Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LIBAN La guerre des autres
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 01 - 2011

Ce n'est pas l'homme qui a changé, ce sont les circonstances. Quand le Parlement libanais a élu Najib Mikati, milliardaire sunnite, au poste de Premier ministre, le 26 janvier, il ne mettait pas un novice à la tête du prochain gouvernement. Mikati, député du nord du pays, avait déjà occupé ce poste pendant six mois après l'assassinat du Premier ministre Rafik Hariri en février 2005. Il avait supervisé le départ de l'armée syrienne et les élections législatives qui allaient donner au Liban une majorité conduite par Saad Hariri et le Mouvement du 14 Mars, pro-occidental.
Le retour de Mikati marque la fin de la coalition menée par Saad Hariri. L'histoire commence le 12 janvier, lorsque les onze ministres de l'opposition, dont ceux du Hezbollah, démissionnent du gouvernement d'union nationale de Saad Hariri. Puis, mardi, Walid Joumblatt, le leader druze jusqu'alors allié à Hariri, retourne sa veste et annonce qu'il soutiendra le candidat du parti chiite et de la Syrie à la tête du nouveau gouvernement. Ce candidat est Mikati, annonce Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah.
Cette fois, il ne s'agit pas d'une banale péripétie d'une vie politique libanaise compliquée et fertile en rebondissements. Pour la première fois, le Premier ministre du Liban, libanais, un sunnite selon la constitution (celle-ci, basée sur le système communautaire, prévoit que le Président de la république est un chrétien et le Président du Parlement, un chiite), a été choisi par le Hezbollah. La cause apparente de cette mini révolution ? La question du Tribunal spécial pour le Liban, le TSL. Le Hezbollah est persuadé que certains de ses membres vont être impliqués dans l'assassinat de Rafik Hariri. Le parti de Dieu l'exclut, quitte à relancer la violence dans le pays. Il demande donc que le prochain gouvernement récuse l'accord de coopération signé avec le TSL, en retire les magistrats libanais et cesse de financer l'institution. Saad Hariri a refusé de céder sur ces différents points. Le Hezbollah a donc décidé de son départ.
Officiellement, le nouveau Premier ministre Najib Mikati n'a pas annoncé ce qu'il allait faire. Plier aux injonctions du Hezbollah ? S'y refuser ? Cette solution semble exclue. S'il rompt avec le TSL, il risque de mettre le Liban en porte-à-faux avec les Occidentaux et de raviver les querelles internes. Une situation qui aura des effets certains sur les relations du pays avec les Etats du Golfe et l'Arabie Saoudite qui le finance largement.
A Beyrouth, le découragement est visible chez les sunnites et les partisans du 14 Mars qui après le départ des forces syriennes en 2005 avaient cru que le Liban renaîtrait de ses cendres.
C'était faire preuve de trop d'optimiste. Dans cette poudrière proche orientale - les comptes de la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah ne sont soldés ni d'un côté ni de l'autre – le Liban sert une nouvelle fois d'arène pour des intérêts étrangers. Derrière le Hezbollah se profile la place de l'Iran dans cette partie de l'est de la Méditerranée. Et avec elle, la confrontation entre Téhéran d'un côté, Washington et Tel Aviv, de l'autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.