Trump se sert de Twitter pour contourner des médias "corrompus"    Exercice de gestion de crise à l'aéroport Fès-Saiss    L'ONU organise la deuxième table ronde sur le Sahara marocain à Genève    Attentat de Christchurch: Inhumation des premières victimes du carnage des mosquées    Elections test aux Pays-Bas après la fusillade d'Utrecht    Malawi-Maroc. Le sélectionneur national convoque 18 joueurs    La droite européenne s'apprête à sanctionner le populiste Orban    Abus de publicité. 1,49 milliard d'euros d'amende pour Google    Bouteflika, seul au monde ?    Championnat arabe de boxe : Le Maroc prend part à la 3è édition à Khartoum    British Council lance un appel à candidatures pour une formation au Royaume-Uni    Journées de la Francophonie : Les élèves marocains se distinguent à Oslo    Les élèves de la Fondation Lalla Asmaa à la SNRT    Semaine de la Francophonie à Las Palmas : Projection de «Aïda-La Revenante»»    La Kasbah de Tazka à Tafraout inscrite sur la liste du patrimoine culturel national    Taqa Morocco: une progression tirée par la résilience du business plan    Bank Al-Maghrib : Prévisions de croissance revues à la baisse    Tennis. Le Grand Prix Hassan II revient avec son lot de nouveautés    Bank Al-Maghrib : Pas de changement de taux directeur    Pas de modification du statut du concours d'internat en médecine    Enseignants grévistes: La procédure d'abandon de poste activée    Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau    Le Maroc, hub africain pour l'Inde    Sukuk. Encore du chemin à faire    Casanearshore SA et Technopolis Rabatshore deviennent Ewane Assets    Sadeem 2. Le youtubeur Abdelmoumen Aomari représente le Maroc    Casablanca : Partenariat pour la promotion des métiers de la vente et du commerce    Les Philippines quittent la C.P.I.    Il appartient à l'organisation criminelle «Comorra» : Un Italien interpellé à Marrakech    Saisie de plus de 6.900 comprimés psychotropes et de 80 kg de cocaïne à Tanger    Maroc-Rwanda : Douze nouveaux accords pour renforcer la coopération bilatérale    Et si Facebook n'avait pas perdu 17 minutes?    Emploi : Le gouvernement mise sur les ONG    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    Brahim El Mazned intègre la banque d'expertise -Unesco    Migration illégale et trafic de drogue : Quatre individus arrêtés à Nador et Driouch    Sahara marocain : Bourita appelle à «dépolluer» l'UA des «débats stériles, inutiles et en déphasage avec la réalité»    Edito : Réseaux antisociaux    La Commission du droit d'accès à l'information fixe son plan d'action    Participation du Maroc au Forum de scoutisme arabe au Caire    Défection au Polisario    Habib El Malki réitère son engagement à renforcer l'UPCI en tant qu'organisation multipartite, indépendante et efficace au sein de la communauté internationale    Rodriguez : Je n'ai pas de problème avec Zidane    Prime de Neymar au FC Barcelone : Le procès reporté au 27 septembre    Rude épreuve congolaise pour les U23    Plus de la moitié des adolescents confrontés à un "triple fardeau" sanitaire    La Troupe Masrah Annas à la rencontre des Marocains de France    Un spectacle musical haut en couleur à l'ouverture des Journées culturelles algériennes à Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le « climat de terreur » à Tindouf dénoncé au Chili
Publié dans L'observateur du Maroc le 25 - 06 - 2018

Les graves atteintes aux droits de l'Homme commises par le polisario dans les camps de Tindouf ont été dénoncées, samedi à Santiago du Chili, par les participants à un séminaire académique international sur le Sahara marocain, organisé à l'initiative du Centre d'études du Maghreb pour les Amériques, basé dans la capitale chilienne.
Lors de son intervention, le militant sahraoui Abdelouahab El Gayen, secrétaire général de l'Observatoire du Sahara pour la paix, la démocratie et les droits de l'Homme, a passé en revue les graves atteintes aux droits de l'Homme commises par les dirigeants du polisario à l'encontre des séquestrés des camps de Tindouf, dans le sud-ouest de l'Algérie.
Le polisario « ne tolère aucune voix discordante à sa ligne séparatiste et réprime dans le sang ses opposants dans une impunité totale et en flagrant défi de la législation internationale en matière de droits de l'Homme », a relevé l'activiste sahraoui, rappelant que les aides internationales destinées aux séquestrés de Tindouf sont systématiquement détournées à des fins d'enrichissement illicite par les caciques du polisario afin de faire gonfler davantage leurs comptes bancaires à l'étranger et financer leurs activités illégales.
De son côté, l'analyste politique chilien Andres Grimblatt, a dénoncé le « climat de terreur » imposé par le polisario au sein des camps de Tindouf, où, a-t-il dit, les populations sahraouies sont séquestrées et privées des libertés « les plus élémentaires ».
Pour ce spécialiste en communication, également directeur au sein du Centre d'Etudes du Maghreb pour les Amériques, les provinces du Sud offrent, en revanche, un cadre de vie « démocratique, développé, inclusif et respectueux des droits de l'Homme ».
Et l'expert en relations internationales d'ajouter que le Plan marocain d'autonomie pour les provinces du Sud est une proposition « juste et créatrice de développement » qui, de surcroit, a été accueillie favorablement par la Communauté internationale et qualifiée de « sérieuse et crédible ».
Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'engagement du Royaume du Maroc qui a opté pour une dynamique positive et constructive pour la négociation d'un statut d'autonomie des provinces du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume et de son unité nationale, a encore relevé M. Grimblatt, lors de ce séminaire dont les travaux ont débuté vendredi.
Ce conclave de trois jours a été l'occasion de débattre de plusieurs thématiques axées notamment sur la question du Sahara, la place du Maroc en Afrique, la proposition d'autonomie au Sahara et la résolution pacifique des conflits.
Les participants se sont penchés, dans le cadre de groupes de travail, sur « les droits humains » et « le rôle de la femme et de la société civile dans le monde actuel ».
Cet évènement académique compte à son programme plusieurs rencontres lors desquelles d'éminents professeurs et experts ont présenté leurs analyses et points de vue sur diverses questions d'actualité en relation avec le Maghreb alors que plusieurs politologues et représentants de la société civile ont partagé leurs points de vue avec l'assistance et les conférenciers.
Le Centre d'études du Maghreb pour les Amériques regroupe une pléiade d'universitaires, d'intellectuels, d'experts et de représentants d'organisations sociales et culturelles d'Amérique latine avec pour objectifs notamment d'étudier et de faire connaître, dans le cadre d'une approche académique, la réalité des pays du Maghreb, depuis une perspective positive, et de promouvoir le soutien à la paix, à la culture et au dialogue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.