À Rehamna, le PAM s'empare des rouages du conseil de la ville    Résultats semestriels. Attijariwafa Bank : tous les indicateurs sont au vert    Gaz. Chariot fait appel à Halliburton pour le forage de son puits au Maroc    Qui est Ali Ben Lmadani?    Le pass vaccinal délivré par le Maroc et voyage en Europe    Cybersécurité : Telegram, nouveau Dark Web pour les cybercriminels    Découverte des plus vieux bijoux du monde à l'intérieur d'une grotte près d'Essaouira    Nasser Bourita : « Le Maroc réaffirme son engagement continu à promouvoir la démocratie »    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Energies propres : Que représente la décarbonation pour les exportateurs marocains ?    Forum des affaires Canada-monde arabe : Les opportunités d'affaires et d'investissement au Maroc exposées    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    Moussa Laarif, du hip hop à la politique    Nasser Bourita au journal Sud-Africain "The Star"    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Maroc-Espagne : Pedro Sanchez annonce une réunion de haut niveau qui aura lieu prochainement    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    Philip Morris : 91% des fumeurs ne le sont plus grâce à des informations précises sur les produits alternatifs    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    La société française « Finetis » saisit le CIRDI contre le Maroc    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    Syrie : 62 enfants ont péri cette année dans les camps du nord-est    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président centrafricain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Un seul et unique déplacement du Onze national !    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    La 35ème édition de retour du 1er au 11 octobre    La crise des sous-marins entre la France et l'Australie    Cellule terroriste de « Daech » démantelée à Errachidia: Interpellation de 4 autres individus    Le président du Haut Conseil d'Etat libyen salue les efforts du Maroc    Trois de chute pour la Premier League    Hakimi veut « graver » son nom dans l'histoire du PSG    La 2 ème édition du guide socio-économique de Skhirat    Tétouan / FIDEC : Rendez-vous avec une programmation exceptionnelle    Métier du livre : Une nouvelle fiction, l'édition indépendante    6ème saison de la Positive School of Hip Hop    Un voyage à la conquête de la semaine de la mode de Milan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dalila Meksoub chante l'Andalousie des lumières
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 11 - 2019

Accompagnée de sa mandoline, la musicienne, cantatrice et professeur oujdie de Tarab Gharnati Dalila Meksoub a conquis le public de Dar Souiri lors de la 16e édition du Festival des Andalousies Atlantiques à Essaouira avec sa nouvelle version d'une ancienne Qsida culte louant le prophète Mohamed, écrite par le poète juif et Maâlem Ayouch Benmouyal Souiri, et interprétée dans les années 60 par le Maître Ahmed Pirou. Un concert unique célébrant le vivre-ensemble de l'Andalousie des lumières qui restera longtemps dans les annales.
C'est votre première participation aux Andalousies d'Essaouira ?
Oui, je suis super contente de participer à ce grand festival, qui est aussi une grande fête de la musique, et ravie de participer avec de grands artistes. Ce festival est unique au monde parce qu'il véhicule des valeurs du vivre ensemble, de tolérance et d'ouverture, c'est un exemple qui démontre que plusieurs religions peuvent cohabiter ensemble, Musulmans, Juifs et Chrétiens. Dieu merci, ils ont cohabité ensemble depuis des siècles et c'est essentiel de le rappeler de nos jours. Le festival encourage aussi les jeunes talents à se produire et à dépoussiérer un art qui tombe souvent dans les oubliettes.
C'est la 1ère fois que vous interprétez sur scène la qsida louant le prophète Mohamed écrite par le poète juif, le Maâlem Ayouch Benmouyal Souiri ?
Oui, les paroles de cette qsida sont du Maâlem Ayouch Souiri, un auteur juif prolifique et mémoire inépuisable de la tradition Gharnatie. Ahmed Pirou l'avait chanté avec une version nouvelle, je suis la 2e à l'interpréter sur scène en lui intégrant 4 « Toubou3 », je l'ai réarrangé pour avoir une nouvelle version du refrain et c'est la 1ère fois qu'elle se joue Live.
C'était laborieux de réarranger une telle oeuvre ?
Oui, surtout que je n'avais pas beaucoup de temps, j'ai donc veillé des nuits entières pour parvenir au résultat escompté. Ce n'était pas facile d'incorporer le Gharnati sur de nouvelles paroles, ce sont des louanges du prophète Mohamed, (4 gammes : Tabaâ sikah, Mawal, Zidane, Raml al Maya, puis Madh…
Comment est née votre passion pour le style Gharnati ?
Ma mère jouait au banjo sur scène, malheureusement, elle n'a pas pu continuer dans ce domaine, et donc, j'ai voulu assurer la relève. J'ai toujours aimé depuis toute petite le Tarab Andaloussi, et la musique classique en général, je l'écoutais souvent à la télévision.
J'ai débuté à l'association « Al Andaloussia », puis, « Al Moussilia », avant d'intégrer l'association « Tarab » pour la musique Gharnati, où j'ai approfondi mes études musicales et acquis de précieuses techniques vocales auprès de mon mari, le grand maître feu Mouhssine Zemmouri. Il m'a transmis les vraies techniques de base du genre, (Sanaâ, Noubat, Dhil, …Sa mort est une grande perte pour la ville Oujda.
Vous jouez plusieurs instruments ?
Oui, je manie le violon, la mandoline et récemment je m'entraîne à la kwitra pour élargir mon champ musical. C'est la 1ère fois que je joue sur scène avec cette ancienne mandoline qui date d'avant la naissance de mon mari, et qui est lègue de un héritage de sa famille. Elle a une valeur inestimable, elle est sacrée pour moi !
Pourquoi avoir choisi le Tarab Gharnati ?
C'était le seul choix qu'on avait à Oujda. Malheureusement, à Oujda, on est limité, à part le Reggada et le Rai, il n'y a que le Gharnati, pas de Tarab Andaloussi ni Melhoun…J'ai dû intégrer une association pour acquérir de l'expérience. Une fois qu'on a maîtrisé le chant et un instrument, on peut par la suite choisir sa voie.
Vous avez aussi ce souci de préserver notre patrimoine musical judéo-marocain dont plusieurs anciennes qsayed qui sont tombées dans les oubliettes ?
Exactement, j'ai repris plusieurs qsaids interprétées par les grands comme la judéo-algérienne Reinette L'Oranaise, Samy Al Maghribi, Line Monty, Salim Halali, Fadila Dziria, Abdelkrim Dali…pour préserver ce patrimoine judéo-marocain et judéo-algérien.
La transmission de l'art est aussi importante pour vous ?
Oui, je suis professeur de Tarab Gharnati, j'ai une Chorale, d'ailleurs, je ne remercierais jamais assez Abdellah Makhtoubi de Meknès pour son aide. mC'est à Casablanca que je me suis vraiment lancée, et aujourd'hui, je me sens comme une ambassadrice du Tarab Gharnati et du Chgouri à Casablanca.
Chgouri, c'est un style très particulier. Comment l'abordez-vous ?
Oui, les artistes qui chantent du Chgouri chez nous se comptent sur les bouts des doigts. C'est pour cela qu'on veut préserver ce patrimoine musical judéo-marocain et le faire découvrir aux jeunes générations. Il ressemble beaucoup au Tarab Gharnati, il est différent de l'Andaloussi et du Melhoun, c'est pour cela que je n'ai pas eu de mal à approcher le Chgouri, ce sont les mêmes gammes (Toubou3) et les mêmes Maqam…
Qu'en est-il pour le chant ?
Contrairement à d'autres villes, à Oujda, on doit d'abord apprendre à jouer d'un instrument puis après cela, on passe au chant. Il faut d'abord maîtriser la base, la mélodie avant de se lancer dans le chant. J'ai commencé à 13 ans et je ne me suis jamais arrêté depuis. Et l'aventure dure depuis 16 ans !
Vous avez toujours su que vous alliez faire carrière dans la musique ?
J'ai toujours souhaité percer dans le domaine, j'ai commencé petit à petit. Heureusement que j'ai quitté Oujda pour Casablanca, parce que mes débuts se sont faits dans la capitale économique.
Des artistes avec qui vous voudriez faire un duo ?
Oui, énormément. Mon souhait est de chanter avec des artistes et des formations algériennes qui chantent la Nouba du début à la fin, je suis une grande passionnée de la Nouba complète.
Pensez-vous un jour passer à la composition ?
Pourquoi pas. Mais ce n'est pas chose facile !
Des projets ?
J'ai enregistré Qasida « El Waldine » de Abdelkader Chaou et Nadia Benyoucef, une version arrangée par Mouhssine Zemmouri. Peut-être que dans l'avenir, je ferais ma propre composition.
Accroche
Il est important de préserver notre patrimoine musical judéo-marocain !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.