Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    La Sûreté nationale célèbre son 65e anniversaire    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Heure légale: retour à GMT+1 le dimanche 16 mai à 02H00    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RDC : Joseph Kabila au pied du mur
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 11 - 2017

Les législateurs qui ont instauré la constitution de la République démocratique du Congo avaient pensé bien faire en verrouillant le processus de prise de pouvoir. C'est ce qu'ils avaient expressément souligné dans l'article 64 qui dispose que
« tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ». Joseph Kabila se trouve dans cette deuxième situation.
Pour l'opposition, cet article ne peut pas mieux tomber maintenant que le président Joseph Kabila a débordé sur les deux mandats autorisés par la constitution. Il aurait du céder le pouvoir en décembre 2016. Il y est toujours. Un accord signé le 31 décembre 2016, sous l'égide de l'église catholique instaurait une période de transition d'une année, avec obligation au chef de l'Etat de choisir un premier ministre issu de l'opposition.
Tout semblait allait pour le mieux, soulagement relatif. Or, le président Joseph Kabila voyait les choses autrement. Il a décidé de prolonger cette période de transition en recourant à la Commission nationale électorale indépendante (CENI). Celle-ci a renvoyé, par une décision du 5 novembre, les élections au 31 décembre 2018. Une année supplémentaire donc. Kabila pouvait officier jusqu'en janvier 2019.
L'opposition crie au scandale
Les leaders de l'opposition lancent un ultimatum au président. Aucune rallonge ne devrait lui être accordée sinon ce sera la rue. Et la rue, c'est l'article 64 justement.
Pour le plus grand challenger de Kabila, Moïse Katumbi, « ce régime prédateur veut prolonger instabilité et misère du peuple ».
Pas question d'accepter ce calendrier « fantaisiste ». Félix A. Tshisekedi a pour, sa part, mis en garde que le calendrier de la CENI « sonnera le glas de ce régime malfaisant ». Pour lui, « l'heure est venue de chasser J.Kabila ».
Et l'opposition a commencé à se préparer. La date du 28 octobre a été retenue pour la grande marche exigeant le départ du président. Le clan présidentiel a vite réagi en organisant, le même jour, sa marche à lui. Manœuvre rapidement dénoncée par l'opposition qui a reporté la sienne au 30, laissant le terrain aux supporters du président.
Kabila peut certes utiliser, lui aussi, la rue, mais il exploite également les autres moyens dont il dispose et notamment la Justice. Plusieurs opposants sont toujours en prison, comme Jean-Claude Muyambo, condamné, en appel, à 5 ans de prison pour une affaire d'escroquerie. Moïse Katumbi a lui-même été condamné pour une autre affaire d'escroquerie, un moyen de le rendre inéligible. Or, les Congolais se sont vite rendu compte que les deux opposants ont été condamnés dans une affaire portant sur le même immeuble objet de l'escroquerie. Consternation. L'ex gouverneur du Katanga a écopé de 3 ans.
Manœuvres désespérées
Toutes ces manœuvres contre l'opposition n'ont fait que renforcer celle-ci et la conforter dans ses exigences. Si le nouveau calendrier doit être accepté, la transition ne peut se faire avec Kabila. L'opposition reste ferme sur sa position.
Joseph Kabila se trouve ainsi sous une double pression : Celle de l'opposition qui veut l'obliger à respecter la constitution et assurer une transition paisible, ou la rue, forte de l'article 64, qui promet une période difficile dont personne ne connaît encore l'issue. C'est l'avenir de la RDC, grand pays potentiellement, mais où plus de 3 personnes sombrent dans la pauvreté chaque minute, déplore l'ancien Premier ministre (novembre 2016 à avril 2017) Samy Badibanga.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.