Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Japan's Banks Are About to Get Even Feebler    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Le Ramadan au Maroc, délices et gourmandises    La loi 49-15 sur les délais de paiement toujours en panne    On le savait pas: Excellente idée    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    La DGSN réagit à l'agression de l'humoriste Amine Radi    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Journée Internationale de l'infirmière    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Amina Rachid, La soldate des planches    Les bienfaits des activités physiques    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Le Maroc en CAN à travers l'histoire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    «Wachma» ouvre le bal des «mercredis du cinéma marocain»    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK
Publié dans L'observateur du Maroc le 15 - 02 - 2019

La banque participative a été lancée il y a un an au Maroc, quel bilan pourrions-nous en faire aujourd'hui ?
Le bilan des banques participatives au Maroc est très réjouissant et très encourageant puisque, selon les données jusqu'à d'octobre 2018, il y a eu 95 agences et 52.000 comptes ouverts, avec des dépôts de 1.32 milliard de dirhams. C'est quand même une réalisation plus qu'honorable, sachant qu'au niveau du financement, le secteur a pu financer 3.61 milliards de dirhams avec la Mourabaha immobilière et auto. Et on n'a pas encore toute la panoplie de produits qui permet de répondre à la fois aux besoins des particuliers et des entreprises. C'est un bilan plus qu'honorable sachant que l'écosystème n'est pas encore définitivement créé, et que la panoplie des produits et services n'est pas encore mise en place dans son intégralité.
Peut-on dire aujourd'hui que la banque participative a déjà son assise ?
Je dirais au-delà de l'assise. L'exercice 2018 a montré qu'il y a de l'appétence pour ce type de financement et que la finance participative a bien sa place comme partie importante de l'industrie financière au Maroc. Nous ne pouvons parler d'une assise consolidée, solide et durable que lorsqu'on aura les autres piliers de la finance participative qui doivent arriver certainement cette année. Je fais référence au-delà des banques participatives, à l'assurance participative, ou Takaful, que nous attendons avec impatience puisque cette offre d'assurance permet de libérer tout le potentiel de la finance participative. Et puis le deuxième pilier c'est le marché de financement parce que le prix de cette réussite ou de ce début de réussite constaté en 2018 va se traduire en pression financière et de liquidité sur ces jeunes acteurs, et donc un besoin de plus en plus grandissant en refinancement. Ainsi l'absence d'un marché de capitaux de refinancement pourrait nuire à l'essor de cette industrie.
Puisque vous avez parlé de l'injection de liquidité, est ce qu'on peut dire que l'arrivée des banques participatives a soulagé un petit peu cette liquidité
Votre question pouvait avoir un sens s'il y avait une interaction au niveau du refinancement entre les banques participatives et les banques conventionnelles, ce qui n'est pas le cas. Cette interaction n'a qu'un seul sens, aujourd'hui via un contrat que le Charia Bord vient de valider. Ce sont les banques participatives qui peuvent se refinancer auprès des banques conventionnelles. Le schéma inverse n'est pas possible et ça veut dire que les 1.32 milliard de dirhams collectés rien qu'avec les dépôts à vue, puisqu'on a encore les dépôts d'investissement, ne sont pas suffisants pour financer les besoins en financement de ces banques. Avec le 1.32 milliard de dépôt nous avons distribué 3,6 milliards financements. Les banques participatives ont elles-mêmes un besoin de refinancement de plus en plus grandissant, et je ne vois pas comment les dépôts actuellement levés par elles pourraient contribuer au financement des banques conventionnelles.
Vous avez parlé de financement immobilier, de financement Auto, le financement de projets est-il prévu pour 2019?
Les nouveautés qu'on attend pour l'année 2019 avec beaucoup d'impatience sont l'assurance Takaful, et le dépôt d'investissement qui est un produit très puissant puisqu'il permet, d'une manière très conforme à la Charia, de rémunérer les dépôts des clients. Ce produit sera à même d'améliorer les ratios entre ce qu'on a aujourd'hui en termes de dépôts et en termes de financements. Nous attendons le Salam qui sera un puissant outil de financement des cycles d'exploitation. Nous attendons la Moussawama et puis après avoir levé quelques contraintes persistantes encore, nous attendons l'Ijara. D'une manière très rationnelle, se sont les produits probables et possibles pour cette année. Il y a une autre liste de produits qui font la distinction de la banque participative et que nous souhaitons voir sur le marché très rapidement, mais très raisonnablement je ne pense pas qu'ils puissent être conçus et mis sur le marché durant l'année 2019.
Le financement Mourabaha immobilier est très demandé, comment avez-vous géré la demande?
Dès son lancement, le produit Mourabaha immobilier a suscité une grande curiosité de la part du public qui s'est transformée rapidement en demande effective, ce qui démontre l'appétence pour ce type de financement tant attendu. Ainsi, lors de la première phase d'expression de l'intérêt du public, il fallait faire preuve de didactique et mettre en place des outils suffisants d'information et de sensibilisation, nos équipes se sont mobilisées pour expliquer ce nouveau mode de financement et répondre aux interrogations des clients et prospects.
Ensuite, pour un traitement efficace et efficient de la demande, nous avons mis en place les process nécessaires afin de fluidifier les opérations dans le respect des avis du Conseil Supérieur des Olémas, sachant que nous étions dotés de ressources humaines formées et d'outils technologiques garantissant la meilleure qualité de service.
Enfin, une des valeurs ajoutées de BTI Bank, remarquée sur le marché, c'est que nous assurons à nos clients un accompagnement et un conseil personnalisés lors de toutes les étapes de la conclusion du financement Mourabaha.
Quels sont les vertus des produits de financement dédiés à l'immobilier?
Les Produits Mourabaha Immobilier sont d'abord des produits qui répondent aux attentes d'une large catégorie de clientèle soucieuse d'avoir des produits de financement conformes à leurs valeurs. En plus, ce sont des produits très transparents où les engagements des deux parties sont clairs et reposent sur des principes d'équité. Et enfin, au niveau du coût financier pour le client, ces produits ont l'avantage d'être alignés sur le pricing en vigueur sur le marché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.