Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 11 - 2018

Le nouveau gouvernement tunisien a obtenu dans la nuit de lundi à mardi la confiance de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).
Ce vote est intervenu pour accorder la confiance de l'ARP aux 18 ministres et secrétaires d'Etat proposés par le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed dans le cadre du dernier remaniement ministériel, annoncé le 5 novembre dernier.
Pour obtenir cette confiance de l'Assemblée, chaque membre du nouveau gouvernement devait obtenir l'approbation de la majorité absolue des membres (109 voix).
Suite à ce remaniement, le président tunisien Béji Caïd Essebsi avait affirmé qu'il « désapprouve » la démarche de Youssef Chahed qui ne lui a pas accordé le temps nécessaire pour connaitre les nouveaux ministres.
« La situation n'est pas bonne », selon Caïd Essebsi, qui regrette ceux qui réduisent la mission du président de la République au travail de « facteur ».
En tant que président de la République « je suis au dessus de tous et le seul élu directement par le peuple », a-t-il insisté.
« Si le chef du gouvernement ou encore un gouvernement de l'ombre veut opérer un remaniement sans me consulter, c'est une autre affaire », a soutenu le président tunisien, avant d'ajouter qu'il exerce ses responsabilités en tant qu'homme d'Etat et qu'il refuse de tomber dans la médiocrité.
Le bloc parlementaire de Nidaa Tounes a décidé de boycotter cette séance plénière de l'ARP en raison de « l'incapacité du gouvernement de mettre en œuvre les décisions prises lors des séances plénières, en particulier la décision de ne pas prolonger le mandat de l'Instance Vérité et Dignité en mars 2018 ».
D'après son président, Sofiene Toubel, le bloc se contentera de son rôle législatif et de contrôle au sein des commissions parlementaires et dans les régions.
« Le remaniement proposé ne concerne pas le peuple tunisien qui souffre de la crise économique, un remaniement qui n'a concerné aucun ministère à dimension économique ou sociale », a critiqué Toubel, précisant que Nidaa Tounes ainsi que les partis politiques et les partenaires sociaux qui avaient précédemment ratifié le document de Carthage n'avaient pas été consultés au sujet de ce remaniement.
Selon lui, Nidaa Tounes n'est pas représenté dans la nouvelle composition proposée par Youssef Chahed.
De son côté, le secrétaire général du parti Al-Joumhouri, Issam Chebbi a déclaré que ce remaniement ministériel partiel n'augure d'aucun changement au niveau de l'action politique et des programmes et ne constitue qu'un moyen par lequel l'actuel gouvernement cherche à rester au pouvoir.
Al-Joumhouri avait proposé une carte politique de l'étape actuelle dont les grandes lignes consistent en un gouvernement limité à 15 ministres, l'ajustement des prix, la préservation du pouvoir d'achat, le contrôle des circuits de distribution, l'approvisionnement du marché en produits de base, la lutte contre la contrebande, la spéculation et la corruption.
Pour Chahed, qui avait opéré ce remaniement ministériel partiel touchant 13 ministères et 5 secrétariats d'Etat, après une année de sa formation, « les forces de corruption n'ont, de cesse, œuvré à entraver l'action gouvernementale, parfois d'une manière directe et d'autres en coulisses, sous couvert d'autres noms et de personnalités ».
Ces forces, a-t-il expliqué, qui s'emploient à mettre un terme à la lutte contre la corruption en détournant l'attention de l'opinion publique vers des batailles marginales et en œuvrant à saper les efforts de ceux, animés d'intentions sincères, mènent la guerre contre la corruption.
» La démocratie et la corruption ne coexistent pas et nous ne pouvons parler d'un Etat juste dans une société où la corruption est endémique », a-t-il déclaré, affirmant que son gouvernement poursuivra la guerre contre la corruption.
Il a également indiqué que « la guerre contre la corruption sera difficile et de longue haleine, car les lobbies et les forces de corruption ne croiseront pas les bras et tenteront de défendre leurs intérêts ».
Pour lui, vaincre la corruption exige, en plus de l'action du gouvernement, la contribution du pouvoir judiciaire dans le cadre des attributions qui lui sont conférées par la Constitution, ainsi que celle de la société civile et des citoyens qui doivent lutter contre la corruption, ne pas la tolérer et la dénoncer.
« Réduire la corruption est tributaire d'une volonté politique, d'un cadre législatif et d'une efficacité judiciaire. Le citoyen est aussi appelé à faire face à toutes les tentatives de corruption. Si nous réaliserons toutes ces étapes, nous aurons atteint un stade avancé pour gagner définitivement cette guerre », a relevé Youssef Chahed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.