Fusillade devant un hôpital à Paris: un mort et un blessé grave    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    FRMF : Zakaria Aboub, seul rescapé de la restructuration de la DTN    Ligue des Champions : l'Afrique du nord en force en quarts de finale    Coronavirus : les déclarations chinoises sur une faible efficacité des vaccins sont un «malentendu»    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    Automobile: Inauguration à Casablanca du CETIEV 2.0    Raja: ce qu'a dit El Bekkari après la victoire contre Pyramids (CAF)    Football : mort d'un joueur après s'être effondré lors d'un match de championnat amateur    MM. Bourita et Le Drian réaffirment l'excellence des relations bilatérales    La Chine approvisionnera le Maroc de 10 millions de doses de vaccins courant avril et mai    DMG : de fortes averses orageuses et rafales de vent attendues mercredi et jeudi    Les clés de la solidarité pour ouvrir les portes du Ramadan.    Le président de la commune de Louta visé par une enquête    L'Arabie saoudite annonce le début du mois de Ramadan    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour lundi 12 avril    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    Le Sahara marocain plombe la diplomatie algérienne et envenime les relations entre Alger et Paris    Nadir Yata incarnait une formidable force militante    Tanger: localisation de deux mineurs objets d'un avis de recherche dans l'intérêt des familles    L'Ouganda et la Tanzanie se lient pour la construction d'un oléoduc    Ramadan 2021: voici les horaires de travail dans les administrations au Maroc    CDG Invest lance la 3ème promotion du programme 212Founders    France: stupeur et condamnation après des actes ciblant les musulmans à l'approche du Ramadan    Pyramids-Raja: les buts du match (VIDEO)    Liga : Bounou, En-Nesyri et Munir attendus face au Celta Vigo    Météo au Maroc: le temps qu'il fera ce lundi    Lois électorales : Feu vert de la Cour constitutionnelle    Selon le FMI, le Maroc sur une bonne trajectoire    Droits des sociétés : Les principales nouveautés    Tijara 2020 : La formation du capital humain, un véritable levier de développement    JSK-RSB (0-0) : Les Berkanais se compliquent la tâche    Malgré une perspective négative : Moody's maintient la note Ba1 pour le Maroc    Le ramadan, un mois de jeûne qui se prépare depuis plusieurs jours (Reportage)    Edito : Débat clos    Salé : Voici les lauréats du concours de sculpture métallique monumentale récompensés    Regain de tension dans le Donbass    Nora Iffa, une voyageuse engagée    Melehi et Chebaa à l'affiche    L'écriture poétique et l'esprit de l'amour… !    "L'Oiseau bleu " de Mouha Ouhdidou, Grand Prix du Festival national du court-métrage d'Oujda    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Les Ligues régionales de football en réunion à Laâyoune : Les présidents pour un 3e mandat du président actuel de la FRMF    Agence Bayt Mal Alqods : les lauréats du concours "Les couleurs d'Al Aqsa" primés    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déchets italiens, L'APC sort de son mutisme et met fin à la polémique !
Publié dans L'observateur du Maroc le 01 - 08 - 2016

Pour mettre fin à la polémique (mettre toute la lumière) autour des déchets italiens exportés au Maroc et des informations erronées et confuses qui ont provoqué un tollé ces dernières semaines dans les réseaux sociaux, l'Association Professionnelle des Cimentiers (APC) a tenu à clarifier les choses (remettre les pendules à l'heure) et de mettre toute la lumière sur le sujet en conviant des journalistes marocains – dont l'Observateur du Maroc et d'Afrique-, à visiter des plateformes de gestion et de traitement de déchets en Italie et en Allemagne ainsi qu'une cimenterie utilisant les RDF (tissus, bois, cartons, papiers broyés, plastique,...) comme combustibles alternatifs. L'objectif étant d'expliquer d'abord au plus grand nombre le processus de gestion et de valorisation des déchets dans les cimenteries mais surtout de démontrer la non dangerosité de ces combustibles de substitution.
La société italienne de traitement de déchets, que nous avons visité «DECO SA» et qui fournit le RDF à la cimenterie Lafarge est située à Pescara, et donc, les déchets ne proviennent pas de la région de Naples, comme certains sites d'infos l'ont affirmé ! Lafarge Holcim a précisé que les 2500 tonnes importés payés 25 euros la tonne étaient simplement un test tout comme celui effectué auparavant, et sans aucun incident, par Ciment du Maroc (avril 2016) et Ciments de l'Atlas (2015) fournis tous deux par la société SUEZ UK (ex SITA UK).
Pour l'APC, la valorisation des déchets dans les cimenteries et l'utilisation du RDF représente ce qu'il y a de meilleur dans l'économie circulaire. C'est une solution écologique qui résout un problème environnemental (enfouissements des décharges et brûlage des déchets à l'air libre) d'autant plus qu'elle permet de produire des combustibles alternatifs de qualité à partir de déchets ménagers banals (résidus de tissus, bois, papiers broyés, cartons et plastiques), traités (tri, broyage, homogénéisation et bio-séchage) et conditionnés.
Les déchets exportés au Maroc ne sont pas dangereux.
Déçu et écœuré par la façon dont l'information a été traitée dans les médias marocains, Fabrizio Déprio, PDG de Deco SA a tenu à préciser en présence de Thomas Guillot, responsable de Géocycle Europe, représentant Lafarge Holcim, lors d'un point de presse jeudi 28 juillet à Pescara que les déchets traités et exportés au Maroc ne sont pas nocifs pour la santé. « Nous avons été choqués par l'information relayée par la presse marocaine, il y a eu peu de vérités et beaucoup de confusion, ce qui risque de causer du tort à notre société », « d'autant plus que l'exportation de ces déchets a été effectuée dans le respect des normes de sécurité les plus élevées », a déclaré le PDG de l'unité de traitement italienne certifiée aux normes européennes de qualité (Iso 9001 et Iso 14001), et dont la capacité de traitement annuelle avoisine les 270.000 tonnes de déchets. Ces derniers transformés en RDF, sont réutilisés à hauteur de 70% en Italie et 30% sont exportés à Chypre et en Bulgarie. Pour Déprio, « le Maroc est en train d'adapter son dispositif pour la gestion des déchets et a la volonté de transition vers une économie circulaire qui s'inscrit dans le cadre du développement durable, et DECO SA peut apporter son expérience en la matière. D'autant plus que l'utilisation des RDF permet de réduire la quantité des déchets dans les décharges et de diminuer la quantité du charbon utilisé dans les cimenteries ».
L'APC préconise le développement d'une filière locale
Etant donné que le Maroc est actuellement à 90% au niveau de l'enfouissement (élimination des déchets en décharges organisées), l'APC préconise à cet effet le développement de plateformes de traitement de déchets au Maroc et donc la valorisation des déchets locaux.
Abdelmoula Baoui, chargé du suivi des usines du groupe cimentier allemand HeidelbegCement a précisé « qu'en attendant le développement d'une filière locale de traitements de déchets au Maroc, les RDF apparaissent comme une solution logique vu qu'ils constituent une source d'énergie moins polluantes que les combustibles fossiles ».
Pour sa part, Jan Theulen, directeur des ressources alternatives à HeidelbegCement nous a affirmé que les combustibles alternatifs sont moins polluants que les combustibles fossiles (charbon, pétrole,...) et « permettent de diminuer de 28% les gaz à effet de serre pour les déchets biodégradables (biomasse) dans les pays industrialisés et jusqu'à 50% dans des pays comme l'Indonésie, la Turquie ou le Maroc ».
Si aujourd'hui le Maroc ne dispose pas d'unités de production des RDF malgré les 7 millions de tonnes de déchets qu'il génère par an, des projets bien avancés sont programmés notamment à Rabat, Marrakech et Béni Mellal.
Dans le cadre d'un partenariat public/privé, les cimentiers sont disposés à investir dans des unités de production des combustibles alternatifs issus des déchets ménagers locaux. Une convention a été signée à cet effet avec le Ministère de l'environnement et le Ministère de l'intérieur en juin 2015.
Ainsi, trois plateformes de transformations des déchets industriels en combustibles alternatifs pour cimenterie fonctionnent aujourd'hui au Maroc (2 à Casablanca + 1 à Tanger) et trois projets de plateformes de valorisation de déchets ménagers en combustibles alternatifs sont en cours ou à l'étude, notamment à Rabat (Oum Azza), à Marrakech et Béni Mellal.
Rappelons qu'après avoir interdit l'importation des déchets industriels au Maroc le 14 juillet dernier suite à la polémique des déchets italiens arrivés à El Jadida, le gouvernement a levé cette interdiction 15 jours plus tard pour les déchets genre pneus déchiquetés, ferraille ou textile,…. Une décision qui néanmoins ne concerne pas les déchets RDF importés d'Italie dont on attend toujours les résultats de l'incinération.
Ce diaporama nécessite JavaScript.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.