouleversant, c'est le regard qu'elle porte sur elle-même et sur le monde factice qui l'entoure, sur le travail d'actrice. C'est quelqu'un qui fait tout pour ne pas sombrer dans l'abîme, qui lutte avec ses mots », explique de son côté Caroline Gutmann, collaboratrice de B. Comment.
Justement, contrairement à une Marilyn qui a toujours souffert de son manque d'éducation et qui n'a eu de cesse d'apprendre et de se cultiver. Dans ses « Fragments », c'est d'ailleurs ce qui prédomine, cette volonté de s'en sortir, d'être « sauvée » par son travail, son attachement à son professeur d'art dramatique Lee Strasberg, sa carrière dont notamment la création d'une maison de production indépendante… Son physique et sa beauté sont très peu abordés dans sa prose, hormis un beau passage où elle n'ose croiser le reflet de son miroir, de peur d'y voir la tristesse de ses yeux (elle y compare ses vaisseaux à des rivières et ses cheveux à des serpents). La cause de son désespoir est davantage de ne pas être à la hauteur -intellectuelle- des proches qu'elle aime et admire, à commencer par son mari, Arthur Miller, que de s'inquiéter de sa beauté.
Dans ce livre, amplement commenté par de nombreux critiques, elle fait preuve de quelques fulgurances poétiques dont ses « haïkus » sur ses promenades nocturnes dans la ville où elle compare les immeubles à des squelettes ou encore son poème sur les ponts qui la rattachent à la vie malgré elle.
Le livre « Fragments »permet d'atteindre la réalité du mythe de Marilyn Monroe, de découvrir la sensibilité exacerbée, la véritable créativité, qui se cachaient derrière l'image de la blonde pulpeuse. Il nous révèle la grâce d'un être fragile, sujet à une perpétuelle introspection et en permanente quête d'amour. Elle demeure une étoile plus vive que jamais, sur le dallage maculé de Sunset boulevard.
Belle lecture !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.