Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Banque mondiale : la crise sanitaire offre une fenêtre d'opportunités au secteur privé marocain    Impôt : un projet de décret adopté sur les professions et activités exclues du régime du bénéfice forfaitaire    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    ONP : Digitalisation de la criée    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Décès de Hafida El Malki    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Akil Macao, le metteur en scène de l'extraordinaire...    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Peine capitale : la polémique refait surface    WhatsApp met à jour les règles de confidentialité    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    Sahara: La proposition d'autonomie est la solution la plus réaliste et le «polisario» se trouve dans une situation «difficile»    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





KURDES DE TURQUIE : De la fin d'un rêve à la paix
Publié dans L'observateur du Maroc le 17 - 05 - 2013

Il est parfois de bonnes nouvelles dans ce Proche-Orient bouleversé par la guerre syrienne. Celle venant des Kurdes de Turquie, proche de la paix qui devrait mettre fin à trois décennies d'une guerre fratricide (45.000 morts) avec Ankara, en est une. Le 14 mai, le premier groupe de quinze combattants du PKK (le parti des travailleurs du Kurdistan) est entré au Kurdistan irakien, au nord de l'Irak. Au grand dam des autorités de Bagdad auxquelles personne n'a demandé leur avis. Cette arrivée correspond à la deuxième phase du processus de paix entamé, à la fin de 2012, entre la Turquie et le chef kurde du PKK, Abdullah Ocalan, emprisonné en Turquie. Le 21 mars, il avait appelé ses troupes à un cessez-le-feu unilatéral et au retrait de la Turquie. Cette fois, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan avait répondu favorablement à la main tendue par Ocalan. Pour plusieurs raisons. La première est l'abandon, par le PKK, de ses rêves indépendantistes. Au fil des années, ils se sont évanouis, et Ocalan n'a plus revendiqué que l'autonomie du Kurdistan turc et la reconnaissance de sa langue et de sa culture.
Deuxième raison : Erdogan a, lui aussi, intérêt à la paix. Il lutte pour ne pas être entraîné dans le maelström syrien. La chute de Bachar el-Assad inciterait une partie de la minorité kurde de Syrie à soutenir le PKK (c'est déjà le cas), en vue de mettre sur pied un embryon de Kurdistan indépendant. Forts de 25 à 35 millions de personnes, la plus grande communauté kurde est en Turquie (13 à 19 millions), les autres sont disséminés entre l'Irak, la Syrie et l'Iran. De plus, le Kurdistan est une épine dans le pied d'une Turquie qui n'a pas abandonné son désir d'Europe. L'armée turque, kémaliste, très anti-kurde, a toujours mené une répression sévère contre le PKK. Son non-respect des droits de l'homme a toujours été violemment critiqué par l'Europe et handicape Ankara dans sa demande d'adhésion à l'UE.
Dernière raison pour Erdogan : il voudrait se présenter à la présidence de la république après deux mandats à la tête du gouvernement. Il estime avoir besoin du vote des députés kurdes pour obtenir une majorité à l'Assemblée nationale. Cette paix qui se profile entre le PKK et la Turquie pourrait cependant être lourde de menace pour l'Irak. Les pourparlers de paix entre Ocalan et Ankara prévoient que 2000 combattants du parti rebelle vont quitter le sol turc avec armes et bagages pour le Kurdistan irakien. Ce transfert inquiète les populations kurdes d'Irak qui craignent, comme par le passé, les bombardements turcs dans l'hypothèse où les combattants relancent la guerre à partir d'Irak. Des milliers de rebelles du PKK y ont leur base arrière. Bagdad, de son côté, est outré d'avoir été mis devant le fait accompli d'une arrivée de rebelles en armes du PKK. Si le Kurdistan est autonome, les autorités irakiennes s'estiment la puissance souveraine sur la partie nord du pays. Et craignent que les Kurdes d'Irak ne finissent par proclamer leur indépendance. Déjà, non seulement le Kurdistan irakien signe des contrats d'exploitation pétrolière avec des sociétés étrangères (avec Total, entre autre) sans en référer à Bagdad, mais il est économiquement tourné vers la Turquie. Le commerce entre les deux pays est florissant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.