Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LIBAN Un moment d'accalmie
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 06 - 2009

Le Liban a toujours été la caisse de résonance du monde arabe. Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux n'y avaient guère la côte ces dernières années. Et chacun croyait que les élections législatives du 7 juin allaient donner la victoire - même d'une courte tête - à l'opposition, le Hezbollah et son allié chrétien, le parti du général Michel Aoun.
Il n'en a rien été. La coalition pro-occidentale au pouvoir, dite l'alliance du «14 mars» a gagné 71 des 128 sièges du Parlement. Composée du parti du Futur du sunnite Saâd Hariri, fils de Rafik Hariri, le président assassiné en 2005, du parti druze de Walid Joumblatt et des Forces libanaises du chrétien Samir Geagea, elle est de nouveau en position de former le gouvernement. En face, l'opposition - Hezbollah, Amal, une seconde formation chiite et le Courant patriotique libre de Michel Aoun - proche de la Syrie et de l'Iran, n'aura que 57 sièges. Première leçon du scrutin : il n'est plus si difficile au Liban, et probablement au Proche-Orient, de se dire pro-américain. L'arrivée de Barack Obama au pouvoir, ses discours d'ouverture (en particulier celui du Caire quatre jours avant les élections libanaises) ont changé l'état d'esprit d'une partie de la population. Cette décrispation marche de pair avec celle des différents pays de la région. L'Arabie Saoudite, parrain du sunnite Saad Hariri, s'est réconciliée avec la Syrie de Bachar el-Assad, qui soutient l'opposition. Mais pour la première fois lors d'une élection libanaise, Damas s'est gardée d'intervenir directement au pays du Cèdre. Parallèlement, le début de décrispation entre l'Iran et les Etats-Unis, a incité Téhéran, et donc le Hezbollah, à accepter sa défaite avec élégance. En dépit des nombreux votes achetés par le courant de Saad Hariri. «Je félicite le «14 mars» de sa victoire» a déclaré Hassan Nasrallah, le chef du parti de Dieu, au lendemain du scrutin. Une atmosphère qui favorise la constitution d'un futur gouvernement d'union nationale sans lequel le Liban ne peut être gouverné.
Les crispations politiques libanaises qui ont bloqué le pays pendant dix-huit mois appartiendraient-elles au passé ? Pour les pessimistes, il n'en est rien. Au printemps 2008, le bras de fer entre le pouvoir et l'opposition (et le coup de force du Hezbollah qui avait fait descendre ses milices armés dans le centre de Beyrouth), avait été réglé par le Qatar et les accords de Doha. Ils avaient permis de sortir de l'impasse constitutionnelle et d'élire le président de la république, Michel Sleimane, un chrétien comme le veut la constitution. Après ce scrutin, l'opposition risque de revendiquer de nouveau une minorité de blocage (un tiers des portefeuilles ministériels) lui permettant de disposer d'un droit de veto sur les décisions gouvernementales. Le principal souci de Nasrallah : empêcher le «14 mars» de désarmer le Hezbollah en lui retirant son aile militaire placée sous l'autorité de l'armée libanaise.
Pour les optimistes, ce risque sera surmonté par le président Michel Sleimane qui va ainsi jouer son rôle d'arbitre entre les deux camps, comme le prévoient les accords de Doha. Il pourrait même annoncer qu'il refuse le «tiers bloquant», dit-on à Beyrouth et inciterait les députés à choisir un Premier ministre sunnite - c'est la constitution - qui soit un homme de consensus ayant aussi l'appui de l'Arabie Saoudite, de la Syrie et de l'Iran. Un oiseau rare.
Que Téhéran et Washington renouent le dialogue et les problèmes libanais seront plus aisément résolus. En ce sens, les élections iraniennes du 12 juin sont capitales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.