Amical : Pas de Messi à Tanger    Ouverture la 20e réunion du MCR-Afrique à Marrakech    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Ali Bongo quitte le Maroc au terme d'un séjour médical    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    La région de Casablanca-Settat prend 20% du capital de CFC    Ingérence présumée de la Russie dans la présidentielle US de 2016 : Bientôt la fin du suspense    C'est parti pour la 18e édition du FICAM    Casablanca: Grand meeting des élus du Maroc et de France sur les bonnes pratiques territoriales    Sahara marocain – Bourita : « Le Maroc ne veut pas un processus où les réunions deviennent une fin en soi »    Le nouveau service de «Dotation touristique supplémentaire» en quelques clics    Mobile, ADSL, FTTH … Le parc Internet continue sa progression    700 millions de dollars de la Banque mondiale pour la transformation numérique au Maroc    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Un Monde Fou    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Divers Economie    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Combien gagne Nagui    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK
Publié dans L'observateur du Maroc le 15 - 02 - 2019

La banque participative a été lancée il y a un an au Maroc, quel bilan pourrions-nous en faire aujourd'hui ?
Le bilan des banques participatives au Maroc est très réjouissant et très encourageant puisque, selon les données jusqu'à d'octobre 2018, il y a eu 95 agences et 52.000 comptes ouverts, avec des dépôts de 1.32 milliard de dirhams. C'est quand même une réalisation plus qu'honorable, sachant qu'au niveau du financement, le secteur a pu financer 3.61 milliards de dirhams avec la Mourabaha immobilière et auto. Et on n'a pas encore toute la panoplie de produits qui permet de répondre à la fois aux besoins des particuliers et des entreprises. C'est un bilan plus qu'honorable sachant que l'écosystème n'est pas encore définitivement créé, et que la panoplie des produits et services n'est pas encore mise en place dans son intégralité.
Peut-on dire aujourd'hui que la banque participative a déjà son assise ?
Je dirais au-delà de l'assise. L'exercice 2018 a montré qu'il y a de l'appétence pour ce type de financement et que la finance participative a bien sa place comme partie importante de l'industrie financière au Maroc. Nous ne pouvons parler d'une assise consolidée, solide et durable que lorsqu'on aura les autres piliers de la finance participative qui doivent arriver certainement cette année. Je fais référence au-delà des banques participatives, à l'assurance participative, ou Takaful, que nous attendons avec impatience puisque cette offre d'assurance permet de libérer tout le potentiel de la finance participative. Et puis le deuxième pilier c'est le marché de financement parce que le prix de cette réussite ou de ce début de réussite constaté en 2018 va se traduire en pression financière et de liquidité sur ces jeunes acteurs, et donc un besoin de plus en plus grandissant en refinancement. Ainsi l'absence d'un marché de capitaux de refinancement pourrait nuire à l'essor de cette industrie.
Puisque vous avez parlé de l'injection de liquidité, est ce qu'on peut dire que l'arrivée des banques participatives a soulagé un petit peu cette liquidité
Votre question pouvait avoir un sens s'il y avait une interaction au niveau du refinancement entre les banques participatives et les banques conventionnelles, ce qui n'est pas le cas. Cette interaction n'a qu'un seul sens, aujourd'hui via un contrat que le Charia Bord vient de valider. Ce sont les banques participatives qui peuvent se refinancer auprès des banques conventionnelles. Le schéma inverse n'est pas possible et ça veut dire que les 1.32 milliard de dirhams collectés rien qu'avec les dépôts à vue, puisqu'on a encore les dépôts d'investissement, ne sont pas suffisants pour financer les besoins en financement de ces banques. Avec le 1.32 milliard de dépôt nous avons distribué 3,6 milliards financements. Les banques participatives ont elles-mêmes un besoin de refinancement de plus en plus grandissant, et je ne vois pas comment les dépôts actuellement levés par elles pourraient contribuer au financement des banques conventionnelles.
Vous avez parlé de financement immobilier, de financement Auto, le financement de projets est-il prévu pour 2019?
Les nouveautés qu'on attend pour l'année 2019 avec beaucoup d'impatience sont l'assurance Takaful, et le dépôt d'investissement qui est un produit très puissant puisqu'il permet, d'une manière très conforme à la Charia, de rémunérer les dépôts des clients. Ce produit sera à même d'améliorer les ratios entre ce qu'on a aujourd'hui en termes de dépôts et en termes de financements. Nous attendons le Salam qui sera un puissant outil de financement des cycles d'exploitation. Nous attendons la Moussawama et puis après avoir levé quelques contraintes persistantes encore, nous attendons l'Ijara. D'une manière très rationnelle, se sont les produits probables et possibles pour cette année. Il y a une autre liste de produits qui font la distinction de la banque participative et que nous souhaitons voir sur le marché très rapidement, mais très raisonnablement je ne pense pas qu'ils puissent être conçus et mis sur le marché durant l'année 2019.
Le financement Mourabaha immobilier est très demandé, comment avez-vous géré la demande?
Dès son lancement, le produit Mourabaha immobilier a suscité une grande curiosité de la part du public qui s'est transformée rapidement en demande effective, ce qui démontre l'appétence pour ce type de financement tant attendu. Ainsi, lors de la première phase d'expression de l'intérêt du public, il fallait faire preuve de didactique et mettre en place des outils suffisants d'information et de sensibilisation, nos équipes se sont mobilisées pour expliquer ce nouveau mode de financement et répondre aux interrogations des clients et prospects.
Ensuite, pour un traitement efficace et efficient de la demande, nous avons mis en place les process nécessaires afin de fluidifier les opérations dans le respect des avis du Conseil Supérieur des Olémas, sachant que nous étions dotés de ressources humaines formées et d'outils technologiques garantissant la meilleure qualité de service.
Enfin, une des valeurs ajoutées de BTI Bank, remarquée sur le marché, c'est que nous assurons à nos clients un accompagnement et un conseil personnalisés lors de toutes les étapes de la conclusion du financement Mourabaha.
Quels sont les vertus des produits de financement dédiés à l'immobilier?
Les Produits Mourabaha Immobilier sont d'abord des produits qui répondent aux attentes d'une large catégorie de clientèle soucieuse d'avoir des produits de financement conformes à leurs valeurs. En plus, ce sont des produits très transparents où les engagements des deux parties sont clairs et reposent sur des principes d'équité. Et enfin, au niveau du coût financier pour le client, ces produits ont l'avantage d'être alignés sur le pricing en vigueur sur le marché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.