Quand Ben Bella reconnaissait la souveraineté du Maroc sur le Sahara oriental    Météo au Maroc: les prévisions du vendredi 19 août    Houcine Ammouta de retour sur le banc du WAC de Casablanca    CAN U23 – Maroc 2023 : Résultats du tirage au sort    Benkirane : «Les déclarations de Raisouni ne reflètent pas les positions du PJD»    Incendie de forêt près de M'diq: l'OCI soutient le Maroc    Rabat: terrible accident près du complexe Moulay Abdellah    Météo: températures en hausse ce vendredi au Maroc    Rentrée scolaire 2022/23: Les prix des manuels scolaires inchangés    فيروس كورونا : 79 إصابة جديدة ولا وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Le nouveau nez de l'actrice marocaine Hasnae Moumni divise la Toile (PHOTO)    De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Sahara : Le Pérou décide de retirer sa reconnaissance au Polisario    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    Orages en France: trois morts en Corse    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    Frais de scolarité : l'angoisse de fin de vacances    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Le kickboxing et le judo marocains décrochent cinq médailles de bronze    Ukraine / Zaporijia : L'OTAN réclame une "inspection" urgente de l'AIEA    Tournoi international d'Autriche maintenu : L'équipe nationale A' s'est envolée pour Vienne    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Walid Regragui prépare sa liste élargie. Ziyech, Adli et autres Lions pressentis    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Entretien avec Pr Driss Moussaoui : «Nous manquons de tout»
Publié dans L'observateur du Maroc le 27 - 03 - 2013

L'Observateur du Maroc. Comment voyez-vous l'état actuel de la santé mentale au Maroc ?
Pr Driss Moussaoui. Je crois qu'il y a une amélioration importante concernant la prise de conscience des problèmes de la santé mentale et c'est déjà un point très positif. Durant ces dernières années, il y a eu deux événements marquants : l'enquête nationale sur la fréquence nationale des troubles mentaux qui a été faite en 2007 et qui a réveillé beaucoup de gens. Il y a eu également le rapport du CNDH qui a permis également de dévoiler une situation devenue inacceptable au niveau des institutions hospitalières. Que ça soit au niveau quantitatif ou qualitatif, nous manquons de tout. Nous avons un manque de lits en psychiatrie et un manque considérable de médecins et d'infirmiers. Certes les médicaments nous en avons un peu plus, mais nous avons toujours un problème de gestion et d'approvisionnement. Il faut aussi rappeler qu'il y a 14 provinces au Maroc qui ne disposent ni d'unités psychiatriques ni même de psychiatres. C'est dire l'importance des chantiers à venir. Mais quand on voit le ministre de la Santé déclarer au parlement que son département a deux priorités, en l'occurrence les urgences et la santé mentale, cela rassure. Quand on sait qu'il va y avoir, le 27 février, un forum national sur la santé mentale présidé par le ministre Houssaine Louardi avec la participation active de huit ministères qui s'engagent chacun d'élaborer un programme spécifique concernant la santé mentale, cela rassure. Tout autant que cette promesse du département de la Santé d'affecter 30 résidents annuellement à former en psychiatrie. On estime donc qu'il y a du positif dans l'air, même si nous pensons que ce n'est pas toujours suffisant. Il faut dire qu'il y a là un engagement ferme au niveau national et une certaine amélioration au niveau de la perception générale de la maladie et de l'implication des décideurs. Il nous reste toutefois un chemin considérable à parcourir.
Pourquoi le secteur de la santé mentale souffre-t-il d'autant d'insuffisances et d'handicaps dans notre pays ?
Ceci est valable dans tous les pays du monde. Il y a une sorte de stigmatisation, de discrimination, de mise à l'écart de la santé mentale et de la psychiatrie partout dans le monde. A titre d'exemple, l'OMS affirme que durant les trente dernières années, il y a eu plus de morts par suicide que par le SIDA. Pourtant, tout le monde parle du SIDA, mais personne ne parle de suicide. Or, nous savons que 80% des suicides résultent de problèmes psychiques. Plus encore, l'OMS relève qu'il y a plus de morts par suicide que de morts par accidents de la voie publique, par homicides ou par blessure de guerre. Au Maroc, nous voyons tous les jours des décès par suicide et nous avons l'impression que les gens sont aveugles face à l'ampleur du problème. La société continue à penser que la maladie mentale est une faiblesse de la personnalité et qu'il suffit de se secouer et d'avoir plus de volonté pour s'en sortir, ce qui est une erreur. Le trouble mental, quelque soit sa nature, est une maladie du cerveau. C'est une maladie comme les autres qui nécessite un traitement et un suivi médical. Toujours d'après l'OMS, la dépression vient en tête des maladies les plus lourdes à prendre en charge, toutes spécialités confondues. D'où la difficulté de s'approvisionner en moyens matériels et humains pour répondre à une demande qui est énorme.
Malgré la gravité de la situation, les décideurs s'intéressent peu à ce secteur, pourquoi donc ?
Au mois de mai prochain, l'OMS va demander à tous les pays d'octroyer à la santé mentale au minimum 5% de leur budget réservé à la santé. Au Maroc, nous en sommes à peu près à 4%. Ce qui n'est pas négligeable et si insuffisant en comparaison avec les pays développés qui consacrent de 10 à 12% de leur budget à ce secteur.
Que faire pour changer la vapeur et que peut-on attendre du forum du 27 février sur la santé mentale ?
Je crois qu'il y a d'importants efforts à déployer au niveau de la sensibilisation de tous les décideurs. D'où l'importance du rôle des médias. L'idée d'organiser ce forum en dit long sur le fort engagement du ministre de la Santé et de son département dans la mise à niveau du secteur. Ce forum est également un catalyseur de changements, à commencer par le statut de la santé mentale au niveau du ministère qui deviendra une direction ou une division à part entière doté de beaucoup plus de moyens matériels et humains. Pour les malades, si nous avons plus de personnel soignant, plus de lits, plus de médicaments, cette amélioration de moyens va se répercuter forcément sur leur situation. Aujourd'hui, nous renvoyons tous les jours des malades qui doivent être hospitalisés et qui peuvent représenter une menace pour leur sécurité et celle de leur famille. C'était le cas dans trois meurtres relatés par la presse. C'est malheureux, mais c'est la réalité.
Paru dans L'Observateur du Maroc n°206


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.