Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    Cartier Saada: 80% du programme d'investissements réalisés    Une désinflation qui n'est pas forcément satisfaisante    Lions de l'Atlas. Une victoire, mais encore...?    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    L'université Ibn Zohr en apothéose!    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Voici l'Académie régionale qui a obtenu la meilleure moyenne au Bac    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Edito : Excédent au Bac    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    OPV Maroc Telecom. "Bon timing"    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se déclare vainqueur de la présidentielle mauritanienne dès le premier tour    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Hamid El Kasri et Susheela Raman enflamment la scène Moulay Hassan    Mawazine 2019: Concerts explosifs de Lartiste et David Guetta à la scène OLM Souissi    Levée du drapeau du "polisario" sur scène. Soolking boycotté par les Marocains    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Délinquance en baisse à Fès: la DGSN donne des preuves    Baccalauréat 2019 : un taux de réussite de 65,55%    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    Ethiopie: le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués    Les Chikhates, une histoire impressionnante    Les Marocains seraient parmi les plus malhonnêtes au monde    MAURITANIE-PRESIDENTIELLE : MOHAMED ABDELAZIZ/GENERAL GHAZOUANI À L'INSTAR DE POUTINE/MEDVEDEV ?    L'Iran reste en alerte, Trump aurait renoncé à des représailles    Le Festival gnaoua et musiques du monde s'ouvre en grande pompe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lutte anti-terroriste au Maroc sous la loupe américaine
Publié dans L'observateur du Maroc le 20 - 09 - 2018

L'arsenal, impressionnant, d'une cellule démantelée à El Jadida.
Le rapport annuel du gouvernement américain sur le terrorisme dans le monde, rendu public mardi 18 septembre 2018, relève que le Maroc a réussi, l'année dernière, à arrêter 186 personnes et à démanteler près de neuf cellules terroristes. Celles-ci, rappellent les auteurs du rapport, prévoyaient de perpétrer des attaques qui ciblaient notamment des bâtiments publics et des sites touristiques.
L'une des cellules démantelées prévoyait d'attaquer l'ambassade espagnole à Rabat en août 2017, tout juste après les attentats survenus en Espagne, peut-on lire dans le document américain.
En plus de ces indicateurs chiffrés, le rapport analyse la stratégie globale de lutte contre le terrorisme, s'arrête sur sa multidimensionnalité, décortique ses aspects non seulement sécuritaire et judiciaire, mais aussi de prévention et de coopération régionale et internationale…
Les auteurs du rapport rappellent qu'après les attentats terroristes d'août 2017 perpétrés à Barcelone, le Maroc a contribué à faire avancer l'enquête menée par les espagnoles et a promis d'élargir la coopération pour traquer les terroristes d'origine marocaine radicalisés à l'étranger. Dans ce cadre, les Américains notent que le gouvernement marocain reste préoccupé par la menace que représente le retour au Maroc de combattants terroristes qui étaient en Syrie ou en Irak et dont le nombre est estimé à environ 1.660.
Une autre remarque majeure exprimée dans ce document concerne le désaccord politique entre le Maroc et l'Algérie sur la question du Sahara marocain, qui reste un «obstacle» à une coopération bilatérale et régionale contre le terrorisme en 2017.
Pour rappel, le BCIJ a déjà publiquement regretté le refus de l'Algérie à coopérer avec le Maroc pour contrer le terrorisme.
A travers son rapport 2017, le gouvernement américain fait donc le tour, d'une manière approfondie, de la lutte antiterroriste que mène le Maroc. Voici la traduction résumée de ses principales conclusions concernant le Royaume.

Efficacité dans la légalité internationale
Le Maroc enquête « efficacement », poursuit et condamne les accusés inculpés dans le cadre de la loi contre le terrorisme, promulguée en 2003 et amendée en 2015. Cet arsenal juridique est conforme à la politique de sécurité des Nations Unies, selon la résolution du Conseil (UNSCR) 2178 (2014).
Les autorités aéroportuaires marocaines ont d'excellentes capacités de détection des documents frauduleux, mais manquent de capacités de dépistage biométrique. En outre, la police, les douaniers et la gendarmerie royale mettent en place des postes de contrôle mobiles et fixes le long des routes dans les zones frontalières et aux entrées des grandes municipalités. De plus, les unités marocaines et les garde-côtes marocains surveillent et patrouillent le long des zones côtières, y compris le détroit de Gibraltar, pour interdire les trafics illicites.
Il est à relever que le Maroc a participé à un large éventail de programmes parrainés par les Etats-Unis pour améliorer ses capacités d'enquête, y compris les enquêtes financières, l'analyse des renseignements et la cyber-sécurité.

Prévention et formation
Le Maroc a une stratégie contre l'extrémisme violent globale qui priorise le développement économique et humain en plus de la surveillance de la sphère religieuse. Le pays a accéléré la mise en œuvre d'initiatives de formation et d'emploi pour les jeunes «vulnérables» .
Pour contrer l'extrémisme religieux, le Maroc promeut son interprétation modérée de l'école Malikite-Ash'arite de l'islam sunnite. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a mis en place un programme de formation pour près de 50.000 imams au Maroc, et des centaines d'imams africains et européens. Tous étudient dans le cadre de la formation internationale des imams dispensée à Rabat. Le Royaume a élargi la capacité d'accueil des centres dédiés à ces formations à 1.800 étudiants en 2017.
A Fès, le Maroc accueille l'Institut de formation des imams et des oulémas africains. Cet établissement réunit des érudits religieux de plus de 30 pays africains pour promouvoir l'érudition et la lutte contre l'idéologie terroriste.
Multidimensionnalité
Le Maroc criminalise le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme conformément aux normes internationales. Jusqu'en novembre 2017, l'Unité de traitement du renseignement financier (UTRF) a reçu 350 déclarations de transactions suspectes. Cette entité a signé des protocoles d'accord afin de faciliter l'échange d'informations avec les cellules de renseignement financier (CRF) régionales. Elle se penche sur la mise à jour de la législation afin de mettre en œuvre le régime de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies contre Daech et à Al-Qaida. L'UTRF prépare une évaluation nationale des risques pour améliorer l'efficience des mesures prises contre le financement du terrorisme.
Coopération internationale et régionale
Le Maroc participe à la Coalition mondiale pour vaincre Daech et est membre fondateur du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (The Global Counterterrorism Forum – GCTF) qu'il co-préside actuellement avec la Hollande.
Par ailleurs, les Etats-Unis et le Maroc co-dirigent l'Initiative de lutte contre le terrorisme local, en partenariat avec l'Institut international pour la justice et la primauté du droit (IIJ). Le pays est également membre de l'Initiative mondiale contre le terrorisme nucléaire et la sécurité de la prolifération Initiative.
En décembre, le Maroc a coparrainé la résolution 2396 du Conseil de sécurité des Nations Unies concernant le retour et la relocalisation des combattants terroristes étrangers.
Le Maroc, allié majeur de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, forme des responsables de la sécurité, des forces armées et des forces de l'ordre en Afrique subsaharienne et participe activement à l'initiative de défense «5 + 5» pour résoudre les problèmes de sécurité en Méditerranée.
Le Maroc accueille l'exercice multilatéral annuel de l'«African Lion» et participe à des activités multilatérales d'exercices régionaux de formation, tels que «Phoenix Express et Obangame Express» et les opérations spéciales «Flintlock».
Le Maroc est membre actif du partenariat contre le terrorisme transsaharien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.