Le Souverain nomme Mohamed Bachir Rachdi à la tête de l'Instance nationale anti-corruption    Madeleine Albright, guest star de l'Atlantic Dialogues    Conseil de la concurrence : El Otmani souligne l'importance d'accélérer les travaux    France : Ghosn maintient son poste de PDG de Renault    FIFA : Près de 2 milliards d'euros versés aux intermédiaires depuis 2013    Santé reproductive : Les praticiennes plaident pour l'amélioration de leur statut    Double exposition autour du « Maroc de Doaud Aoulad-Syad »    Racisme : L'ONU veut passer le Maroc à la loupe    Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes    Autonomisation des femmes. ACWA Power et ECOHZ s'engagent    Martin Scorsese, parrain officiel de la Cinémathèque marocaine    En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Migrations    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    N° 1281 en kiosque : Le pacte de bonne espérance    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    Divers Economie    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Divers    Naissance au Brésil du premier bébé grâce à une greffe d'utérus    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    News    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 11 - 2018

Le nouveau gouvernement tunisien a obtenu dans la nuit de lundi à mardi la confiance de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).
Ce vote est intervenu pour accorder la confiance de l'ARP aux 18 ministres et secrétaires d'Etat proposés par le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed dans le cadre du dernier remaniement ministériel, annoncé le 5 novembre dernier.
Pour obtenir cette confiance de l'Assemblée, chaque membre du nouveau gouvernement devait obtenir l'approbation de la majorité absolue des membres (109 voix).
Suite à ce remaniement, le président tunisien Béji Caïd Essebsi avait affirmé qu'il « désapprouve » la démarche de Youssef Chahed qui ne lui a pas accordé le temps nécessaire pour connaitre les nouveaux ministres.
« La situation n'est pas bonne », selon Caïd Essebsi, qui regrette ceux qui réduisent la mission du président de la République au travail de « facteur ».
En tant que président de la République « je suis au dessus de tous et le seul élu directement par le peuple », a-t-il insisté.
« Si le chef du gouvernement ou encore un gouvernement de l'ombre veut opérer un remaniement sans me consulter, c'est une autre affaire », a soutenu le président tunisien, avant d'ajouter qu'il exerce ses responsabilités en tant qu'homme d'Etat et qu'il refuse de tomber dans la médiocrité.
Le bloc parlementaire de Nidaa Tounes a décidé de boycotter cette séance plénière de l'ARP en raison de « l'incapacité du gouvernement de mettre en œuvre les décisions prises lors des séances plénières, en particulier la décision de ne pas prolonger le mandat de l'Instance Vérité et Dignité en mars 2018 ».
D'après son président, Sofiene Toubel, le bloc se contentera de son rôle législatif et de contrôle au sein des commissions parlementaires et dans les régions.
« Le remaniement proposé ne concerne pas le peuple tunisien qui souffre de la crise économique, un remaniement qui n'a concerné aucun ministère à dimension économique ou sociale », a critiqué Toubel, précisant que Nidaa Tounes ainsi que les partis politiques et les partenaires sociaux qui avaient précédemment ratifié le document de Carthage n'avaient pas été consultés au sujet de ce remaniement.
Selon lui, Nidaa Tounes n'est pas représenté dans la nouvelle composition proposée par Youssef Chahed.
De son côté, le secrétaire général du parti Al-Joumhouri, Issam Chebbi a déclaré que ce remaniement ministériel partiel n'augure d'aucun changement au niveau de l'action politique et des programmes et ne constitue qu'un moyen par lequel l'actuel gouvernement cherche à rester au pouvoir.
Al-Joumhouri avait proposé une carte politique de l'étape actuelle dont les grandes lignes consistent en un gouvernement limité à 15 ministres, l'ajustement des prix, la préservation du pouvoir d'achat, le contrôle des circuits de distribution, l'approvisionnement du marché en produits de base, la lutte contre la contrebande, la spéculation et la corruption.
Pour Chahed, qui avait opéré ce remaniement ministériel partiel touchant 13 ministères et 5 secrétariats d'Etat, après une année de sa formation, « les forces de corruption n'ont, de cesse, œuvré à entraver l'action gouvernementale, parfois d'une manière directe et d'autres en coulisses, sous couvert d'autres noms et de personnalités ».
Ces forces, a-t-il expliqué, qui s'emploient à mettre un terme à la lutte contre la corruption en détournant l'attention de l'opinion publique vers des batailles marginales et en œuvrant à saper les efforts de ceux, animés d'intentions sincères, mènent la guerre contre la corruption.
» La démocratie et la corruption ne coexistent pas et nous ne pouvons parler d'un Etat juste dans une société où la corruption est endémique », a-t-il déclaré, affirmant que son gouvernement poursuivra la guerre contre la corruption.
Il a également indiqué que « la guerre contre la corruption sera difficile et de longue haleine, car les lobbies et les forces de corruption ne croiseront pas les bras et tenteront de défendre leurs intérêts ».
Pour lui, vaincre la corruption exige, en plus de l'action du gouvernement, la contribution du pouvoir judiciaire dans le cadre des attributions qui lui sont conférées par la Constitution, ainsi que celle de la société civile et des citoyens qui doivent lutter contre la corruption, ne pas la tolérer et la dénoncer.
« Réduire la corruption est tributaire d'une volonté politique, d'un cadre législatif et d'une efficacité judiciaire. Le citoyen est aussi appelé à faire face à toutes les tentatives de corruption. Si nous réaliserons toutes ces étapes, nous aurons atteint un stade avancé pour gagner définitivement cette guerre », a relevé Youssef Chahed.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.