Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le « climat de terreur » à Tindouf dénoncé au Chili
Publié dans L'observateur du Maroc le 25 - 06 - 2018

Les graves atteintes aux droits de l'Homme commises par le polisario dans les camps de Tindouf ont été dénoncées, samedi à Santiago du Chili, par les participants à un séminaire académique international sur le Sahara marocain, organisé à l'initiative du Centre d'études du Maghreb pour les Amériques, basé dans la capitale chilienne.
Lors de son intervention, le militant sahraoui Abdelouahab El Gayen, secrétaire général de l'Observatoire du Sahara pour la paix, la démocratie et les droits de l'Homme, a passé en revue les graves atteintes aux droits de l'Homme commises par les dirigeants du polisario à l'encontre des séquestrés des camps de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie.
Le polisario « ne tolère aucune voix discordante à sa ligne séparatiste et réprime dans le sang ses opposants dans une impunité totale et en flagrant défi de la législation internationale en matière de droits de l'Homme », a relevé l'activiste sahraoui, rappelant que les aides internationales destinées aux séquestrés de Tindouf sont systématiquement détournées à des fins d'enrichissement illicite par les caciques du polisario afin de faire gonfler davantage leurs comptes bancaires à l'étranger et financer leurs activités illégales.
De son côté, l'analyste politique chilien Andres Grimblatt, a dénoncé le « climat de terreur » imposé par le polisario au sein des camps de Tindouf, où, a-t-il dit, les populations sahraouies sont séquestrées et privées des libertés « les plus élémentaires ».
Pour ce spécialiste en communication, également directeur au sein du Centre d'Etudes du Maghreb pour les Amériques, les provinces du Sud offrent, en revanche, un cadre de vie « démocratique, développé, inclusif et respectueux des droits de l'Homme ».
Et l'expert en relations internationales d'ajouter que le Plan marocain d'autonomie pour les provinces du Sud est une proposition « juste et créatrice de développement » qui, de surcroit, a été accueillie favorablement par la Communauté internationale et qualifiée de « sérieuse et crédible ».
Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'engagement du Royaume du Maroc qui a opté pour une dynamique positive et constructive pour la négociation d'un statut d'autonomie des provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son unité nationale, a encore relevé M. Grimblatt, lors de ce séminaire dont les travaux ont débuté vendredi.
Ce conclave de trois jours a été l'occasion de débattre de plusieurs thématiques axées notamment sur la question du Sahara, la place du Maroc en Afrique, la proposition d'autonomie au Sahara et la résolution pacifique des conflits.
Les participants se sont penchés, dans le cadre de groupes de travail, sur « les droits humains » et « le rôle de la femme et de la société civile dans le monde actuel ».
Cet évènement académique compte à son programme plusieurs rencontres lors desquelles d'éminents professeurs et experts ont présenté leurs analyses et points de vue sur diverses questions d'actualité en relation avec le Maghreb alors que plusieurs politologues et représentants de la société civile ont partagé leurs points de vue avec l'assistance et les conférenciers.
Le Centre d'études du Maghreb pour les Amériques regroupe une pléiade d'universitaires, d'intellectuels, d'experts et de représentants d'organisations sociales et culturelles d'Amérique latine avec pour objectifs notamment d'étudier et de faire connaître, dans le cadre d'une approche académique, la réalité des pays du Maghreb, depuis une perspective positive, et de promouvoir le soutien à la paix, à la culture et au dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.